10 Octobre 2011

Paradoxes et autres aberrations

paradoxeLa rigueur européenne tente de s’imposer; à la Grèce comme ailleurs. Elle est génératrice de grèves, de chômage, de faillites et d’une baisse du pouvoir d’achat qui augmentent son déficit; lequel impose de nouvelles mesures de rigueur… Le cercle vicieux est bouclé et la pression monte au sein de populations à bout de souffle.

Alors que la mondialisation incite chacun à donner des leçons et à se mêler des affaires de son voisin, le gouvernement allemand veut sauver la monnaie européenne et préfère ignorer que son peuple souhaite le retour au deutsche mark (67% pour la ex-RDA).

Dans le même temps, l’intelligentsia française stigmatise la dénonciation des corruptions, la taxe de populiste et laisse entendre que toute remise en cause du système mènerait à une situation bien pire.

Anticipant une prise de pouvoir par les Frères musulmans en Egypte, les Etats-Unis entament des discussions avec cette secte tout en dénonçant « le mépris des islamistes pour la vie ».

D’autres paradoxes et incohérences ? Bourses et spéculateurs, ennemis de toute raison, continuent à détourner le fruit du travail des hommes pour enrichir le petit nombre. Paradoxalement, ils sont les premiers à vanter la nécessité d’un grand changement; à condition que cela ne les concerne pas.

On a de la « diversité » plein la bouche tout en travaillant au nivèlement des peuples. Ségolène Royal plaide en faveur des Etats-Unis d’Europe; source inépuisable de lois; de liens destinés à étouffer l’individu et à reléguer sa culture au rang de simple folklore.
La cohésion d’un peuple ne se mesure pas à sa terre ou à sa monnaie mais à son histoire, à ses traditions et à sa foi; c’est ainsi que le peuple Juif a survécu à la diaspora. La réécriture des valeurs de la France afin de s’adapter à nos envahissantes minorités scelle sa destinée. Le peuple français disparaît peu à peu au profit d’un grand tout sans couleur et dépourvu de forme.

Foi chrétienne, Histoire ou Géographie; tous les pans de la connaissance sont intentionnellement et habilement minés au profit d’une éducation internationale dont la faillite n’est plus à démontrer. Errare humanum est, perseverare diabolicum; l’homme persiste dans ses erreurs au point de les enseigner comme des vérités universelles. En quête de nouvelles âmes, Satan rôde… encore et toujours.

Si l’aveuglement des multitudes est une tragédie passée sous silence, les hochets du monde sont voyants et innombrables. Journaux, radios, télévisions et Internet résonnent de news « people », de jeux, de fables et de « primaires socialistes » dont le but premier est de ratisser large et d’occuper l’avant-scène médiatique. Tous sont pourtant d’accord sur l’essentiel: l’idéal démocratique et le rejet de Dieu. De déchéances en dégradations des mœurs, nous avons atteint le point de rupture. Notre civilisation n’y survivra pas.

La Crise qui débute n’affecte-t-elle pas, plus particulièrement, la Grèce et l’Italie ? Les menaces pesant sur ces pays annoncent la formidable chute de notre civilisation gréco-latine.

La faillite de Dexia relance cette valse des milliards qui va épuiser les fortunes occidentales; les conférences et les impôts exceptionnels ne pourront endiguer cette hémorragie qui va laisser les peuples exsangues. Tous les signes vitaux de l’économie sont déjà dans le rouge.
Les prophéties n’annonçaient-elles pas une grande faillite pour la Fin des Temps ? Avertissement, Miracle et Châtiment sont désormais sur nos têtes.

*
L’Avertissement:

Fatima-Oct1917-Foule-01Le soleil tournoyant dans le ciel de Fatima (13 octobre 1917), la frayeur des 50 000 spectateurs (sans compter ceux des villages avoisinants) et la conversion des athées, confondus par le phénomène, ont été oubliés; sans doute aurait-il été nécessaire que de semblables phénomènes se reproduisent à chaque génération pour permettre à l’humanité de conserver sa foi. Dieu ne l’a pas voulu ainsi: que Sa sainte volonté soit faite.
A Garabandal, Avertissement, Miracle et Châtiment constituent un enchaînement annoncé. Ces apparitions, plus récentes (elles se sont déroulées du 18 juin 1961 au 13 novembre 1965), eurent lieu en Espagne, dans un petit village situé à 90 kms de Santander. Saint Michel et la Vierge apparurent à quatre voyantes d’une dizaine d’années: Mari-Cruz, Conchita, Jacinta et Mari-Loli afin de délivrer des messages d’avertissement à la Terre. Voici les paroles de Conchita concernant l’Avertissement:

14 septembre 1965:

Répondant aux américains (14 septembre 1965), elle déclara:

L’Avertissement est une chose venant directement de Dieu. Il sera visible par le monde entier, quel que soit l’endroit où l’on se trouvera.  Il sera comme la révélation (intérieure, à chacun de nous) de nos péchés. Les croyants aussi bien que les incroyants, et les gens de n’importe quelle région le verront et le ressentiront.

22 octobre 1965:

Conchita discutant avec une dame espagnole:

– Conchita, une comète s’approche de la terre. Ne serait-ce pas cela l’Avertissement ?
– J’ignore ce qu’est une comète. Si c’est quelque chose de la volonté des hommes je réponds: non. Si c’est quelque chose que Dieu fera, c’est bien possible.
Conchita prit la dame par le bras:
– Conchita, prie pour moi, j’ai très peur.
– Oh, oui ! L’Avertissement est très redoutable ! Mille fois pire que les tremblements de terre.
– Quelle sera la nature de ce phénomène ?
Ce sera comme du feu. Il ne brûlera pas notre chair, mais nous le ressentirons corporellement et intérieurement. Toutes les nations et toutes les personnes le ressentiront de même. Aucun n’y échappera. Et les incroyants eux-mêmes éprouveront la crainte de Dieu. Même si tu te caches dans ta chambre et fermes les volets, tu n’échapperas pas, tu ressentiras et tu verras quand même. Oui, c’est vrai. La Sainte Vierge m’a dit le nom du phénomène.
Ce nom existe dans le dictionnaire (espagnol). Il commence par un « A ». Mais elle ne m’a pas dit de le dire ou de le taire.
– Conchita, j’ai si peur!
Conchita pressa le bras de son amie.
– Oh, mais après l’Avertissement, tu aimeras beaucoup plus le Bon Dieu.
– Et le Miracle ?
– Le Miracle ne tardera pas à venir.…

Alors que nous voyons l’Eglise faiblir sous les coups d’un multiculturalisme opportuniste et athée, que le Système n’en finit pas de vaciller puis, tel un équilibriste, se rétablit toujours par quelque pirouette politico-financière, et que le mal aux mille visages ne cesse de s’étendre, on peut parfois s’interroger; se demander si Dieu ne nous a pas abandonnés à nos propres errements. Mais il ne faut pas perdre espoir car cela ne viendrait pas de Lui.

Poursuivant mes recherches, il m’arrive de découvrir de nouveaux éléments; d’établir de nouvelles correspondances entre prophéties. En relisant ce texte relatif à Garabandal, j’ai décidé de prendre mon dictionnaire espagnol-français et de parcourir l’ensemble de la lettre « A ». Quel pourrait bien être ce phénomène qui « sera comme du feu » mais « ne brûlera pas notre chair », qui verra « tout s’arrêter, même les avions en plein ciel » ? L’interview de Mari-Loli par le Père Laffineur, le 27 juillet 1975, nous apporte plus de précisions:

Q. Vous avez dit que vous connaissez l’année de l’Avertissement. Pouvez-vous nous dire s’il arrivera dans les prochaines années ou s’il est encore loin ?
R. Non, je ne peux rien dire.
Q. La Sainte Vierge vous a-t-elle dit de ne pas parler de l’Avertissement ?
R. Non, mais comme l’Avertissement et le Miracle viendront dans la même année, je sens au-dedans de moi de ne rien dire.
Q. Comment savez-vous que l’Avertissement et le Miracle viendront dans la même année ? (Mari-Loli a précisé ce qu’elle entend par la même année : une période de douze mois entre les deux évènements ; ce qui signifie que ces deux évènements n’arriveront pas forcément la même année.)
R. Pendant une apparition -je ne me souviens pas de laquelle – la Vierge me l’a dit.
Q. On dit que vous auriez fait savoir que lors de l’Avertissement, tout s’arrêtera, même les avions en plein ciel. Est-ce vrai ?
R. Oui, mais pour quelques instants.
Q. Vous voulez dire que tout s’arrêtera à un moment donné, et qu’à ce moment aura lieu l’Avertissement ?
R. Oui.
Q. Quand cela vous fut-il révélé ?
R. C’est pendant une apparition que la Sainte Vierge m’a dit tout cela.
Q. Au cours d’une ou plusieurs apparitions ?
R. Au cours d’une apparition. Je ne me rappelle pas si elle m’en a reparlé au cours d’une autre.
Q. Savez-vous combien de temps durera l’Avertissement ?
R. Que quelques minutes.
Q. Avez-vous peur de l’Avertissement ?
R. Oui. Comme tout le monde, j’ai des fautes à me reprocher, et comme l’Avertissement me montrera mes fautes, j’en ai peur.
Q. Pouvez-vous nous dire autre chose sur l’Avertissement ?
R. Tout ce que je peux dire est que cela est très proche et qu’il est très important que nous nous y préparions car ce sera une chose terrible. Il nous fera sentir tout le mal que nous avons fait.

Février 1977
Q. Avez-vous jamais discuté avec Conchita sur les dates de l’Avertissement que vous connaissez, et du Miracle qu’elle connaît ?
R. Je n’en ai jamais parlé avec elle.
Q. Avez-vous quelque conseil à donner aux gens pour qu’ils se préparent à cet évènement ?
R. Faire pénitence, offrir des sacrifices, visiter le Saint Sacrement tous les jours où nous le pouvons, prier le chapelet tous les jours.

29 Septembre 1978
Q. Du fait que vous êtes celle qui en sait le plus sur l’Avertissement, pouvez-vous nous dire s’il aura lieu avant le Miracle promis par l’intermédiaire de Conchita Gonzalez ?
R. Tout le monde l’éprouvera où qu’il soit, quelle que soit sa condition ou sa connaissance de Dieu… Ce sera une expérience personnelle intérieure. Il semblera que le monde se sera immobilisé… Toutefois, personne n’en aura conscience du fait que chacun sera absorbé par sa propre expérience.
Q. Comment voyez-vous la nature de l’Avertissement ?
R. Ce sera comme un sentiment intérieur de chagrin et de peine d’avoir offensé Dieu. Dieu nous aidera à voir clairement le dommage que nous lui infligeons et les mauvaises choses que nous commettons. Il nous aidera à sentir cette peine intérieure, car lorsque nous faisons quelque chose de mal, nous nous contentons de demander le pardon du Seigneur du bout des lèvres, mais alors, (par l’Avertissement), II nous aidera à éprouver ce profond chagrin jusque dans notre corps.

Comment faut-il interpréter « l’arrêt » général qui nous est promis et quel est ce « A » mystérieux ? Tout cela contenait quelque chose qui m’était vaguement familier; une hypothèse que je privilégie depuis un certain nombre d’années.
Ayant parcouru mon dictionnaire, deux mots ont émergé: « Atómico » et « Aurora boreal »; le sens de ces mots se passe de traduction. Concernant le premier « Atómico », il faudrait des explosions aussi soudaines que massives qui entraîneraient des destructives qui n’auraient rien d’un « avertissement ». De plus, ce fléau ne viendrait pas de Dieu mais de Satan et des hommes. Je l’écarte donc.
La deuxième hypothèse, celle de l’Aurore Boréale, est à l’évidence la plus probable; mais avec un bémol. Si de telles éruptions solaires peuvent en effet paralyser toutes les industries et les transports de la Terre, il est dit qu’elle s’accompagnera d’une volonté divine; celle d’imposer à chaque être humain une vision crue de lui-même; de ses péchés et de la façon dont Dieu le voit. Célébrant le péché et se moquant du Ciel, il ne fait pas de doute que notre époque en sera profondément traumatisée.

On retrouve de semblables propos à la Fraudais:

Quand vous verrez l’Aurore Boréale apparaître, sachez que ce sera le signe d’une guerre prochaine. Quand la lumière sera de nouveau visible, alors ma Mère se tiendra debout, devant le soleil couchant, pour prévenir les bons que le temps est là. Les méchants verront un animal effrayant, et crieront, épouvantés et désespérés ; mais il sera trop tard. Je sauverai beaucoup, beaucoup d’âmes (pour l’autre vie).

En1880:
Voici l’heure où la fureur des hommes, poussée par la fureur infernale, va se lever sans pitié pour démolir l’ouvrage du Seigneur… Un changement s’opère chez ceux qui sont le plus remplis de foi, comme chez ceux qui n’en conservent nulle trace. C’est un avertissement qui nous fait passer par le sentiment des angoisses qu’il prévoit.

C’est bien d’un phénomène à la fois physique et spirituel, d’une ampleur inconnue jusqu’ici, qu’il s’agit. Au delà du trouble que l’on peut ressentir lorsque l’on met ces prophéties côte-à-côte, il convient de s’interroger sur l’époque de cet « avertissement » et la proximité d’avec le Miracle (j’y reviendrai dans un prochain papier) et le Châtiment. Sans doute faut-il s’y préparer dès à présent, car ce sont des évènements appelés à s’enchaîner, mais il serait peu prudent de se hasarder à donner une date. Est-ce que cela surviendra pendant le règne éphémère de l’actuel « poteau de boue » ? C’est une éventualité.

Malachie, Fatima, La Fraudais, Garabandal… Tant de prophéties pointent notre temps comme étant celui de la Fin du Temps des Nations, qu’il est extraordinaire que l’humanité ne s’inquiète pas davantage des maux qui commencent à s’abattre sur elle.

donraymondJe lis en ce moment le livre de Don Raymond: « Ultime Avertissement au Monde » (étant épuisé, il est assez difficile à trouver). Bien que confidentiel, c’est un ouvrage très intéressant et bien documenté mais dans lequel l’auteur a dressé un semblant de calendrier qui s’est avéré erroné; ce qui gâche un peu l’impression positive de l’ensemble.
Publié en 1995, il écrit, page 418: « La Révolution française sera déclenchée par une situation sociale catastrophique sans espoir apparent. Bien des mystiques ont annoncé pour la fin des temps, une banqueroute mondiale. Le chômage ne cesse de monter,, accru par l’illusion européenne, premier degré du mondialisme maçonnique ».

Que conseiller si ce n’est de prier et de se préparer. Tout peut désormais arriver. Tenons-nous prêts.

*

Destruction de l’Eglise, guerres civiles puis troisième guerre mondiale. Voici quelques signes annonciateurs des prochains conflits:

Égypte : Manifestation de Coptes, dix-neuf morts (MàJ) octobre 9, 2011

*

Le Temps des Blasphèmes :

L’indifférence conduit au mépris et le mépris à la haine. Ainsi se manifestent les conséquences de l’apostasie des nations qui furent chrétiennes. Que ce soit le blasphématoire Golgotha Picnic ou la série « Les Borgia » ou encore une pièce de théâtre parisienne, toutes les insultes semblent désormais permises envers le Ciel. Marie-Julie avait annoncé notre époque mais le sort des prophètes n’est-il pas de ne pas être crus ?

blasphème-Théâtre-Marigny Borgia_CanalPlus_Lachapelle_3 borgia_pub_canal_small borgia26juillet borgia26juillet-4X3-580x410 Golgota-Picnic
habemus-papam

Quelques affiches de films, de séries ou de pièces de théâtre qui ne sont que blasphèmes se déclinant en dérisions, mensonges, poses suggestives et pornographiques. Quant à « Habemus Papam », ce film ne chante pas la gloire de Dieu mais la faiblesse d’un homme. Il brosse le portrait d’un Pape colérique, apeuré, perdu; d’un demi-dément dépassé par le poids d’une charge devenue obsolète; au sein d’un Vatican aux allures de maison de retraite autoritaire pour petits vieux fortunés, vains et sous anxiolytiques. Plus grave encore, le message laisse entendre qu’un milliard de catholiques sont assez stupides pour croire en un homme, le pape, qui apparait comme un vrai paumé. Il se conclut par une déclaration selon laquelle « l’Eglise a besoin d’un guide ayant la force d’entamer de profonds changements qui auront l’approbation de tous; qui aura pour tous amour et capacité de compréhension« .
Ces propos ne sont rien d’autres qu’un message post conciliaire tournant définitivement le dos à Dieu pour plaire à la volonté et aux modes humaines. Quant à la fin misérable de ce film, qui ne l’est pas moins, elle est un appel à l’antipape qui vient; celui qui sera imposé au Vatican lors de la révolution romaine. Tout ceci est actif et malveillant.

Il est visible que le temps du mépris laisse désormais place à celui de la haine; cette haine qui cherche à abattre le chef de l’Eglise et celle-ci avec lui. Certains, qui se disent pourtant chrétiens, critiquent le Pape et affaiblissent son autorité. Que ne font-ils preuve d’autant de « courage » envers un islam aux mains toujours plus sanglantes ? Sans doute est-il plus aisé de frapper un homme chancelant qu’un assassin notoire sous stéroïdes…
Même au sein de l’Eglise, la trahison existe. On se souviendra de la déclaration de Mgr Duval, Président de la Conférence Episcopale Française. En date du 20 septembre 1994, il déclarait aux journalistes de l’Association pour l’Information religieuse:
« Si nous souhaitons que les pays musulmans laissent construire des églises, nous devons laisser construire des mosquées chez nous« .

Vraiment ? Quel aveuglement ! Nous voici en 2011 et, alors que les mosquées n’ont jamais été aussi nombreuses en terre chrétienne, les églises sont interdites en islam et les chrétiens sont chassés, pourchassés comme lapins en garenne par les membres de cette secte ennemie du Christ. Les églises coptes incendiées ne sont que l’aperçu du sort qui nous est réservé en Occident car l’apostasie ne prend toute son ampleur que dans l’incendie et le meurtre.

Malgré ces pressantes menaces, œcuménisme et angélisme continuent de travailler au mélange des croyances et des peuples; dans l’espoir insensé d’en faire émerger une vérité et de préserver une paix illusoire. Combien de prélats et de prêtres se trompent eux-mêmes ainsi que leurs ouailles, et trahissent le Ciel ? Lorsque Marie-Julie, en 1882, nous dit que beaucoup se convertiront à l’islam lors des évènements, comment s’en étonner ?

« Du haut de ma gloire, je vois entrer avec empressement dans cette religion coupable, sacrilège, infâme, en un mot semblable à celle de Mahomet… j’y vois entrer des évêques ».

Les prophéties nous annoncent que, entre peurs, haines et trahisons, ceux qui veulent la destruction de l’Eglise réussiront mais que le prix que l’humanité devra payer sera immense. Ayant l’apparence de la mort – mais ne l’étant pas – l’Eglise sortira de son martyre, chancelante mais restaurée, renouvelée. Quant aux âmes qui refuseront le salut, Christ seul en sera Juge.

La perte de la foi a permis l’avènement de ce temps maudit dont les effets commencent à peine à se faire sentir. L’homme s’est éloigné de Dieu, confond l’amour et le sexe, et voit désormais son Créateur comme un dictateur. Mais le Seigneur, notre berger, a pitié de nous et se tient sur le seuil. Lorsque les hommes prendront conscience du mal qu’ils ont répandu dans les âmes et les corps, il sera trop tard pour reculer. Que ce qui doit arriver arrive.

*

Chrétiens du monde arabe, une minorité inquiète:

islamLes démocraties occidentales n’ont de cesse d’exciter les pays musulmans au désordre et de les inciter aux révolutions; lesquelles sont ironiquement qualifiées de « démocratiques ». Malgré les résultats calamiteux, constatés depuis l’invasion de l’Irak, les états occidentaux s’entêtent car le nivèlement par l’athéisme et la démocratie est indispensable à la formation du gouvernement mondial que doit diriger l’Antéchrist.

La première conséquence est une haine grandissante et farouche envers, non seulement l’Occident, mais aussi le  Christ. Ce ne sont pas les décideurs, confortablement installés dans leur bureau de Paris, Berlin ou Washington, qui en font les frais mais les communautés chrétiennes qui existaient bien avant que Satan n’ait propagé l’Islam à la surface de la planète. Entre exodes et génocides de communautés chrétiennes, le monde persiste dans ses erreurs et fait preuve d’une tragique indifférence pour le martyre des chrétiens.

La Croix, journal que l’on ne peut pas particulièrement qualifier d’extrémiste, brosse un portrait (très édulcoré) de cette tragédie antichrétienne. L’islamisation du monde arabe est semblable à une vague gigantesque que l’on peut qualifier de tsunami de la fin de notre temps d’apostasie. Tunisie, Egypte et bien d’autres pays dans la tourmente se verront imposer la loi islamique puis s’uniront pour guerroyer contre l’Occident.

Aveuglé par ses utopies laïques et universelles du « vivre ensemble », les pays qui formaient jadis « la Chrétienté » sont désormais dans l’incapacité de défendre leurs territoires; de repousser les invasions. Les populations européennes, de plus en plus préoccupées par une économie vacillante, mettent désormais leur espoir dans leurs facultés d’adaptations au nouvel ordre mondial. Là aussi, le point de rupture approche car des choix devront être faits entre liberté et esclavage; soumission à des lois infâmes et ennemies de Dieu.

Les pestes verte et rouge n’auront d’autre antidote que la foi en Christ.

Que nous le voulions ou non, nous allons retrouver une valeur que nous avions perdue; nous allons devoir choisir notre camp, assumer nos erreurs et en accepter les conséquences.

*
Survie:

Situation de survie # 005:

survie_commandoLorsque les premiers troubles ont commencé, vous êtes parti à temps; vous avez fui l’insurrection qui commençait à ensanglanter Marseille. Imitant la capitale et les plus grandes villes, les révolutionnaires – majoritairement les islamistes – se sont lancés à l’assaut de tout ce qui symbolisait la loi, la foi chrétienne et l’ordre.
Alors que vous vous étiez, avec quelques amis, réfugiés à proximité du Col Saint-Anne, au milieu de nulle part, vous avez appris par la radio, que les « insurgés » étaient désormais les nouveaux maîtres de la cité phocéenne.
Vous aviez des provisions, tout ce que votre sac à dos pouvait contenir de confort moderne, et avez espéré,  pendant plusieurs semaines, un retour au calme… qui n’est pas venu. Le temps passant, l’espoir s’est effiloché avec les nouvelles de meurtres, de chaos et l’émergence d’un nouveau pouvoir impitoyable. Lorsque l’Occident est entré en guerre avec l’Orient, votre groupe est resté longtemps prostré; cherchant, sans y parvenir, quelque réconfort dans la contemplation du paysage environnant.
Les années ont passé; terribles et interminables. Différents lieux, abris et fuites. La faim, la soif et la peur ont été votre lot. Vous avez néanmoins réussi à traverser ce temps en échappant aux les milices traquant sans répit les « ennemis du Peuple ». Vous avez bien pensé à trouver refuge dans une communauté plus importante ou dans un camp mais la peur d’être dénoncé vous a fait renoncer. En effet, « avant », vous étiez dans la Police et, bien qu’effectuant un travail administratif, vous avez su le sort qui leur était réservé.

Par chance, cette année là, le printemps et l’été vous ont permis de vous nourrir de baies et de quelques fruits. Le dernier bon repas dont vous vous rappelez est celui d’un rat et d’un écureuil pris au piège, voici quelques semaines. Du groupe avec lequel vous étiez parti, il ne reste plus que trois personnes; usées par cette vie nomade et plutôt mal en point. La faim qui vous tenaille est parfois terrible. Vous avez résisté à la tentation du cannibalisme mais vous redoutez les extrémités où vous pousseront l’automne et l’hiver…
Pour l’instant, sous un ciel nuageux, vous vous êtes éloigné du campement pour aller cueillir des myrtilles dans un sous-bois. Vous vous redressez brusquement et apercevez un homme d’une quarantaine d’années; en loques et d’aspect aussi misérable que vous. Vous échangez des regards de méfiance. La faim qui vous tenaille l’estomac vous brouille l’esprit; vous interdit toute idée de partage. Vous lui faites signe de partir mais l’inconnu est visiblement aussi affamé que vous. Sortant un couteau de votre ceinture, vous tentez de l’intimider mais, à votre grande inquiétude, l’homme tire également une lame de dessous son treillis en lambeaux.

Débriefing:

J’arrête ici la simulation ici afin de conserver un semblant d’espoir à cette confrontation tragique. J’ai récemment lu dans un courriel que mes simulations « survie » faisaient « flipper ». Même si je crains parfois qu’elles ne soient en dessous de la réalité, je ne souhaite pas enlever le courage qui sera nécessaire pour affronter cette époque.
Je crois que c’est aussi pour cela que je continue à « bloquer » sur l’écriture du troisième tome des Faucons; l’édulcorer ne servirait à rien et risquerait de donner une image contrastée du Roy Henri; de ce sauveur qui viendra en vainqueur pour vaincre et inspirera une grande terreur à ses ennemis. En décrivant ces scènes, je redoute que cela n’attise la haine des ennemis du Christ qui liraient ces lignes. Alors j’attends et m’en remets à Dieu.
Mais revenons à la présente simulation:

Une chose est certaine: le chacun pour soi ne fonctionnera pas; personne ne s’en sortira seul. Dans le cas présent, il est même pour le moins surprenant que vous ayez pu survivre si longtemps loin de tout. Après une période d’exode et de peur, des communautés se formeront; composées de « résistants » de tous bords. Il appartiendra à chacun de les rejoindre et d’y trouver sa place.
Toutefois, les évènements précédant le grand chaos étant censés susciter une profonde modification des mentalités à l’égard de la foi, il est raisonnable de penser que les « camps » qui se formeront seront de plus en plus nets; ce qui implique qu’une foi chrétienne y règnera volontiers et expliquera ce que Marie-Julie annonçait: la formation d’une nouvelle chevalerie nommée « les Pères de la Croix ».

Survivants de tous ordres religieux, regroupés en un seul ordre, ils doivent être le moteur du renouveau de l’Eglise et du monde. Même si leur mise en place prendra vraisemblablement du temps, ils soutiendront militairement et spirituellement les réfugiés et apporteront  leur aide au Roy Henri et au Grand Pontife lorsque le temps sera venu.

Pour revenir à la simulation, vous avez été confronté à deux menaces. La première n’est pas la plus évidente puisqu’elle concerne les myrtilles. Cela peut prêter à sourire mais il faut savoir que ces baies, particulièrement lorsqu’elles sont cueillies près du sol, peuvent avoir été souillées par plusieurs choses; comme des poussières ou des urines animales; renard…
La cryptococcose, due à des levures et à la poussière, peut dégénérer en méningite tuberculeuse; mortelle en moins d’un an. Quant à l’échinococcose, elle consiste en parasites attaquant le foie, entraînant une pseudo-tumeur qui ne peut être soignée que par une greffe ou une ablation.
Donc, ne jamais cueillir de fruits se trouvant près du sol… surtout lorsque l’accès aux soins est inexistant.

Le deuxième point est celui de l’arme; du couteau. Dans la présente situation, les armes blanches n’ont qu’une fonction; survivre; tailler et tuer. Lorsque des individus en viennent aux mains, on peut parier sur des contusions, voire des fractures. Par contre, dès qu’une lame apparait, l’intensité de la confrontation change radicalement. Il ne s’agit plus de se battre mais de défendre sa vie.
Là aussi, quelques recommandations:
– Préférez le dialogue ou la fuite à la confrontation,
– Ne sortez pas d’arme si vous n’êtes pas fermement décidé à vous en servir,
– Si vous l’utilisez, soyez rapide et précis dans chacun de vos actes afin de conserver l’initiative.
– Ayez des connaissances anatomiques; emplacement des artères brachiales, des distances séparant la surface de la peau des organes vitaux: Radius = 1cm de la surface, bras = 2cm, carotide = 4 cm, Clavicule = 6 cm, Cœur = 9 cm: Estomac = 12 cm…
Il existe de nombreuses techniques de défense que je ne souhaite pas approfondir ici. J’espère sincèrement que vous ne serez jamais confronté à une telle extrémité car, dans ce temps de dénuement qui vient, personne n’en sortira vainqueur. De plus, il vous faudrait vivre avec des images et des souvenirs très déplaisants. Quant à l’âme, il n’est rien de pire pour son salut que de prendre une vie.

Priez Dieu afin qu’il vous protège de tout cela et vous mène vers un abri sûr.

*

Seigneur Jésus,
Qui vous offrez à nous comme la route vivante,
Toute irradiée par la lumière d’en haut,
Daignez Vous joindre à nous sur le chemin de la vie,
Comme Vous fîtes jadis pour les routiers d’Emmaüs.
Donnez-nous part à Votre Esprit, afin que
Nous découvrions la voie de Votre plus grand Service
Et que, nourris par l’Hostie, vrai pain des routiers,
Nous cheminions allègrement, malgré fatigues et contradictions,
Sur la route qui mène droitement à la maison du Père.
Ainsi soit-il..

*

Claude d’Elendil

Contact
Compteur gratuit

fauconsduroyT1  Révélation