23 Décembre 2011

Récits Pro Cités

Les turquistes:

Armes de l'ArménieSanctionnant la négation des génocides – incluant celui des Arméniens -, le vote de l’Assemblée nationale a déclenché les véhémentes protestations de la Turquie. N’étant pas encore entérinée par le Sénat, cette loi n’est encore que virtuelle… et comme tout le monde est bien embêté, il n’est pas exclu que sa validation sénatoriale et son décret d’application soient remis aux calendes grecques.

Quand même… Quel inquiétant et scandaleux spectacle que celui de ces Turcs vociférant dans les rue de Paris. Inquiétant car ceux qui brandissaient des papiers d’identité français prenaient fait et cause pour leur pays d’origine, scandaleux car ils accusaient une France, pourtant largement colonisée et ouverte à tous les vents, de « racisme ».

Ils oublient un peu vite que la négation de leur tentative d’éradication du peuple arménien (d’avril 1915 à juillet 1916 pour un total de 1.2 millions de morts) est contredite par la reconnaissance des faits par leur propre gouvernement à la fin du premier conflit mondial:

« Les criminels de guerre Jeunes-Turcs seront jugés par des tribunaux ottomans, Talaat, Djemal et Enver condamnés à mort en 1919 pour l’extermination d’un peuple entier constituant une communauté distincte, avec cette précision dans le réquisitoire : les déportations « furent conçues et décidées par le Comité central d’Ittihat » (le Comité Union et Progrès). »
Source: Wikipédia

Mais les temps ont changé et « l’islamisme modéré » qui prévaut actuellement en Turquie est soucieux de son image et de n’effaroucher personne. Sans doute pense-t-il, lui aussi, que la répétition d’un mensonge et les menaces proférées finiront par en faire une vérité plus présentable.

Mais revenons quelques instants à la Turquie et aux Turcs. Le terme « Turc » a souvent été synonyme de fanatique, jaloux, brutal, antioccidental et d’antichrétien. Dans la perspective d’un prochain affrontement Orient-Occident, il est intéressant de rappeler certaines descriptions rapportées par Marie-Julie. Récapitulons quelques éléments liés à ce futur proche:

Effondrement des économies, guerres civiles, martyr du Saint-Père puis conflit Orient-Occident. Marie-Julie nous brosse le portrait d’un individu sanguinaire, germano-turc, qu’elle nomme « Archel de la Torre »; mais qu’il convient de lire comme « Archel Delatorre », le « dénonciateur »; terme qui désigne également Satan. Ce dernier doit jouer un rôle important dans le prochain martyre de l’Italie.

Empire_PerseMarie-Julie nous dit:

Cette famille noble ( étymologiquement « connu », « célèbre ») habite les derniers confins de la terre de Perse. Le père est un « turquiste » et la mère est sortie d’un royaume dont j’ai parlé : elle est sortie de l’Allemagne.

La voix dit :
Il y a deux fils. Celui qui est désigné pour Rome est âgé de seize ans, et l’autre compte deux ans de plus.

Le premier des fils de cette famille ne sera pas catholique au moment où la Turquie sera dans la guerre européenne car, dit la voix, l’Europe entière subira partout lutte et révolution. Ce sera la grande révolution annoncée pour avant la fin des siècles. On comptera encore bien des années avant la fin éternelle. »

Lorsqu’on sait que cette extase remonte au 16 mai 1882, on ne peut qu’admirer sa pertinence, non seulement par sa référence au métissage germano-turc (qui n’était pas patent alors mais qui n’est plus aujourd’hui à démontrer) mais également par son lien avec l’islam. Nous trouvons, un peu plus loin, dans la même extase:

« La voix dit que l’Eglise restera vacante de longs mois… Elle ajoute : le troisième Pape sera plus saint, mais ne règnera que trois ans, avant que Dieu ne l’appelle pour la récompense. A Naples la persécution dépassera dix-neuf mois. »

On peut comprendre qu’Il n’y aura plus de Pape pendant un temps certain, mais également que les célébrations seront impossibles pendant une longue période.

Si la Turquie a toujours eu la haine du Christ, l’extase de 1882 précède de plusieurs années le premier massacre des Arméniens. Les massacres hamidiens eurent lieu entre 1894 et 1896 et firent 200 000 victimes.

Mais la Turquie n’aura pas fini de nous faire souffrir car, après la venue du Roy et le retour de la Paix voulue par Dieu, il est annoncé, en plusieurs prophéties, que le règne du Grand Monarque sera relativement bref. Ayant disparu, deux hommes, précurseurs de l’Antéchrist, se dresseront pour replonger le monde dans l’erreur, la terreur et la discorde:

Ces deux prophètes trompeurs feront entendre qu’il faut placer le Christ rouge sur nos Croix catholiques.
L’un de ces hommes sortira de la Russie, l’autre de la Turquie…
– Je ne connais pas ces noms-là.
– Ces deux hommes seront amenés ici, comme bien d’autres.

A la fin de celui qui s’éteindra tranquillement (le Roy Henri V de la Croix), après avoir servi Dieu et son peuple, après avoir tout nettoyé et régné chrétiennement, à cette époque le royaume sera de nouveau livré à la violence d’un orage terrible. Le peuple se soulèvera avec un degré encore plus raffiné de méchanceté…
A cette époque, encore lointaine, beaucoup de plantes pousseront, mais elles seront trop faibles pour soutenir leur patrie et combattre pour elle…
Assez, dit le Seigneur, repos !»
(17 janvier 1881)

Encore la Turquie… Quoi qu’on essaie de nous faire croire, rien de bon n’est venu, ne vient ni ne viendra de l’islam. Avant que le tombeau du Prophète ne soit détruit et ses cendres dispersées au vent par le Roy très Chrétien qui vient, ses adeptes n’auront de cesse de tirer profit de nos divisions, de nous tromper et de nous vaincre pour nous imposer leurs mœurs infâmes.

Pour l’époque qui nous concerne, la référence à la guerre européenne est clairement indiquée. L’effondrement des « fortunes » marquera son commencement. Soyez vigilants aux signes qui devraient apparaître dès le début 2012.

*

Le Meilleur et le Pire:

Guillotine - RévolutionC’était le meilleur des temps, le pire des temps, l’âge de la sagesse mais aussi celui de la folie. L’époque des croyances et de l’incrédulité. L’ère de la lumière et de l’obscurité. Le printemps de l’espoir et l’hiver du désespoir.Charles Dickens, Le Conte des Deux Cités –  (1859)

Relatant les désillusions et les injustices pré-révolutionnaires, cette oeuvre de Dickens illustre bien notre époque de contrastes; d’apparences, d’opulence matérielle et de misère spirituelle. Comme en 1788, la tête dans le sable, France et Angleterre se dirigent vers des révolutions que personne ne veut voir ou entendre.

– L’islamisme et le remplacement des Français par des peuplades de cultures et de fois contraires ?
… Bah, pas grave, ça s’arrangera,
– L’explosion de la violence et la multiplication des zones contrôlées par les voyous et autres bandits ?
…Dialoguons, ce n’est pas de leur faute. Donnons-leur de l’argent et la paix reviendra.
– Les Chrétiens de plus en plus maltraités, battus et assassinés à travers le monde ?
… Ils ont certainement dû provoquer leurs bourreaux… et puis c’est la culture de ces pays.

Le temps ou les peuples étrangers et conquérants parleront des Français en disant « les minorités chrétiennes » commence mais bien peu s’en inquiètent. Rien de ce qui accentue la dissolution des peuples occidentaux n’est dangereux ou grave; tout est devenu relatif, vague, approximatif, faussé.

L’esprit de notre temps, jouisseur, débauché, moqueur, lâche, plein de convoitises et pétri de trahisons inspire une indicible nausée. Aveuglés par mille artifices, les pays occidentaux refusent de prendre la mesure des malheurs qui commencent. N’en doutez pas, lâchetés, corruptions et trahisons seront expiées par le feu et le sang. Ceux qui survivront pourront en témoigner.

Mat 24:38  Car, comme dans les jours avant le déluge on mangeait et on buvait, on se mariait et on donnait en mariage, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche,
Mat 24:39  et ils ne connurent rien, jusqu’à ce que le déluge vint et les emporta tous, ainsi sera aussi la venue du fils de l’homme.

*
Par les fenêtres…

Le Poteau de BoueL’Union européenne lance un appel mondial pour renflouer le FMI; c’est dire si la situation devient critique. L’endettement colossal de l’Occident est clairement hors de contrôle et les pays sont comme des joueurs compulsifs; quémandant fébrilement à chacun de l’argent pour se « refaire ». Mais les jeux sont  faits et les véritables mauvaises nouvelles vont tomber sous peu.

Même si cela n’est pas encore officiel, le triple A de la France n’est plus qu’un souvenir et le tourbillon qui doit tout engloutir dans son sillage grossit. Comme cela a été dit: Le Poteau de Boue criera aussi fort que les autres dans cette tempête qui va emporter l’Europe.

Malgré tous les signes, le monde continue à espérer en un miracle humain; en une économie poursuivant sa croissance sans limite.

Néanmoins inquiètes, des entreprises se préparent à quitter l’euro. On s’organise sans bien savoir où l’on va et avec qui on y va. Même si l’impréparation de la France est grande, on se rassure en se disant que « tout va s’arranger » et que la transition d’un euro moribond à un Nouveau-Nouveau Franc va se dérouler harmonieusement afin que les spéculations puissent reprendre de plus belle.

C’est oublier la volonté du Ciel pour notre temps; cette volonté qui fait encore rire les esprits forts. Ils ignorent que le Châtiment est une affaire de « surcouches »; d’accumulation d’évènements calamiteux menant au chaos. Les faillites annoncées ne sont qu’un des aspects de cette étape de la Révélation. Troubles intérieurs, extérieurs, phénomènes naturels et surnaturels vont venir s’ajouter à l’actuelle crise financière.

Voici quelques jours, 489 milliards d’euros ont été prêtés aux banques (870 milliards d’euros depuis 2009) et 800 le seront bientôt aux Etats européens à la dérive… sans que l’on sache réellement où trouver ces sommes.

Autre évènement extérieur et important précédant le Châtiment: le départ des forces armées américaines d’Irak. Faute d’argent, les Etats-Unis précipitent leur départ du Moyen-Orient; laissant derrière eux des gouvernements fantoches qui ne pourront longtemps résister à la poussée islamiste. Déjà les attentats se multiplient. Mais cette fois-ci, personne ne viendra à leur secours…

Malgré les actuelles rodomontades occidentales adressées à la Syrie, la dette des Etats-Unis est telle (17  000 milliards de dollars) que ces derniers sont incapables de déployer un Machinamentum suffisant pour faire plier Bachar el Assad. Les mille milliards de dollars engloutis pendant neuf ans en Irak, ainsi que les pensions et les soins médicaux des vétérans, ont mis la formidable machine de guerre américaine en panne de carburant.

Cet amoncèlement de milliards qui continuent d’être jetés par la fenêtre vont permettre à l’islam de se fédérer. Le Mahdi, celui qui doit y parvenir, saura tirer profit des erreurs commises par l’Occident.

*
Charite.biz

famine_enfant_somalienLa technologie a aboli les distances et nous sommes submergés d’images et de sons. Ces flux nous renvoient des spectacles de guerres et une misère que nous ne pouvons supporter.

Pour la plupart des hommes, la misère est bien moins dérangeante que l’image de la misère. Avec l’apparition des media, et plus particulièrement de la télé, la misère lointaine est devenue terriblement proche. Cet insupportable spectacle de famines et de guerres nous renvoie notre propre image d’êtres sensibles et prompts à la douleur. Lorsque nous pleurons sur un gamin squelettique et couvert de mouches au fin fond de l’Afrique, c’est autant par sentimentalisme que par la peur atroce que projette cette image sur nous-mêmes.

Ces projections éveillent en nous des craintes qui n’ont rien à voir avec la charité. Aussi, plutôt que de nous préoccuper de notre (proche) Prochain – paradoxalement plus proche mais moins visible -, beaucoup ressentent la nécessité de mettre un terme à ces spectacles lointains. Certains partent à l’autre bout de la Terre, d’autres sortent leur portefeuille.

Tout ceci témoigne d’une charité mal ordonnée car, au sein de notre bien-être occidental, ceux qui secourent les enfants du Mali ignorent le vieillard ou l’enfant battu qui, à l’autre bout de la rue, dépérit dans son appartement dépourvu de chauffage. Que ne déploient-ils autant d’énergie pour venir en aide au clochard qui campe au coin de la rue ! S’ils connaissent le n° de CCP d’ATD Quart-Monde par cœur, savent-ils seulement composer le 15 pour joindre le Samu Social ?
La misère exotique, lointaine, est toujours moins envahissante que celle du bas de l’immeuble; comme si cette dernière était contagieuse…

La télé fait beaucoup de mal car la simple présence de caméras et d’appareils photo induit une dictature. Les images doivent frapper, faire naître des vocations et des envies; tout doit être soumis à l’approbation des foules sentimentalisées; sources inépuisables de contenus et de financement. Peu importe que la cause soit juste ou non, l’image crée l’opinion et détermine la politique des pays. C’est le syndrome de Pilate face à la foule réclamant la condamnation de Jésus et la libération de Barabbas. Rien de nouveau sous le soleil.

Avant le grand hiver 1954 et la médiatisation du travail de l’Abbé Pierre, les détresses ne nous parvenaient qu’au travers du filtre des distances; tout était atténué, assourdi. La compassion était autre et les petits chinois recevaient de la nourriture financée par la collecte du papier argenté des plaques de chocolat.

Charité business et politique: même combat:

L’ère des communications a ouvert les portes à une soif inextinguible d’images qui ont généré de nombreux métiers et sont devenues de formidables outils de manipulations et d’enrichissements. Les hommes de pouvoir l’ont bien compris: hors les écrans, point d’argent et/ou point d’élection, et donc, point de pouvoir. L’actuelle mondialisation ne pourrait exister sans les images animées et les ondes acoustiques.
On dit à présent que la Terre est devenue un village où tout un chacun se sent obligé de commenter, de recommander et d’intimer sa conduite à tous. Ce qui est valable pour les voisins de palier l’est tout autant pour les pays. C’est un bon moyen de se fâcher…

Eh quoi ? Peut-on laisser s’accomplir l’inacceptable sans réagir ? Laissez les dictateurs impunis et les famines décimer les population du Sahel ?
Nous revenons à cette terrifiante connaissance qui nous pousse à nous mêler de tout, à vouloir imposer nos vues et notre conception du Monde à chacun. En quoi ces évènements lointains nous concernent-ils ? Qui nous a mandatés pour aller faire au loin ce que nous devrions faire ici ? N’avons-nous pas à balayer devant notre porte avant de le faire devant celles des autres ? Si notre intégrité et nos intérêts ne sont pas directement menacés, est-il vraiment nécessaire de jouer aux apprentis-sorciers en intervenant à chaque fois qu’une injustice ou un malheur se commet à l’autre bout de la Terre ? Les révolutions des pays arabes, qui ont été soutenues par l’Occident et permettent à présent à l’islamisme de s’imposer, illustre bien le propos. Quant au vote de la loi punissant la négation du génocide, il faut revenir à la raison. Même si les Turcs ont commis ces atrocités envers les Arméniens, nulle vie n’était en danger et la diplomatie français n’avait pas besoin de cet incident. Les conséquences immédiates vont surtout être ressenties par les chrétiens survivants en Turquie. La frénésie législative française est source de terribles gâchis.

Mais revenons à l’ordonnancement de la charité. La « délocalisation » des secours est  peut-être née du goût de nos sociétés pour l’exotisme ? Egypte, Italie, Chine et Inde ont peuplé les rêves de maintes générations et l’herbe du voisin est toujours plus verte que la nôtre.
Ces mêmes donateurs qui, bien calés dans leur fauteuil, satisfont leur conscience en adressant un chèque à une fondation somalienne n’ont le plus souvent pas la moindre considération pour la détresse qui les environne; à moins qu’elle puisse être utilisée pour obtenir de la main-d’oeuvre à bas coût ou à des fins politiques. Rien de tout cela n’est bon.

L’adage qui veut que « charité bien ordonnée commence par soi-même » semble désuète alors qu’elle est le sens premier de la véritable charité chrétienne. Comme nous le confirme la parabole de la paille et de la poutre, quoi que nous entreprenions, nous devrions commencer par notre propre examen de conscience avant de nous intéresser aux fautes et aux maux d’autrui. Voyons si notre frère a besoin de nous avant de songer aux détresses de la planète et concentrons-nous sur ce qui nous incombe.

Lorsque le bon sens n’a plus droit de cité, le mensonge, le chaos et la violence finissent toujours par s’imposer.

Les hommes disent: « Solidarité: Dieu dit « Charité »,

Les hommes disent: « Droit », Dieu dit « Amour »:

*

Scandales et Châtiment:

pedophilieLors du début des spectacles blasphématoires et orduriers se servant de l’art comme paravent, les musulmans s’en étaient émus.
Jésus, « Issa » pour le monde musulman, est un prophète important associé à la Fin des Temps. Or, il semble y avoir eu un brusque arrêt de ce mouvement de protestations; sans plus d’explications. Faut-il y voir des consignes, une volonté des musulmans de laisser ce problème se régler entre Occidentaux; Catholiques et Athées ?

Peu importe. Les multiples scandales, intérieurs et extérieurs, qui ont et continuent de souiller l’Eglise, avaient été annoncés par plusieurs mystiques; dont nombre de stigmatisés comme Marie-Julie.

« Les indignes ennemis du Dieu-Sauveur, qui s’assemblent dans les loges et les remplissent, sentent le moment approcher. Ils vont se lever, pleins d’espoir, pour jeter boue; et scandale sur les apôtres de Dieu et sur son Eglise. C’est par eux que la jeunesse finira d’oublier son Créateur et Rédempteur. Ce temps fait frémir, au sujet de ceux des chrétiens dont la foi se trouvera inébranlable. »
Paroles de la Flamme.
15 mars 1882

« Mes enfants, les offenses seront grandes. Les ennemis du bien vont, de tout leur pouvoir, jeter au visage des vrais chrétiens l’opprobre, les souillures, les iniquités de grands scandales. Beaucoup d’abominations sur la terre, au jour de demain ; non pas dans les petits endroits retirés, mais dans les grands lieux. Que mon Fils va souffrir !
Eglise vandaliséeC’est autour de sa maison que se commettront de grands outrages, là où le chrétien se rend pour l’adorer. On ne se gênera plus pour jeter les souillures jusque sur les murs et les portes de sa maison. »
13 juillet 1882

« L’Eglise, en un deuil profond, verra suspendre le son de la cloche. Celle-ci sera changée en instrument infernal.

Je vois couler, des yeux de l’Eglise, des larmes d’angoisse… Elle sera livrée à tous les scandales, à toutes les profanations. En plusieurs de ses temples, on prendra des décisions infernales, comme s’ils n’étaient que des maisons ordinaires où l’on peut outrager le Seigneur. »
7 janvier 1880

Le nom de Teresa Musco ne vous dit peut-être rien… et pourtant: née en 1943, près de Naples, elle ne vécut que trente-trois ans…   mais trente-trois ans de prières intenses, de souffrances et de charismes. Stigmatisée, elle prophétisa aussi sur l’épreuve qui approche.

Quelques lignes pour décrire une des grâces qui lui étaient accordées:

Le 1er février 1975, Don Carlo de Ambrogio (salésien) vint en visite à Caserte. Ce prêtre domicilié à Turin était un grand apôtre Marial et l’animateur des groupes J. A. M. (Jeunesse Ardente Mariale). En outre, il était aussi un spécialiste des langues sémantiques et on lui doit de ce fait la traduction de certains psaumes de l’Ancien Testament. Eh bien, lorsque en sa présence Teresa parla cette célèbre langue, le P Carlo lui demanda de prononcer lentement chaque mot. Conclusion : Don Carlo de Ambrogio, parlant à Don Gobbi, lui affirma avoir compris la signification de chaque mot et qu’il était en mesure d’affirmer que la langue parlée par Teresa était la même que l’on parlait du temps de Jésus et de Marie et que donc, selon lui, cette langue était l’araméen parlé à Nazareth.

Souvent, pendant que l’on récitait le Rosaire, voilà que Teresa, les yeux fermés, semblait absente, mais répondait à temps aux prières communes, mais dans cette langue. Il en était de même lors de la récitations des Litanies de la Vierge, auxquelles elle répondait au même temps que le autres : “priez pour nous”, mais toujours en araméen.

La maman de Teresa affirma que sa fille parlait ce langage étrange depuis l’âge de neuf ans. Souvent elle voyait Teresa comme hors d’elle, regarder dans n’importe quel angle de la maison et parler avec une personne invisible. Cela arrivait même à école, car il est vrai que la maîtresse disait à Teresa, en la réprimandant : “Teresa, je t’ai enseigné l’italien, de ce que tu dis, je ne comprends rien ; qui t’a enseigné cette autre langue ?” ».

Quelques extraits de ses extases: Le Christ parle:

Teresa MuscoTu verras de nombreux changements dans l’Eglise. Bien peu de Chrétiens resteront fidèles à la prière; beaucoup d’âmes vont en enfer. Les femmes ne connaîtront plus la pudeur et la honte; Satan se sert de leurs attraits pour faire tomber de nombreux prêtres.

Il y aura dans le monde des crises générales. Les prêtres, les évêques et les cardinaux sont tous désorientés; ils cherchent à se cramponner à la politique pour s’aider, mais ils se trompent une nouvelle fois. Le gouvernement tombera, le pape aura ses heures d’agonies, mais à la fin je serai là pour le conduire au paradis.

Une grande guerre succèdera à tout cela. Il y aura tant et tant de morts et de blessés. Satan criera victoire, mais le moment viendra où tout le monde verra mon Fils apparaître sur les nuées pour juger tout ceux qui auront piétiné son sang innocent et divin. C’est alors que mon cœur triomphera.

Un message bien plus terribles lui parviendra le 31 juillet 1950:

« Feu et fumée envelopperont le monde. L’eau des océans deviendra feu et vapeur. L’écume s’élèvera, couvrira l’Europe, et transformera tout en une lave de feu, et des millions d’hommes et d’enfants périront dans ce feu, et les rares qui en échapperont envieront ceux qui sont morts. Parce que, de quelque côté qu’ils regarderont, ils ne verront que sang, morts et ruines, dans le monde entier.« 

« Une nouvelle guerre est sur le point de commencer là où est né le Sauveur et elle ne s’arrêtera pas. Il semblera qu’ils fassent la paix, mais cela n’est pas vrai, parce que de là naîtra la grande guerre; de là vient le châtiment du ciel et de la terre. »
13 octobre 1973

Ces précisions concernant l’origine du troisième conflit mondial se retrouvent étonnamment dans un quatrain de Nostradamus:

VI-57.
Avant conflit le grand mur tombera,
Le grand à mort, mort, trop subite & plainte,
Nay mi-parfaict la plus part nagera,
Aupres du fleuve de sang la terre teinte.

“Le Grand Mur ” de protection érigé par Israël doit tomber et s’accompagner du décès d’un grand personnage. Quant au Fleuve de “sang la terre teinte” il fait irrésistiblement songer à celui qui doit, brutalement, dévaster la Terre  Sainte.

Dans sa Lettre à César, Nostradamus décrit le lieu et les effets, également semblables aux prophéties de Teresa, de cette destruction:

“Et à ce regne sera faicte grande desolation, et les plus grandes citez seront depeuplees, et ceux qui entreront dedans, seront comprins à la vengeance de l’ire de Dieu. Et demeurera le sépulchre de tant de vénération par l’espace de long temps sous le serain à l’universelle vision des Yeux du Ciel, du Soleil et de la Lune. Et sera converti le lieu sacré en ébergement de troupeau menu et grand, et adapté aux substances profanes. O quelle calamiteuse affliction par lors aux femmes enceintes.”

Saint Sépulcre abandonné dans une région longuement inhabitable: grandes citées “désolées” (desol are = sont dévastées) et “dépeuplées” mais également “comprins” (réunies) dans l’ire (mot désuet désignant la colère) de Dieu. Quelle œuvre humaine est susceptible de provoquer semblables ravages si ce n’est l’arme atomique ?

Une autre Teresa (Teresa Steiner – 1813-1862 – Maria Agnès Claire du Sacré Cœur de Jésus) prophétisa aussi sur notre temps:

« Ce que Dieu reproche au peuple chrétien, c’est son peu de foi, le désordre des mœurs, le progrès de l’indifférence religieuse, l’action des sectes vomies par l’enfer, pour déclarer une guerre ouverte à Dieu et à son Christ, les impiétés et le sacrilège qui provoquent la colère divine. »

Elle répondit :
– Mais il y a beaucoup de justes.

Et la Sainte Vierge me montra et je vis qu’ils étaient peu nombreux. Plusieurs, à la vérité, étaient en état de grâce et sans avoir commis de péché grave ; mais leurs prières n’étaient pas agréables parce qu’ils avaient le cœur divisé en deux ou plusieurs parties. Je demandai quels châtiments devaient venir.
Elle me répondit : «Plusieurs, dont le plus grand est l’impénitence finale à cause de l’abus des grâces, les morts subites, la perte de la foi, et la persécution contre la sainte Église avec des troubles dans les villages et les cités. »

Impiété, apostasie et justification du péché au nom de la « liberté » mènent le Monde aux guerres qui approchent. Satan déploie toute sa malice pour détruire l’Eglise et il est dit que le moment viendra où sa victoire sera complète; où le Chrétien gémira et se lamentera des abominations et des persécutions qui s’abattront sur la Terre.
Oui, il faut que ce temps arrive, que l’on croît tout, et à tout jamais, perdu pour que le Christ puisse manifester sa force et sa gloire lors de la victoire finale. C’est un immense contraste, une lumière aveuglante de vérité qui nous est annoncée.

Ne désespérez pas en contemplant tout ce qui va à nouveau toucher l’Eglise. Travaillez à votre salut.

*

Petits Humains:

bebesNous, humains, sommes si petits, si aveugles, si pétris de volontés farouches et désordonnées, d’agitations vaines et de projets stériles. Nous nous faisons tant de soucis pour pas grand chose; et même souvent pour rien.

Pendant ce temps, Dieu nous voit tels que nous sommes; petits, ignorants et titubants comme des nouveaux-nés. Il ne jette cependant pas sur nous le coup d’œil du scientifique sur ses rats de laboratoire ou un regard attendrissant, comme un père sur ses enfants agenouillés au pied de l’arbre de Noël.
Nos âmes sont pour Lui des livres ouverts et son amour pour nous dépasse l’entendement humain. C’est un feu dévorant, un appel pressant, une soif d’unité dans la perfection. Le rejet de son amour par l’humanité le fait souffrir une deuxième Passion.
Notre entêtement est dû à notre aveuglement; c’est l’aveuglement, l’ignorance de la complète portée de nos actes, qui nous donne accès au pardon divin.

Oui, nous pouvons tous être sauvés de la mort éternelle car la conscience de nos actes et de leur portée est imparfaite. Contrairement aux anges révoltés, notre imperfection nous permet d’espérer et d’œuvrer à notre salut. Encore faut-il le vouloir !

Comment les enfants que nous sommes peuvent-ils se fondre dans la perfection du Seigneur s’ils enfreignent quotidiennement ses règles; s’ils sont attachés aux choses de la Terre comme des naufragés à des débris de bois ? Ne voyons-nous pas que notre corps nous tire vers le bas; est rebelle à l’élévation de l’esprit comme l’enfant à sa leçon ? Le corps aime les plaisirs, rechigne à l’effort et ne veut pas mourir. Si l’esprit ne domine pas, le corps le fera.

Certains trouvent les règles de l’Eglise trop rigides, trop compliquées, ne comprennent pas comment il est possible de conjuguer les lois divines du Grand Juge Terrible et cet amour dont Dieu est affamé. Comment aimer un Père qui inspire une si grande peur ? Quelle apparente contradiction ! C’est oublier que Dieu n’est sévère qu’avec ses ennemis mais se révèle d’une indicible douceur avec ses amis. Il envoie à chacun d’entre-nous des grâces et il suffit de les reconnaître et de les saisir pour en recevoir d’autres. C’est un cheminement qui est souvent long et difficile… mais qu’aurions-nous à Lui présenter si tout était facile ? La difficulté et la rareté dans la perfection font les récompenses. Contrairement à Satan qui essaye de nous tromper en nous faisant croire que tout est rapide et facile, l’amour spirituel a besoin de souffrances pour grandir. Apprendre à aimer Dieu et son Prochain est le grand défi éternel qui nous est lancé.

Les règles divines sont simples: aime ton Prochain comme toi-même. Ne vénère pas d’autres dieux, ne vole pas, ne tue pas, ne jure pas en mentionnant le nom du Seigneur, respecte le dimanche, honore tes parents, ne mens pas, ne convoite pas le bien d’autrui et sois fidèle à tes engagements et à ton Dieu.
Est-ce si difficile ? Si ces lois divines étaient naturellement respectées, nulle loi humaine ne serait nécessaire pour les compléter.
Les lois divines bornent le chemin menant à l’amour parfait; cette élévation spirituelle qui n’a plus besoin de repère pour rejoindre le Père et entrer en communion totale avec Lui. C’est pour cela qu’a été créé le Purgatoire; afin de purifier les âmes des imparfaits de leurs scories terrestres; les laver à la grande eau de l’Esprit avant d’atteindre la perfection nécessaire à la rencontre divine. Les prières que nous adressons à Dieu pour les âmes du Purgatoire allègent leurs peines et raccourcissent le temps qu’elles doivent y accomplir. Sur Terre comme au Ciel, tout est grâce.

Les âmes qui n’y parviennent pas, faute de repentir ou de par la haine qui les habite, sont remises à Satan; non sans que les larmes et les lamentations du Ciel n’accompagnent ce grand malheur; car la vision de l’enfer arracha des cris horrifiés aux mystiques qui l’avaient contemplé. L’enfer: c’est aussi le lieu où se retrouvent ceux qui, ayant bénéficié de grâces et ayant eu un lien spirituel avec le Seigneur, se sont détournés de Lui.
Si la Terre est temps et matière, le Ciel est esprit et éternité. C’est aussi pour cela qu’il appartient de travailler à notre salut. Vaincre notre sale petit orgueil qui bombe le torse à tout propos et nous tire par les pieds vers la chaudière…

*

Les Discordes:

Business confrontation.

« Les puissants de la terre auront entre eux des disputes infernales : leur voix réclamera d’un côté, réclamera de l’autre. Ils ne s’entendront plus et Satan sera au milieu, avec ses signes visibles».
La Fraudais: 23 mars 1882

Comme cela avait été annoncé, les intérêts divergents se multiplient et la discorde grandit entre les pays européens. Ce qui couvait alors que la prospérité régnait apparait à présent dans toute sa force: les dissensions. Nigel Farage, chef du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni, ne ménage pas ses paroles pour décrire la situation calamiteuse dans laquelle se trouve l’Europe.

Gouvernements fantoches
Une Europe semblable au Titanic.

Mais cela ne doit pas nous faire oublier que les Etats-Unis, tout comme l’Europe, sont passés du statut de nation opulente et crainte à celui de pays pauvre et désormais impuissant. Cinquante millions d’Américains vivent officiellement au dessous du seuil de pauvreté et cent millions ont de faibles revenus. On ne peut tondre un œuf et l’argent manque. Le retrait précipité des forces américaines au Moyen-Orient sont là pour nous confirmer que les caisses sont vides.

Cela relance de plus en plus sérieusement l’hypothèse de l’apparition du Mahdi; le Messie musulman, empereur d’Orient et chef du Djihad contre l’Occident. L’islam a de plus en plus de difficulté à dissimuler son message de conquête. Invasion intérieure, immigration massive et radicalisation qui, même aux yeux des plus béats, laisse apparaitre des désirs d’unification autour du Coran et des hadiths ainsi que leur application très concrète: la charia.

Le lecteur de ce blog commence peut-être à percevoir la mise en place des mécanismes menant au troisième conflit mondial:

– 1: Effondrement de l’économie occidentale,
– 2: Effondrement de la morale chrétienne occidentale; permettant à l’islam de l’envahir sans coup férir,
– 3: Impossibilité d’intervention de l’occident pour endiguer les offensives « antidémocratiques » et antichrétiennes qui se préparent,
– 4: Chaos humain et financier mettant le feu à la France puis à l’Europe; les Etats-Unis n’étant guère mieux lotis,
– 5: Graves dissensions internationales opposant l’Orient, l’Extrême Orient (et plus particulièrement la Chine) à une Europe et une Amérique exsangue.
– 6: Fuite en avant de la Chine pour des raisons économiques et de l’islam pour des motifs religieux complexes, fait de convoitises, de rancœurs et de l’ardent désir de soumettre le Monde à Dieu par la force. Autrement dit, déclenchement de la troisième guerre mondiale.

Si nous en sommes encore au premier et second chapitres de cette chronologie, nous voyons déjà, avec la non-intervention en Syrie, que l’Occident a les poches vides. Inutile de seulement imaginer une intervention en Iran pour mettre un terme à leur programme nucléaire militaire. Cela explique également la destruction violente et subite d’Israël, décrite par Nostradamus.

Le troisième point n’est désormais plus très éloigné car, face à l’hyper inflation que connaîtra l’euro lors de son effondrement, le simple fait de se procurer de la nourriture deviendra une gageure. Voyant cela, riches et puissants prendront la poudre d’escampette; laissant le pauvre peuple de France face à une situation insurrectionnelle; puis révolutionnaire.

*

Destruction de l’Eglise, guerres civiles, troisième guerre mondiale… Voici quelques signes annonciateurs des prochains conflits et du martyre de l’Eglise:

  • L’immigration est plus grave que l’Occupation, selon Renaud Camus décembre 19, 2011
  • Le Département d’Etat américain soutient l’OCI dans sa volonté de pénaliser la critique de l’islam décembre 18, 2011
  • Un député jordanien : « si un état empêche la diffusion de l’islamisme, le déclenchement du jihâd est permis » décembre 16, 2011
  • Les forces d’occupation européennes (EULEX) bloquent l’aide humanitaire russe à la frontière du Kosovo décembre 15, 2011
  • [vidéo] Libye : énorme stock d’armes chimiques aux mains des rebelles islamistes décembre 15, 2011
  • 42 chrétiens éthiopiens arrêtés, battus et emprisonnés en Arabie Saoudite décembre 18, 2011
  • Massimo Introvigne : « Si elle continue à se taire sur la persécution des chrétiens, l’Europe risque un naufrage moral » décembre 17, 2011
  • Carla Bruni : « Les Français sont minables » décembre 20, 2011
  • L’explosion de la zone euro est désormais plausible décembre 20, 2011
  • Europe 1 découvre la conversion obligatoire d’un non musulman voulant se marier à une Marocaine… en France.décembre 20, 2011

    *

    Pour terminer ce papier de Noël, voici un texte que j’avais écris en 2009, pour une revue scoute. Faute de place, il n’avait pas été publié. Il reste néanmoins d’actualité:

    Montjoie Saint Denis:

    MontjoieLe spectacle de groupe recueillait les applaudissements d’un parterre de parents attendris par leur progéniture. Alors qu’une allégorie biblique rondement menée par la patrouille des Gerfauts récoltait un vif succès et que ces derniers abandonnaient la scène, quelques Scouts jaillirent des coulisses et s’improvisèrent en chorale.

    – C’est la lu…

    Chefs, parents et amis avaient immédiatement reconnu les premières notes de l’Internationale et l’inquiétude succédait à la surprise. La troupe était-elle noyautée par des éléments subversifs ? La crainte de voir leurs rejetons pervertis par une nocive idéologie collectiviste figeait l’assemblée.

    -… mière du Seigneur…

    Découvrant la brusque détente des adultes, les Scouts farceurs affichaient un large sourire. Leur coup avait été bien monté.

    Les apparences sont parfois trompeuses mais cette histoire est révélatrice: nous nous sentons souvent cernés, à tort ou à raison, par les dangers d’une société en perdition.

    Autre temps, autre lieu, celui d’un camp où, lors d’un trajet en autocar, un Scout achevait d’user la patience de la maîtrise afin qu’on lui fit passer son brevet « Scoutisme ». De guerre lasse, un chef accepta. S’emparant de son livret de Classes, il entreprit de lui poser quelques questions. Origines du Scoutisme, Baden-Powell à Mafeking, la  » Boy’s Brigade Gazette  » publiée en 1906, le Père Doncoeur, rien ne manquait. Alors que le Scout s’interrogeait déjà sur l’emplacement qu’allait occuper le badge sur son uniforme, une question vint jeter une ombre sur ses brillantes perspectives.

    – … Et que faisait Baden-Powell en Afrique du Sud ?

    – Il se battait contre les Arabes !

    – Mmmmouais… tu es sûr ? Tu peux développer ?

    – Ben oui, c’était la guerre des Beurs…

    En entendant ses peu charitables voisins s’esclaffer de sa confusion entre « Beurs » et « Boers », l’intéressé comprit immédiatement qu’il allait lui falloir un peu plus de temps que prévu pour décrocher son insigne. Il n’avait pourtant fait que restituer, en toute bonne foi, un des clichés médiatiques utilisés pour désigner une partie de la population.

    Là encore, le comique de la situation ne doit pas occulter que cette erreur de langage n’est que le sommet d’un iceberg de mensonges et d’hypocrisies auquel il est bien difficile d’échapper. A bord de cet insouciant Titanic, les femmes de ménage sont ainsi devenues des techniciennes de surface, les sourds des malentendants et les aveugles des non-voyants ; comme si changer les mots pouvait modifier la nature des choses. Les exemples sont nombreux et participent, au même titre que drogues et jeux vidéo, de la même volonté de redéfinir le réel. Il faut que celui-ci soit bien effrayant pour que les humains s’acharnent à ce point à le fuir…

    Le fait est que les perspectives d’avenir d’une société aseptisée, robotisée et programmée pour la rentabilité ne sont guère engageantes. L’absence de toute dimension spirituelle conduit les Etats à des égarements où l’amour du prochain se décline en textes de lois et la paix s’obtient en augmentant le nombre des caméras aux coins des rues. Jadis, un ministre pincé dans un scandale se faisait sauter la cervelle, aujourd’hui il publie un livre à gros tirage et se pavane devant les caméras. Dans le monde orwellien qui s’installe, toutes choses sont devenues égales et sans réelles conséquences, comme s’il était urgent de ne fâcher personne.

    Où vogue notre navire alors que, peuplé d’une multitude de matelots et de mousses à l’abandon, les capitaines ivres se disputent le gouvernail ? La seule chose certaine est que, dans ce chaos, le mal, militant par essence, va gaiement son chemin, sûr de son impunité, une fleur de corruption à la boutonnière.

    Ces démissions et ces lois, qui affectent le plus petit de nos actes, sont bien éloignées du libre-arbitre et de l’amour du prochain librement consenti voulu par Dieu. Le « Panem et circenses » du poète Juvénal est plus que jamais d’actualité. La chute des empires usés par les ambitions sont semblables à des cordes qui se défont lentement avant de rompre tout à fait. En attendant, les plaisirs terrestres se déclinent en dogmes et détournent les regards du Ciel… pour le plus grand malheur des âmes.

    Alors que les temps de l’Avent et de la Nativité approchent à nouveau, interrogeons-nous de savoir ce qu’il adviendrait si le Christ naissait aujourd’hui ? Voici deux mille ans, beaucoup attendaient la venue du Messie dans une gloire surpassant celle du Roi David et de Salomon réunies. Celle-ci eut lieu dans une étable, loin de toute vanité humaine. Qui, à l’exception de Joseph et Marie, de quelques bergers et des trois rois se prosternant sur la paille de l’étable, pouvaient imaginer un semblable dénuement ? Ces rois, que l’on disait « mages » se doutaient-ils, tandis qu’ils cheminaient sur les chemins de Judée, qu’une telle simplicité accompagnerait la naissance du Roi des rois ? Dieu aime surprendre et la sagesse des plus sages est aisément prise en défaut lorsque Ses plans se réalisent.

    rois magesCeux qui assistèrent aux premiers instants du Christ sur terre avaient été guidés par la lumière de l’Esprit alors que les âmes noires qui le cherchaient afin de le faire périr étaient incapables de le trouver ; preuve supplémentaire que seule la Grâce divine est à même de révéler ce que nos yeux humains sont incapables de voir.

    Si le Christ venait maintenant au Monde, se faisait homme de chair et de sang, il ne fait guère de doute qu’Il serait aussitôt confronté au massacre moderne des Innocents, à la violence et aux inépuisables tentations que recèle notre temps. Sortant de l’anonymat, Ses paroles susciteraient la rage et l’incompréhension de ceux qui cherchent à s’unir sans Dieu et travaillent à l’effacement de toute notion biblique de bien et de mal. Dans cette tour de Babel moderne, l’homme tenterait d’étouffer, de détruire ce qu’il ne pourrait corrompre.

    Au sein du brouhaha déversé par les écrans, trop de paroles et d’évènements contraires à notre foi nous blessent jusqu’au tréfonds de l’âme. Cela a pour conséquence un manque de clairvoyance pour diriger nos vies et s’accompagne parfois d’une lassitude intérieure et d’un sentiment d’impuissance. On se demande ainsi : « Pourquoi Dieu ne se manifeste-t-il pas pour mettre un terme à toutes ces horreurs ? ».

    De fait, l’héritage des rois, des saints et de la multitude des Chrétiens qui ont bâti la France s’évanoui chaque jour davantage dans les brumes des siècles et de la modernité. La bouillie du «démocratiquement correct » a remplacé l’allégresse de la prière et on espère toujours avec son petit grain de foi, lumière vacillante au sein des ténèbres.
    Ne voyant rien venir, il arrive à l’esprit de tiédir comme un mug de thé oublié sur une étagère. Par lassitude, nous nous laissons alors porter par le courant fétide du confort et de la facilité. Trop occupées par les soucis quotidiens, beaucoup d’âmes finissent par accepter l’idée que Noël n’est au fond qu’un jour de congé comme les autres, au mieux une fête de famille environnée de cadeaux et plats fins achetés à crédit.

    Loin de cette misère spirituelle, souvenons-nous de la foi ardente de ceux qui nous ont précédés et soyons remplis du même espoir joyeux ! Dieu n’abandonne jamais et n’oublie rien ! Comment un Père si affamé d’amour pourrait-Il offrir son fils en sacrifice pour le rachat des péchés et abandonner ensuite le monde à sa propre folie ? Chaque instant de la vie est composé de grâces divines dont l’habitude et le temps ont peu à peu émoussées la perception. Concentrés sur nos éphémères existences, nous avons oublié que Dieu chemine sans cesse à nos côtés, silencieux et attentif. Malgré les créances que l’humanité a de nouveau accumulées, Son amour est toujours aussi ardent et Il nous murmure que les temps indigents qui nous vivons aujourd’hui doivent nous inciter à l’espoir et à l’allégresse. Dieu vient ! Le monde a désormais besoin de grands changements et d’un renouveau de la foi pour pouvoir poursuivre son chemin vers Lui !

    Rappelons-nous les « Montjoie-Saint-Denis », qui s’élevaient des champs de bataille et des assemblées populaires lors d’heureux évènements. L’origine de cette expression remonte au haut moyen âge, à l’époque où les pèlerins érigeaient des « monceaux joyeux » ou « Mont-Joye » sur lesquels étaient plantées des croix afin de rappeler la présence divine au voyageur distrait. Lorsque nos rois prirent Saint-Denis comme protecteur du royaume, « Montjoie-Saint-Denis » s’imposa.

    On ne peut que s’émerveiller devant tant de foi se manifestant au sein d’époques dures et pourtant célestes. Les saints qui peuplaient alors nos contrées ressentaient  la présence divine avec certitude et intensité, ne doutant pas que tout lui était soumis. « L’épreuve qui m’est envoyée est un grand honneur et je ne faillirai pas » songeaient-ils dans les malheurs qui les frappaient. Grandiose foi qui érigeait les cathédrales et déployait l’oriflamme vermeil face aux armées ennemies.

    Comme un manteau trop usé d’avoir été mille fois ravaudé, notre époque laissera place à une clarté divine faite de simplicité de joie et d’ardeur, en tous points semblable à la foi des premiers Chrétiens. Préparons-nous en semant autour de nous de semblables jalons spirituels, ces « monts joyeux ». Secouons la poussière de nos soucis et de nos habitudes en nous souvenant que Dieu surprend et « vient comme un voleur ». Gardons notre foi et célébrons la venue du Rédempteur d’un cœur ardent joyeux en criant « Noël ! Montjoie ! Saint-Denis ! Christ est là !»

    Messe de Noël*

    IV. AUX DOMINATIONS

    Esprits de liberté, beaux êtres sans contrainte, qui volez dans la voie parfaite comme le fer court à l’aimant; votre loi est l’enthousiasme; vous reflétez la pensée rectrice que les Thrônes ont édictée et vous pénétrez tous les mondes avec la force et la vitesse des rayons.

    Génies des surprenants miracles, inspirateurs des vrais oracles, vous les fidèles, vous les persévérants, le bâton d’or de vos commandements semble le geste de Dieu même.

    Créatures que l’adoration identifie au Créateur, arrêtez votre élan mystique et voyez s’il fut jamais une pitié plus grande qu’aujourd’hui, la pitié de la France.

    Au nom de cette indépendance qui vous enivre, obtenez pour nous, la victoire!

    La défaite des Francs serait l’asservissement de la terre au démon, ô Dominations !

    *

    Bien que le temps de Noël soit hélas devenu synonyme de foire commerciale; et même si mon cœur se serre de voir sa célébration par endroits interdite ou contestée; je souhaite à tous une très Joyeuse Nativité. Que la lumière du Christ naissant vous éclaire et vous guide vers la sainteté à laquelle nous sommes tous appelés.

    Claude d’Elendil

    Contact
    Compteur gratuit

    fauconsduroyT1 Révélation