27 Juin 2012

Sur les Chemins du Djihad:

Etendard du djihadLe résultat de l’élection présidentielle égyptienne n’est une surprise que pour les aveugles et les insensés; ceux qui croyaient béatement en l’émergence d’un système de gouvernement « occidentalement compatible. » La seule surprise vient de la promptitude de l’armée à reconnaître la victoire du clan Morsi.

Or, malgré l’understatement médiatique, il faut se garder d’oublier que Mohammed Morsi, le Président élu, était le candidat des Frères Musulmans. C’est cette même secte qui, jadis faisait rire et sourire Gamal Abdel Nasser:

On ne rit plus… Nasser évoque son entretien avec les frères musulmans sur la question du voile.

Mais, à présent, on ne rit plus. Comment va réagir l’armée ?

Mohamed-MorsiSi son rôle est pour l’instant incontournable, cet héritage de Nasser ne pourra indéfiniment rester un Etat dans l’Etat; imposer ses diktats au pouvoir politique élu. Soit le travail de sape des islamistes finira par la gangréner, soit les militaires devront se résoudre à un coup d’Etat; en risquant les foudres de cette fameuse « communauté internationale »  ouvertement pro-islamiste.

Pour l’instant, le pouvoir islamiste, encore très fragile, a tout intérêt à conserver profil bas; affichant d’un côté son amitié pour les Occidentaux et se montrant rassurant vis-à –vis des Coptes, de l’autre imposant insidieusement des « mesures coraniques modérées » et instaurant la prééminence d’un enseignement menant à la normalisation de la charia. « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » écrivait la Fontaine dans sa fable intitulée « Le Lion et le Rat ».

Dans une perspective prophétique, il est important de comprendre que le front islamique, qui prend forme en Afrique du Nord, va servir de base arrière aux groupes terroristes cherchant à faire basculer l’ensemble de l’Afrique noire dans le giron de l’islam le plus radical.

Tentatives de coordination entre AQMI et Boko Haram : Le chef de l’AFRICOM exprime ses inquiétudes.

Mais le martyre des Chrétiens qui en résultera n’intéressera alors, pas plus que maintenant, ni les élites ni les institutions internationales.

Nigéria : l’Église catholique interpelle le gouvernement sur les violences du Boko Haram juin 22, 2012
Au milieu de la confusion institutionnelle, les chrétiens évangéliques commencent à fuir l’Égypte juin 22, 2012

Décadences, faillites morales et financières, crises alimentaires, épidémies, apostasie, islamisme: tout est lié. Les différents éléments de cet ensemble achèvent de se positionner pour un lever de rideau sur le Troisième Conflit Mondial.

*

templiersJe repense parfois aux Croisés chrétiens s’élançant sur les routes de Palestine pour aller délivrer le Tombeau  du Christ; à leurs batailles acharnées contre les guerriers de Salâh ad-Dîn (Saladin). Foi ardente contre foi ardente.
Si l’idée du djihad est toujours fermement enracinée en islam, qu’en est-il de la force d’âme et d’esprit de l’Occident ? Sera-t-il capable de s’unir et de s’opposer aux légions du DJihad ?
Apostasie, athéisme, faillites, amoralités et immoralités, divisions, abolition des frontières, hellfest, gaypride, mariage homosexuel, euthanasie, avortement, dépénalisation du haschisch, dépravation, auto-flagellation, recrudescence des suicides, lâcheté, juges libérant des criminels ou les condamnant à des peines insultantes pour les victimes, corruption des élites, suppression du service militaire et disparition de l’amour de la patrie, hommes et femmes abêtis par la vanité des modes et des écrans. Cachez ces croisades racistes que je ne saurais voir !

Pauvres… pauvres de nous. La France et l’Occident d’aujourd’hui sont perdus. Profitons bien de nos derniers jours de paix car la nuit et la tempête approchent.

*

Syrie-Turquie.

fanatic-djihad-syrieLes incidents de frontières et la tension grandissante entre la Syrie et la Turquie ne constituent que le sommet d’un iceberg; d’un immense complot visant à faire basculer ce pays dans l’islamisme. Plus que jamais, la propagande internationale anti-syrienne fonctionne à plein et le sort de Bachar El Assad est scellé. Harcelé de tous côtés et par toutes sortes d’ennemis, il ne pourra vraisemblablement se maintenir que quelques semaines; ou peu de mois.

Comme je l’envisageais dès le début des évènements, il n’y a pas eu d’intervention occidentale et il n’y en aura pas; enfin, pas directement, pas par une main militaire clairement identifiée. Tout est sur le point de s’achever dans les coulisses et se conclura par une fuite précipitée du clan Assad ou des exécutions sommaires. S’ensuivra une période de chaos où les factions islamistes étendront leurs zones d’influence et le tout s’achèvera par une élection très démocratique permettant à un islamiste « modéré » de s’emparer du pouvoir. Le massacre programmé des Chrétiens ne fera pas la une des journaux télévisés.

Tout comme pour l’Irak, la Tunisie, la Lybie, et l’Egypte, la Syrie va sombrer dans le fanatisme. Là encore, de nombreux témoins – réduits au silence et à l’impuissance – nous informent de ce qui se passe réellement dans ce pays. Monseigneur Tournyol du Clos, Archimandrite Grec-Catholique Melkite, nous raconte ce qu’il a vu. Quelques extraits de sa lettre, qui mérite d’être lue et diffusée:

« La paix en Syrie pourrait être sauvée si chacun disait la vérité… la réalité du terrain ne cesse de s’éloigner du tableau catastrophiste qu’en imposent les mensonges et la désinformation occidentale… Dans la capitale, ce que l’on appréhende le plus sont les voitures piégées et les attentats à la bombe, la plupart du temps, le fait de kamikazes alléchés par l’appât du gain, le désir du paradis d’Allah… Il faut dire et redire que l’idéologie fanatique est d’importation étrangère et que la Syrie n’a jamais été confrontée à un cycle de manifestations/répression, mais à une déstabilisation sanguinaire et systématique par des aventuriers qui ne sont pas syriens… l’ex-ambassadeur de France, Éric Chevallier, n’avait eu de cesse de la faire entendre à Monsieur Juppé ; mais le ministre français refusa toujours de tenir compte de ses rapports et falsifiait sans vergogne ses analyses pour alimenter la guerre contre la Syrie… les voitures piégées ont fait de sanglants dégâts ; plusieurs fanatiques suicidaires se sont fait exploser dans la foule d’innocentes victimes. Ces jours-ci, deux minibus bourrés de TNT ont explosé simultanément selon un schéma terroriste désormais classique. Toujours disposée à proximité d’une cible d’intérêt stratégique, la première charge est destinée à semer la panique et à attirer le plus grand nombre d’intervenants pour déclencher la seconde explosion.
« Les ennemis de la Syrie ont enrôlés les Frères Musulmans dans le but de détruire les relations fraternelles qui existaient depuis toujours entre les musulmans et les chrétiens. Pourtant, à ce jour, ils n’y sont pas parvenus : ils ont même provoqué une réaction contraire et rapproché comme jamais auparavant tant les communautés que les individus. »
L’Armée n’est intervenue que plusieurs mois après le commencement des évènements. L’insurrection s’est caractérisée par une cruauté d’une sauvagerie oubliée en Syrie depuis les massacres de 1860 où 11 000 chrétiens furent assassinés par des fanatiques mahométans encouragés par les ottomans.

Un militaire, actuellement sous les armes au sud du pays, me fait part de sa stupéfaction quand il s’est trouvé affronté à des combattants qui n’étaient pas syriens mais étrangers, et me rapporte quelques faits surprenants dont il a été témoin : « Quand nous avons commencé à nous battre, nous avons trouvé en face de nous des libyens, des libanais (mercenaires sunnites de Saad Hariri), des qatari, des saoudiens et, bien sûr, des Al Qaeda. Quand nous avons fait des prisonniers, nous avons constaté que beaucoup d’entre eux ne parlaient pas l’arabe, c’étaient des afghans, des français, des turcs ».

« Parmi ces étrangers, me dit-il, bon nombre d’entre eux ne savent pas où ils sont : on fait passer les libyens par le Golan à proximité de la frontière israélienne pour leur montrer le drapeau israélien et les convaincre qu’ils sont bien sur la route de Gaza où ils vont combattre avec leurs frères musulmans… À Homs, a été arrêté un libyen persuadé de se trouver en Irak pour combattre les américains. »

Homs a toujours été la ville du pays la plus peuplée de chrétiens. Ceux-ci occupaient à 98% deux quartiers, Bustan El Diwan et Hamidieh (le Vieux Souk), où se trouvent toutes les églises et les évêchés. Le lacis de ses ruelles et les nombreux passages souterrains rouverts pour la circonstance ne permirent pas aux mercenaires d’y pénétrer avant la reprise de Baba Amro. Le spectacle qui s’offre maintenant à nos yeux est celui de la plus absolue désolation : l’église de Mar Élian est à demi détruite et Notre-Dame de la Paix saccagée (près de laquelle on a trouvé plusieurs personnes égorgées) est encore occupée par les rebelles. Les maisons, très endommagées par les combats de rue sont entièrement vidées de leurs habitants qui ont fui sans rien emporter ; le quartier d’Hamidieh constitue encore aujourd’hui le refuge inexpugnable de bandes armées indépendantes les unes des autres, fournies en armes lourdes et en subsides par le Qatar et l’Arabie Saoudite.

Un habitant me confie : « Si l’armée quitte notre village, nous risquons d’être égorgés. Si la répression sauvage dont l’accusent vos médias était réelle, pourquoi les militaires seraient-ils les bienvenus dans nos villages ? »

En provenance du Liban, un armement sophistiqué considérable, suffisant pour approvisionner toute la rébellion, avait été stocké dans le quartier de Baba Amro autoproclamé Émirat Islamique Indépendant. De nombreux combattants y avaient d’ailleurs été enrôlés de force, sous menace d’éliminer leur famille. Parmi des atrocités sans nom, on a retrouvé les corps de 48 jeunes hommes égorgés parce qu’ils voulaient rendre les armes ; c’est ce que m’a personnellement raconté un survivant qui avait perdu dans cette circonstance son père et ses deux frères. Il faut savoir que, pour le fanatique sunnite, égorger son ennemi manifeste sa fierté d’être en Guerre Sainte ; pour l’alaouite, c’est un acte de vertu qu’il offre aux yeux d’Allah.

9 février 2012. Après épuisement de toutes les tentatives de médiation, l’Armée loyaliste syrienne donne l’assaut à « l’Armée syrienne libre » qui s’était emparé du quartier de Baba Amro et pris ses habitants en otage. Ce que la presse française ne dit pas, c’est qu’à cette occasion furent faits prisonniers seize officiers français, agents des services de renseignement qui dispensaient là leur savoir-faire en matière de combat urbain. Lorsqu’au terme de batailles qualifiées de « répression sanguinaire » par la presse internationale, les Forces gouverne-mentales vinrent à bout des rebelles, une partie d’entre eux trouva refuge dans le labyrinthe du quartier chrétien, tandis que les derniers éléments armés de l’Émirat prenaient la fuite, en massacrant les chrétiens des deux villages qu’ils traversèrent avant de trouver refuge au Liban.

… des combattants étrangers se regroupent toujours aux frontières turque et jordanienne ; après avoir transité par Amman, des centaines de libyens d’Al-Qaïda takfiristes (ex-groupe islamique agressif en Libye) continuent d’affluer, tandis que plusieurs milliers d’autres sont rassemblés à Hattay (en Turquie) et encadrés par l’Armée turque ; ces jours-ci, sont arrivés en renfort plus de 5 000 libyens.

… les preuves prolifèrent sur la responsabilité du gouvernement dans la transformation du Liban en base arrière pour frapper la Syrie et y commettre des actes de violences. En collaboration avec des ambassades occidentales, un vaste trafic d’armes a été mis en place via Tripoli (où arrivent par cargos des milliers de tonnes d’armement lourd)… Tout se passe comme si, sur décision américaine, le Liban était devenu une plateforme pour agresser la Syrie.
… L’homme de la rue se demande si une nouvelle guerre mondiale n’a pas commencé dans son pays. Et les conjectures vont bon train.

« Avant le commencement des événements, nul n’aurait jamais eu l’idée de revendiquer son appartenance religieuse. On vivait tous ensemble, sans toujours savoir quelle religion l’autre pratiquait. On était syrien, et cela nous définissait. C’est en 2011 que tout a commencé de changer et que nous y avons prêté attention. »

… ne faudrait-il détruire la Syrie que parce qu’elle apparait comme le coeur d’un Islam modéré ? Pour justifier sa politique de domination, l’Occident ne veut avoir affaire qu’à l’Islam pur et dur qu’il suscite, alimente et bouffit. En opposant au monde occidental (soi-disant chrétien) un monde de barbus fanatiques, il peut justifier sa guerre pour le pétrole.

Les évènements syriens – et plus largement moyen-orientaux – ainsi que l’expansion du fanatisme islamique sont des étapes nécessaires à l’apparition du Mahdi.

*

Quelques réflexions:

iconfleurdelys Voici quelques années, j’avais apprécié un papier de Fred Vargas. Il avait pour titre: « Nous y sommes« .


Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.
Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal.
Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance, nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine. Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.
On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on s’est marrés. Franchement on a bien profité. Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre. Certes.  Mais nous y sommes.  A la Troisième Révolution. Qui a ceci de très différent des deux premières ( la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.
« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.  Oui. On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau. Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).
Sauvez-moi ou crevez avec moi

Évidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux. D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.   Peine perdue.   Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.
Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, – attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés).
S’efforcer.  Réfléchir, même.  Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.  Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.  Colossal programme que celui de la Troisième Révolution. Pas d’échappatoire, allons-y.
Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible. A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie –une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être. A  ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.  A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

Fred Vargas
Archéologue et écrivain

Rien à voir avec les prophéties ? J’y vois pour ma part une vision alternative, humainement terre à terre, des grands bouleversements auxquels ne nous pouvons plus échapper. Ce texte désabusé témoigne d’une « ambiance », du bilan pour le moins négatif d’une Terre martyrisée par l’Homme.

iconfleurdelys Les persécutions anti-chrétiennes s’amplifient à travers le monde. Cela rappelle – et appelle – le temps des martyrs des premiers siècles de notre ère. L’Histoire nous enseigne que le paradoxe est de rigueur: plus les chrétiens sont torturés et mis à mort et plus la Grâce divine suscite de nouvelles conversions. Je crois que notre Pape Benoît  pressent avec justesse ce qui vient:

Benoît XVI : les martyrs sont indispensables pour la diffusion de l’Évangile

« L’annonce évangélique implique souvent difficultés et souffrances. Souvent le Royaume de Dieu grandit dans ce monde au prix du sang de ses serviteurs. En cette période de bouleversements économiques, politiques et culturels, l’homme se sent seul, angoissé et désespéré. Annonciateurs d’espérance et de paix, les messagers de l’Évangile sont parfois persécutés comme le fut Jésus. Malgré les difficultés et les persécutions, l’Église demeure fidèle au mandat de son Seigneur, car elle sait que tout au long de son histoire les martyrs ont été nombreux et indispensables pour la diffusion de l’Évangile. Aujourd’hui comme hier, prophétique et libérateur, le message du Christ ne peut se soumettre à la logique du monde. Il est la semence d’une nouvelle humanité en marche, qui n’atteindra sa plénitude qu’à la fin des temps ».

Source : Vatican Information Service

iconfleurdelys « La loi entrera dans toutes les libertés, et marchera sur tout ce qui est le plus sacré » annonçait Marie-Julie.

La  religion démocratique tente chaque jour un peu plus de se substituer à la foi en Dieu. Elle cherche à créer une foi « logique », estampillée et normalisée CEE, acceptable par tous mais fluctuant au gré des vents, des modes et des ambitions. Pour y parvenir, l’Homme a besoin de faire table rase du passé.

Le premier couplet de « l’Internationale » ne cache pas ses intentions:


Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Quant au deuxième, il reprend l’argument du malfaiteur insultant le Christ…
« Lc 23:39-    L’un des malfaiteurs suspendus à la croix l’injuriait :  » N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi.  » « :


Il n’est pas de sauveurs suprêmes,
Ni Dieu, ni César, ni tribun,
Producteurs sauvons-nous nous-mêmes !
Décrétons le salut commun !

Le cinquième couplet nous montre, avec une violence qui ne prend pas la peine de se cacher, le sentiment anti-national du communisme sous ses différentes variantes: ni Dieu, ni maître, ni armée. Le néant de l’anarchie dans toute sa splendeur précédant l’instauration des dictatures populaires.


Les Rois nous saoulaient de fumées,
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !
S’ils s’obstinent, ces cannibales,
À faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

Rejetant toute référence à Dieu, la doctrine  prétendument démocratique – prenant ses racines dans la Terreur de 1793 – utilise l’ambition, l’orgueil, l’athéisme et l’apostasie pour s’auto-diviniser. L’Homme, nouvel « Être Suprême », se vénère lui-même. Marie-Julie nous annonce encore:

« La religion d’aujourd’hui sera changée en ses études et en ses institutions. Vont lui succéder d’abominables lois et des paroles si mortelles que les cœurs en seront corrompus, la vertu éteinte et le bon peuple effacé. Toute la population va souffrir et le peuple chrétien anéanti, comme s’il n’écoutait plus. Les ennemis vont triompher et tout leur sera accordé. On va les préférer au meilleur peuple, c’est-à-dire à ceux qui sont du côté de Dieu qui, lui pourtant, est le côté de la victoire ».

Plus ce temps approche et plus les mensonges et les attaques sournoises se multiplient. Sacralisé, l’être humain, utilise la loi pour parvenir à ses fins et pousse le croyant à abandonner sa foi et ses traditions.

L’Eglise se lève et obtient le retrait d’une proposition de loi antichrétienne

La résistance est hélas faible et le danger bien réel; comme en témoigne également ce jugement allemand condamnant la circoncision.

Même si cette décision de Justice ne concerne que le Juifs et les Musulmans, c’est bien la foi en Dieu qui est visée; la spiritualité qui est attaquée par la matière. L’expansion de l’islam radical, fléau du monde, nous annonce tout autre chose; selon le principe action-réaction: une collision frontale entre Foi et Athéisme.
Les prophéties nous enseignent que les démocraties sont condamnées à ‘effondrement dans le sang et les larmes; sous le glaive de l’islam et les drapeaux verts et rouge de l’anarchie et de la révolution.
Il est aussi dit que la France, dans son tombeau, mettra longtemps à s’en relever…

iconfleurdelys Lu sur Riposte Laïque:

Hasard si le tueur de Montauban-Toulouse était islamiste radical et s’appelait Mohamed Merah ? Hasard si l‘assassin du petit Kilian s’appelle Souleymane ?
Hasard si le tueur des deux gendarmes s’appelle Abdallah ?
Hasard si le preneur d’otage de Toulouse se réclame d’Al Qaïda et s’appelle Fethi ?
Hasard si les violences entre musulmans de diverses obédiences ont alimenté les faits-divers cette semaine ?
Hasard si ceux qui, à Bruxelles, s’opposent par la violence quand ce n’est pas par l’émeute aux arrestations effectuées par les policiers sont musulmans ?
Hasard si un français se déplace de Paris à Bruxelles, agresse deux policiers et déclare mener  son combat dans le cadre du djihad islamique ?

Suite de l’article…

merkel_criseiconfleurdelys Ce 22 juin, lors d’une énième conférence destinée à sauver l’Euro – et plus largement l’Europe – Angela Merkel a insisté sur la nécessité de « davantage d’Europe »:

(En période de crise), « il ne faut pas moins d’Europe mais plus d’Europe« .

Autrement dit, « l’entreprise Europe », bâtie non sur une identité et une foi commune mais sur l’argent et le commerce,  et ceux-ci courant à la faillite, il lui apparaît nécessaire de persévérer dans cette voie. S’il n’y avait pas les prophéties, ce simple manque de bon sens serait en lui-même inquiétant.

Cela me rappelle certaines devises Shadocks… En les rapportant à l’Union européenne et à la situation actuelle, elles prennent un sens pour le moins tragique:

deviseshadocks02deviseshadocks03deviseshadocks04deviseshadocks05deviseshadocks08deviseshadocks01deviseshadocks07

iconfleurdelys Le 27 juin est aussi le jour de mon anniversaire. La vie passe si vite ! Profitez ! Profitez de chaque instant pour admirer l’oeuvre de Dieu et travailler à votre salut !

*

Destruction de l’Eglise, guerres civiles, troisième guerre mondiale… Voici quelques signes annonciateurs des prochains conflits et du martyre de l’Eglise:

*

Tu es le soleil éclaté de l’Amour du père

Seigneur crucifié et ressuscité, apprends-nous à affronter les luttes de la vie quotidienne, afin que nous vivions dans une grande plénitude.
Tu as humblement et patiemment accueilli les échecs de la vie humaine, comme les souffrances de la crucifixion.
Alors les peines et les luttes que nous apporte chaque journée, aide-nous à les vivre comme des occasions de grandir et de mieux te ressembler.
Rends-nous capable de les affronter, lien de confiance en ton soutien.
Fais nous comprendre que nous n’arrivons à la plénitude de la vie qu’en mourant sans cesse à nous mêmes et en nos désirs égoïstes.
Car c’est seulement en mourant avec Toi que nous pouvons ressusciter avec Toi.
Que rien désormais ne nous fasse souffrir ou pleurer au point d’en oublier la joie de ta résurrection.

Mère Teresa: née en 1910 à Uskub –  retournée au Père le 5 septembre 1997 à Calcutta

Simon Dewey He_Lives

*

Claude d’Elendil

Contact
Compteur gratuit

fauconsduroyT1 Révélation JDTV_Small