14 Septembre 2011

Rumeurs et Etincelles du Conflit Mondial:

ArgentsaleServier, Woerth-Bettencourt, Strauss-Kahn, Clearstream, Bourgi, Karachi, politiciens corrompus, écoutes illégales, complots, valises d’argent sale, manipulations, rumeurs et mensonges, théorie du genre, complicités d’une islamisation conquérante ou encore le Pape trainé devant la Cour Pénale Internationale.
Scandales et corruptions apparaissent non seulement comme étant polymorphes mais également massifs; endémiques. Que de laideurs derrière ces costumes bien taillées, ces chaussures sur mesures, ces précieux brushing et autres sourires de façade ! Que d’apparences trompeuses et conçues pour tromper  ! Les secrets pestilentiels qui ne cessent de sortir du puits forment le sommet d’un iceberg de pourriture. Comment le désespoir ne s’emparerait-il pas des populations désemparées ? Ne sachant plus à qui accorder sa confiance, l’humanité s’enfonce dans les ténèbres et commence à redouter le pire.
Il ne se passe guère un jour sans que la puanteur de ce mal qui grandit ne nous atteigne à travers les flux médiatiques; cela culmine parfois jusqu’au dégoût physique. Lorsque la dose supportable est atteinte, je tourne le bouton et reporte mon attention sur des choses plus constructives; la prière, la méditation et l’étude des prophéties. Savoir s’éloigner du monde pour se préserver est salutaire; particulièrement lorsque l’âme commence à se sentir cernée par ce flot putride. Mais comment rompre notre lien avec la « vie moderne » ? Faut-il se transformer en ermite; comme il y en existe encore en France ? Rompre tous contacts avec le monde n’est ni souhaitable ni aisément praticable; à moins d’y être appelé. La plupart d’entre-nous doit affronter le monde avec courage; se laisser guider par le Christ et travailler à son propre salut.

*

En marche vers les faillites:

failliteLes bourses ont entamé une spirale mortelle; celle conduisant à un ensemble de faillites qui doivent nous conduire à la crise; non pas la « crise » en général mais à cette première Crise décrite par Marie-Julie Jahenny. La première Crise, qui doit durer quatre semaines, est en effet censée initier un conflit civil en France. Ce trouble civil s’étendra au reste de l’Europe.

Quant aux Etats-Unis, leurs capacités d’intervention diminuent de jour en jour; ruine oblige. Ils auront, lors de la dite Crise, d’autres chiens à peigner avec une Chine aux abois.
Pour donner un aperçu de l’état de leurs finances, il faut savoir que l’on estime le coût des guerres engagées par les Etats-Unis, en réaction aux attentats du World Trade Center, à environ 4.000 milliards de dollars. Vertigineux !…  Mais il y a mieux. Si on y ajoute le passif de la crise et des faillites depuis 2008, c’est à se demander comment cette fédération peut encore exister. Avec une dette globale de plus de 14 712 milliards de $, les Etats-Unis sont virtuellement en faillite mais la rutilante devanture du « magasin » dissimule toujours sa misère. Tous les pans de l’économie sont touchés et ce ne sont pas les milliards de dégâts causés par les catastrophes naturelles qui permettront d’écoper ce navire à la dérive.
L’avantage qu’a l’Amérique sur l’Europe est qu’elle est encore maîtresse de sa monnaie et peut faire fonctionner la planche à billets. La conséquence est que la masse monétaire en dollars, déjà colossale, ne cesse de croître. La majorité des échanges se faisant en dollars, prendre en compte cette vérité reviendrait à provoquer un séisme économique mondial. Même si le dollar survit, il ne sera plus qu’une coquille vide. Beaucoup d’états vont se trouver précipités dans des guerres à cause de l’effondrement des monnaies. Les Etats-Unis mettront longtemps avant de refaire surface.

Samedi dernier, un journaliste constatait, analysant la précaire situation égyptienne, que les USA faisaient, il y avait encore peu, « la pluie et le beau temps » dans ce pays. L’attaque de l’ambassade d’Israël, le dix septembre dernier, est le signe d’une perte de contrôle de l’Occident sur le monde arabe. Mais, n’est-ce pas les Américains qui ont soutenu les Talibans à l’époque où ils combattaient l’URSS  ? N’ont-ils pas également favorisé les révolutions du printemps dernier ? Les déstabilisations qu’ils ont ainsi initiées seront à l’origine du troisième conflit mondial.

*

A propos du Grand Monarque:

Je reçois parfois des articles, des recommandations concernant divers ouvrages ainsi que des liens vers d’autres sites. Il y a des choses intéressantes, d’autres moins. Plus le temps passe et plus se dégage une tendance. Je remarque la farouche résistance de certains théologiens vis-à-vis de la Révélation et du grand Roy dont la venue a été prophétisée; mais peut-être est-ce dû aux évènements qui s’enchaînent ? En les écoutant, c’est à se demander si Dieu a encore le droit de susciter des prophètes ? Devant tant de réticences – et bien que m’efforçant moi-même de conserver une prudente réserve vis-à-vis des prophéties privées – je ne peux m’empêcher de trouver une partie du clergé « figée »; comme dérangée que le Ciel puisse se manifester sans les avoir consultés.

Les premières prophéties mises en cause sont souvent celles de la Fraudais. Elles ne sont en effet pas reconnues par l’Eglise mais ne sont pas non plus rejetées. Marie-Julie Jahenny (1850-1941) n’en demeure pas moins, soixante dix ans après sa mort, toujours contestée; avec une grande énergie. On l’accuse d’avoir politisé la foi, d’avoir fait le jeu des Chouans et autres revanchards royalistes. Des « experts en théologie » vont même jusqu’à affirmer que « la légende du Grand Monarque » est née de la Révolution Française. Ignorance ou rejet arbitraire ? Les références au Roy qui vient sont bien plus anciennes. Voici deux textes l’attestant:

Le Bienheureux Amadio, au XIIe siècle, nous dit :

« Dieu se choisira un homme selon son cœur et le chargera de paître le troupeau de son peuple. Et cet homme enseignera à toutes les nations le divin vouloir de son Seigneur qu’il aimera de tout son cœur. Sa miraculeuse élection remplira d’admiration et d’étonnement les brebis. Tous les rois viendront à lui […] mais il y aura des hommes qui lui seront opposés et deviendront ses ennemis. Alors Dieu fera baisser leur tête et les abattra, afin qu’à l’Orient et à l’Occident tous sachent que la main de ce même Dieu a fait cet ouvrage. Toutes les nations infidèles se convertiront à la vraie foi et obéiront à ce pasteur comme à leur père, et lui, et ses successeurs pendant longtemps les gouvernements dans la crainte de Dieu. Tous les hommes ne formeront plus qu’un seul troupeau sous un seul pasteur.
Cet homme prédestiné observera les Canons et les anciennes coutumes des Pères de l’Eglise, il extirpera les mauvaises, fera obéir aux bonnes et les établira solidement.
Il aura bien plus le soin des âmes et des intérêts spirituels que celui des temporels. Il ne s’occupera de l’argent qu’autant qu’il le faudra pour les besoins de l’Eglise, des orphelins, des veuves et des autres pauvres.

Le pasteur que Dieu aime et choisit entrera au temps marqué dans le temple ; il purgera et réformera l’Eglise et tous admireront stupéfaits […] il imitera le Seigneur en réalité par la parole et l’exemple […] il enseignera tous les secrets qui sont encore cachés sur la création des anges, sur Dieu et sur l’Univers.

Rome sera renouvelée en ces jours et présidera au monde entier. Avec ce Grand Pasteur surgira le Grand Roi…Les siècles finiront, la primitive unité sera rétablie, tous les membres dépendront du même chef et toutes les bergeries particulières feront partie de l’unique bercail du Christ ».

Saint Méthode, évêque et martyr sous Dioclétien, annonce :

« […] Lorsqu’on y pense le moins, il s’élève un roi des romains (un grand pape), qui porte heureusement les armes contre ces orgueilleuses multitudes (les musulmans). La valeur et le jugement se trouvent partout avec lui, triomphant de toute leur gloire.

Son fils (le Grand Monarque) le seconde avec de glorieux succès dans la Terre Sainte. La joie de ces infidèles se change en pleurs et en gémissements…L’Egypte est désolée, l’Arabie brulée et les villes maritimes pacifiées…il s’ensuit une paix admirable, et telle qu’elle n’a jamais été vue… ».

Que Dieu puisse susciter un nouveau roi, tel David ou Salomon, surpassant tous ses prédécesseurs en termes de foi et de droiture, afin de ramener la paix sur Terre, est-il si extraordinaire pour des hommes prétendant croire en Dieu ? Sommes-nous si prisonniers de la matière que nous sommes devenus incapables de lever les yeux vers le Ciel ? Le surnaturel est-il tellement à redouter ?

Mais revenons un peu au Roy Henri de la Croix; tel qu’il est nommé par Marie-Julie.

*

Le Roi de Blois ?

Pourquoi le terme « Roi de Blois » désigne-t-il souvent le Grand Monarque ? S’il est généralement ainsi nommé, en référence à l’adjectif « blesique », contenu dans ce quatrain de Nostradamus, cela a-t-il un sens ?  Pourquoi « Blois » ?

IV.77
SELIN Monarque l’Italie pacifique,
Regnes unis, Roy Chrestien du monde,
Mourant voudra coucher en terre blesique,
Apres pyrates avoir chassé de l’onde.

nostredame_01Tant de sornettes ont été écrites à ce sujet ! Et pourtant, il aurait suffit d’un peu d’étude et de patience pour en trouver le sens véritable.
Le terme « Roy de Bloys » (VIII-38, VIII-52) et, plus spécifiquement l’adjectif « blesique », avaient une consonance particulière qui me titillait l’esprit depuis un certain temps. Ayant cherché, sans succès, parmi les étymologies les plus courantes, j’ai fini par me tourner vers le breton « bleizig »; étymologiquement le « loup ».  Il ne s’agit donc pas de « Blois » (Blesense castrum, Blesensis urbs, Blesa) stricto sensu mais des racines de ce nom; lesquelles sont indéniablement bretonnes et concernent un personnage historique bien particulier.

Les Centuries de Nostradamus ont été vraisemblablement rédigées en latin. Il s’y trouve de nombreux termes romans, grecs, espagnols, allemands, anglais ou « autres ». Figures de style et jeux de mots sont légions. C’est un jeu d’adresse et de patience.

… Mais commençons à analyser ce quatrain:

On pourrait, au premier abord, croire que le « SELIN Monarque » (le Roi de la Lune – Sélène = relatif à la lune) fait allusion au Mahdi; à l’Empereur islamique qui doit être vaincu à la fin du troisième conflit mondial, lequel n’est plus très éloigné. Il faut garder en mémoire que ces évènements nous transportent à la fin de l’épopée du Roy Henri. Mais, dans le cas présent, il n’y a pas de ponctuation ni d’indication sur cette victoire; de plus, le mot est en majuscules ce qui, chez Nostradamus, annonce une particularité; le plus souvent un nom propre ou de lieu. Avec une lecture littérale, on pourrait même croire que c’est le Mahdi qui pacifie l’Italie !

Pour bien comprendre ce quatrain, il faut se déplacer mentalement jusqu’à cette époque, post conflictuelle, de retour vers Dieu. Ici, le SELIN ne désigne pas le Mahdi (qui a été défait, a vu Médine rasée, la Pierre de la Kaaba détruite, le tombeau du Prophète ouvert et sa dépouille réduite en cendres). Non, il est ici question du nouveau Maître de l’Orient (de ce qui fut l’Islam)… autrement dit du Roy très chrétien, Henri V de la  Croix; pacificateur de l’Italie et restaurateur de la papauté à Rome.
La suite du quatrain le décrit « mourant », après avoir chassé les « pyrates » des mers (de toutes les surfaces aquatiques = onde). Connaissant les actuels méfaits des pirates qui infestent le Golfe d’Aden et étendent leur influence en direction de l’Océan Indien, nous pouvons aisément extrapoler leur malfaisante importance en temps de guerre globale et de chaos.
Ayant enfin déposé ses armes dans la Jérusalem restaurée, le Roy reviendra en France, rejoindra la Bretagne et sera inhumé entre Auray et Sainte-Anne d’Auray. Mais pourquoi Auray ? Quel rapport avec « blesique » ?

Cette « terre blesique » apparait comme étant celle de « Sant Charlez Bleiz », plus connu sous le nom de Charles de Blois (1319-1364), duc de Bretagne. Celui-ci, béatifié en 1904, du fait de sa piété sans faille et ses neuf années d’emprisonnement à Londres – fut enterré à Auray.
Nous atteignons un point important des prophéties car Marie-Julie Jahenny nous parle à plusieurs reprises de l’importance de Sainte-Anne d’Auray; elle indique même ce lieu comme étant un « refuge » pour les Chrétiens, pendant le Châtiment.

« L’armée des méchants viendra aussi de ce côté-ci, où règne la Mère de Dieu. Là, cette armée renoncera à nous, mais elle cherchera le moyen de se venger du côté où règne Sainte Anne, notre grand-mère. Cette armée n’endommagera pas plus cette contrée que le jardin où nous sommes ( La Fraudais). Pourtant il y aura des punitions pour les rebelles, mais les justes ont la destination d’être protégés. »
(12 avril 1880)

Il m’a donné le pouvoir de séparer des orages cette Bretagne chère à mon cœur. Il m’a donné le pouvoir d’y descendre, le pouvoir de préserver les pécheurs, de les bénir et aussi de les frapper… mais, mon enfant, tu connais ma bonté.
— Oh ! oui, ma Bonne Mère, vous ne frapperez pas.
— Ce refuge m’appartient et, aussi, à ma bonne mère Sainte Anne. Quel privilège pour mes enfants bretons !
— Pourquoi ce si grand privilège, bonne Mère ?
— La Bretagne, mes enfants, deviendra un jour puissante. Le moyen, je vous le ferai connaître plus tard. Ce sera une terre de grâce et de privilèges. Mon pouvoir, ici, est plus grand que sur toutes les autres parties de la France et de l’Univers.
(25 mars 1878)

Voici les quelques mots que le Sauveur mortel adressera, en terre de Bretagne, aux pieds de Sainte Anne :
«Vous savez, Sainte Anne, l’ambition qu’a mon cœur de régner au milieu de mes frères. Cette ambition n’est nullement dans mon intérêt. Elle est pour celui de mes frères et de mon peuple que je voudrais rendre heureux, après tant d’années de malheur».
Le Cœur sacré est le flambeau promis aux fils d’Israël. Ces fils ne sont autres que les héros destinés et choisis par la puissance du Créateur… Ils iront, par une Voie que la Providence a décrite, avec des jubilations d’allégresse ; ils marcheront, comme une escorte glorieuse, à côté du Cœur qui contient, cachés, les trésors de la paix et le règne du bonheur. Ce Cœur sera placé dans la main du sauveur mortel ; c’est par lui que sera sauvé le peuple réservé à ne pas périr. C’est en tenant le Sacré-Cœur sur sa poitrine mortelle qu’il deviendra digne de porter la couronne de gloire et le sceptre d’honneur.
(23 novembre 1882)

Mon Fils m’a dit :
«Ma Mère, je vous donne tout pouvoir sur cette Bretagne».

Un lien significatif est ainsi fait entre « terre blesique » (terre de Charles de Blois) et Roy Henri; la terre d’Auray où « Bleiz » a été enterré. Auray n’étant distant de Sainte-Anne d’Auray que de huit kilomètres, il est vraisemblable qu’il choisisse un de ces lieux pour y être inhumé. A la lecture des prophéties, il apparaît que le Roy Henri aura une grande affection pour la Bretagne et sera à l’origine de la reconnaissance des prophéties de la Fraudais; je crois que ces prophéties le soutiendront durant ses années d’exil et d’adversité. En remerciement, ayant pacifié et restauré l’Empire d’Occident, il fera édifier un grand sanctuaire à la Fraudais. L’un des messages du Christ l’annonce en ces termes à Marie-Julie:

« Le Seigneur me montre l’emplacement de son Sanctuaire : il est énormément large, énormément long.

«Voilà, dit-il, la grandeur de mon Sanctuaire. J’en serai l’architecte. J’emploierai beaucoup de pierre pour sa construction.
J’en emploierai plus encore pour les maisons où j’enfermerai les Pères de la Croix, et les orphelins de père, et des veuves. Autour du Sanctuaire, d’où auront fui tous les bruits du monde, je veux faire des cloîtres de serviteurs et de vierges. »

Il n’y a pas de destin, il n’y a que des destinées. Celle du Roy Henri marquera profondément et durablement l’humanité après la première désolation.

*

Conflit civil en Europe et ailleurs: Etat des lieux au 12 septembre 2011

Mulhouse : Violents affrontements entre bandes rivales septembre 10, 2011
Chambéry : violences urbaines, 50 gendarmes arrivent en renfort septembre 10, 2011
Belgique : ouverture d’un tribunal islamique à Anvers septembre 10, 2011
Les islamistes demandent des excuses au Premier ministre canadien septembre 10, 2011
Agression dans un Bus: la vérité condamnéePersécutions antichrétiennes : Etat des lieux au 12 septembre 2011
Alors qu’il participait au grand pèlerinage marial traditionnel, un jeune chrétien a été enlevé et assassiné septembre 9, 2011
Des musulmans mettent en état de siège un village chrétien de Haute Égypte et menacent de raser son église septembre 9, 2011
Un prêtre et une religieuse catholiques passés à tabac en Chine septembre 8, 2011
Encore une abomination d’un musulman contre une jeune chrétienne pakistanaise septembre 10, s2011
Deux jeunes convertis chrétiens battus par des extrémistes hindous et… jetés en prison septembre 9, 2011
Egypte: impossible de construire ou de rénover une église conformément à la charia septembre 12, 2011
Un converti chrétien somalien enlevé par des islamistes, retrouvé décapité septembre 13, 2011
« Tuer les infidèles et détruire leurs églises » : le mot d’ordre des islamistes au Soudan septembre 13, 2011
Un chrétien pakistanais menacé de mort dans son pays et réfugié en Finlande, risque la reconduite à la frontière
septembre 11, 2011

Je m’interroge parfois. Combien de temps pourrons-nous encore discuter de ces sujets sur  Internet ? C’est une question préoccupante que se posent également le Nouvel Obs et Reporters sans Frontières. La France vient en effet d’être placée sous surveillance pour ses dérives envers la liberté d’expression. Il ne s’agit nullement de museler les appels au Djihad, à la révolution, à quelque culte satanique ou la progression exponentielle de la pornographie, mais de « bloquer »  certaines idées gênantes; plus particulièrement anti islam. Etat français, cachez donc cette croyance antichrétienne et ce terrorisme que je ne saurais voir…

*
Survie:

Le sac de couchage:

survieLe couchage est l’un des éléments les plus importants de la survie en milieu hostile. Si votre sac de couchage est garni d’un quelconque polyester et s’il n’est pas étanche, vous risquez de ne pas fermer l’œil de la nuit (glaciale, ça va sans dire), de claquer des dents pendant toute la matinée, de brûler un nombre considérable de calories, de ne pas être performant au sein de votre groupe et, pour finir, de tomber malade. Si votre liberté est importante à vos yeux, il faut que vous soyez en état de la défendre.

Le choix d’un bon sac de couchage nécessite donc de la réflexion et il est toujours risqué de le commander par Internet; ceci est aussi valable pour les chaussures et vêtements qui peuvent être légèrement sur ou sous-taillés; plus simplement ne pas convenir.Les matières isolantes évoluant, Il existe des sacs de couchage avec garniture microfibre qui est censée prodiguer une bonne isolation; pour ma part, je préfère encore la référence « duvet d’oie ou de canard véritable ». Vérifiez avant d’acheter la densité et la qualité; il doit également comporter des températures indicatives (optez pour une protection supérieure à –10°).

Question espace, assurez-vous que sa longueur; particulièrement  si vous êtes de grande taille; vous convient; les pieds au chaud et le haut du corps grelotant ne donne rien de bon lorsque le soleil se lève. Question forme, je préfère les sacs rectangulaires à ceux au format « momie » ou « cocon »; histoire de pouvoir un peu bouger et se retourner sans être engoncé. La tendance est toutefois nettement à la compacité du format « momie ».

Evitez les matériels d’occasion; surtout en provenance d’armées étrangères ou ayant servi lors d’opérations en territoires « exotiques ». J’ai encore en mémoire un sac de couchage de l’armée israélienne qui avait provoqué une belle petite maladie de peau; un beau petit truc avec des boutons en forme de cercle (j’ai oublié le nom) qui s’étendaient rapidement. Un traitement à base de désinfectant et de bleu de méthylène en est venu à bout mais ce n’était pas très beau à voir.

Un sur-sac de couchage (environ 60 euros) peut avantageusement remplacer un double toit ou une tente complète; à condition qu’il ne pleuve pas trop. C’est un matériel individuel léger et offrant une bonne protection.Voici un site de matériel militaire plutôt bien fait: http://www.dca-france.com , mais il en existe beaucoup d’autres. Concernant les kits de survie, composez-le vous même plutôt que de l’acheter tout prêt. Les vendeurs ont tendance à rogner sur la qualité et à augmenter les prix. Passez un peu de temps à comparer; allez dans différents endroits et ne choisissez que ce qui vous convient vraiment. Cela est valable pour l’ensemble du matériel; rien ne vous oblige à tout acheter au prix fort et au même endroit.

Question habillement, et à moins que nous n’ayez l’intention de vous enrôler dans une des milices qui vont foisonner, l’idée est de ne surtout pas afficher un look « Rambo-mytho » mais d’adopter un aspect neutre et une attitude furtive.

Inutile d’arborer une tenue « camo » et de dégager une esthétique militaire. On ne sait jamais sur qui – ou quoi – on va tomber; un semblant d’uniforme lorsqu’on a pas d’arme et qu’on ne fait pas partie d’un groupe militarisé peut attirer de gros ennuis. Le mieux est de privilégier un look civil tout en ayant un matériel de qualité militaire.
Il n’est pas nécessaire non plus d’éveiller des soupçons ou des convoitises en exhibant du beau, du clinquant ou du flambant neuf. Si ce que vous portez peut sembler un peu usé et poussiéreux, c’est préférable. Sans pour autant ressembler à une épluchure, moins on se fait remarquer et mieux c’est…

Lorsque vous aurez votre matériel, faites quelques sorties « camping » entre amis; discutez de la situation, établissez un plan commun d’évacuation et évitez de rester isolé. Familiarisez-vous avec chaque élément de votre matériel car vous aurez certainement des choses plus importantes à faire le moment venu. S’il fait froid, prenez en plus une couverture de type « polaire » mais ne l’utilisez pas n’importe comment…J’ai en mémoire un stage hivernal effectué dans le camp de Frileuse (Yvelines). L’endroit portait bien son nom. Un froid terrible, vingt centimètres de boue et des gardes nocturnes balayées par un vent glacé. Ca laisse des souvenirs… mais c’est comme ça qu’on se perfectionne et qu’on s’endurci.

Les appelés souffraient beaucoup du froid, d’autant plus qu’ils n’avaient aucune expérience dans ce domaine. Ils ignoraient par exemple que l’on n’utilise pas une couverture avec un sac de couchage comme on le fait sur son lit douillet; on ne la pose pas directement. Il faut soigneusement s’empaqueter dans ladite couverture (on la rabat sur les pieds puis sur les côtés) puis se glisser dans le duvet; tout en s’assurant qu’il y a suffisamment d’air entre les deux pour créer une couche isolante supplémentaire. Ils ignoraient également qu’il est nécessaire de bourrer ses rangers avec du papier journal si on veut pouvoir les remettre rapidement le lendemain matin… où si on veut être capable de prendre sa garde quand on vient vous réveiller à 3h du mat. Ce sont ces petits détails qui permettent d’être rapidement opérationnel en cas d’alerte. Mine de rien, ça peut sauver des vies si les circonstances s’y prêtent.

Dans tous les cas, pensez pratique, mobile et furtif !  La survie est éprouvante physiquement et moralement. Elle ne s’improvise pas.

Je reviendrai sur ces différents points mais ayez à l’esprit qu’il est nécessaire que votre équipement soit le plus compact et léger possible. Pas de truc qui brinquebale dans le sac à dos, de machins fluo qui vous signalent à cinq cents mètres ou de gadgets aussi onéreux qu’inutile. Evitez les magasins de sport et les marques dont la qualité est intentionnellement altérée afin de limiter la durée de vie du produit. La qualité militaire adopte une démarche (heureusement) inverse.

*

Situation de survie # 002:

Je ne peux m’empêcher de sourire en songeant au visiteur arrivant par mégarde sur cette page. Ce blog espère en une France, redevenue Fille aînée de l’Eglise, et se désole de la décomposition de notre époque. Il attend le troisième conflit mondial et prie pour que le Ciel nous envoie ce grand Roy et ce Pape qui doivent ramener la paix sur terre. Cela doit sembler au démocrate, militant et adhérant de toutes les modes actuelles, fussent-elles les plus viles et éphémères, à la fois incompréhensible et insupportable; voire totalement risible. Que dire sinon que nous verrons bien ce que les mois qui viennent nous réservent ? Où est la folie et où réside la sagesse ? Le temps et les évènements nous départageront.

Allons-y pour le scénario # 2. Prêt ? C’est parti !

emeutes3Il y avait déjà un moment que les nouvelles étaient mauvaises mais là… vraiment ça va mal. La Grèce a fait faillite, la dévaluation de l’Euro s’accentue, l’économie est paralysée et le chômage a explosé au cours des derniers mois. Privés d’emploi et de revenus, la pauvreté jette d’innombrables familles à la rue. Entre crimes et délits, des troubles sociaux de plus en plus violents apparaissent; rappelant ceux de 1968. Mais, cette fois, c’est beaucoup plus grave.

L’essence est passée à six euros le litre et l’économie mondiale est sérieusement atteinte. Les Etats-Unis sont aussi durement touchés; au point d’avoir anticipé le retour de leurs troupes du Moyen-Orient. Il était temps car un homme surgi de nulle part vient d’être reconnu comme le Messie attendu par les musulmans. Ses discours appelant au Djihad enflamment les foules à travers le monde…
Lorsque l’Espagne, le Portugal et l’Italie se sont retrouvés à leur tour au bord de l’abîme, l’Europe n’a pu faire face aux centaines de milliards d’euros nécessaires à leurs renflouements. Les banques françaises, déjà fortement attaquées, se sont tournées vers l’Etat pour éviter leur propre faillite. Les sommes nécessaires à une recapitalisation étaient si colossales qu’elles n’ont pu être rassemblées; n’ayant plus la maitrise de sa monnaie la  France a assisté, les yeux grands ouverts, à sa perdition. Après avoir été un temps suspendues, les bourses ont cédé une dernière fois à la panique avant de s’effondrer dans un indicible chaos; en même temps que la monnaie européenne.

Il est dix-huit heures et vous êtes chez vous; voici déjà quelque temps que vous avez été licencié; votre entreprise a mis la clé sous la porte. Avec votre famille, vous contemplez de manière quasi-hypnotique les chaînes de télévisions qui diffusent des images d’attroupements devant les agences bancaires; lesquelles restent inexorablement closes. Les distributeurs de billets sont vides depuis longtemps et la colère éclate à présent à chaque coin de rue. Ca tourne à l’émeute. D’autres images s’animent; la peur de manquer fait se presser d’autres foules vers les supermarchés; des liasses d’euros dévalués en main. Alors que les scènes de pillages et de violences se multiplient, vous vous demandez comment tout ça va se finir. Le mieux n’est-il pas d’attendre que ça se calme, bien à l’abri, chez vous ? Les hommes politiques vont sûrement trouver une solution. Alors que vous tentez de vous rassurer en vous disant que tout va rentrer dans l’ordre, des coups de feu éclatent au loin. Vous sursautez.

Tandis que votre épouse et vos deux enfants restent vissés devant la télé, contemplant les compagnies de CRS tentant, sans y parvenir, d’empêcher la mise à sac des Champs-Elysées, vous vous dites que ce serait peut-être une bonne idée de remplir les placards avec quelques pommes de terre, des pâtes et du riz. Vous prenez le peu d’argent qui vous reste, descendez l’escalier et empruntez le chemin de l’épicerie qui se trouve au coin de la rue. Vous vous apercevez vite que vous n’êtes pas le seul à avoir eu cette idée. Devant les étals vides, la peur échauffe les esprits. La réalité vous rattrape brutalement. De plus en plus inquiet, vous rebroussez chemin et réussissez à acheter, moyennant la cinquantaine d’euros qui vous restaient, les deux dernières baguettes à une boulangerie sur le point de baisser définitivement son rideau de fer. Vous remontez rapidement chez vous et rejoignez les vôtres qui sont toujours scotchés devant le grand écran plat acheté à Noël. Saisi d’une crainte, vous leur dites d’éteindre cette fichue télévision et de préparer rapidement un sac. Tout le monde en voiture et, hop, direction chez tante Germaine, à Ferrières-en-Gâtinais…

Débriefons, débriefons…

Question réactivité et efficacité, on ne peut pas dire que ce soit un modèle du genre; le pronostic de survie de cette famille est mauvais. Elle est à l’évidence composée de spectateurs passifs, contemplant des évènements qui les dépassent et réagissant plus par instinct que par réflexion. C’est même à se demander s’ils n’ont pas cru que leur écran diffusait une fiction; sauf que, cette fois-ci, c’est bien réel.
En ce 14 septembre 2011, il existe suffisamment de sources d’information pour pouvoir estimer la progression de cette menace civile.  La première chose à faire est d’anticiper, d’en discuter en famille et d’établir un plan d’action. A partir de quel moment, « bougeons-nous » ? Effondrement de l’euro ? Celui des banques ? Premières émeutes ? Si, comme les prophéties l’annoncent, tout doit commencer par Paris, où peut-on aller ? Que va-t-on y trouver si on n’y a pas d’attaches familiales, amicales ou immobilières ? Quels seront les moyens en termes de sécurité et de subsistances ?

Dans le cas présent, un départ précipité expose cette famille au danger. Tout comme le père de famille s’est retrouvé au milieu d’une foule en quête de nourriture devant une épicerie vide, tous risquent de se retrouver pris dans un trafic inextricable de Parisiens tentant, eux aussi, de fuir en direction de la Province. Peur, énervement, manque d’essence, pompes à sec forment un mauvais cocktail. Abandonner son véhicule sur le bord de l’autoroute et partir à pieds avec ses valises, risque de ne pas mener très loin.

Ce manque d’anticipation des évènements et de préparation pourrait leur coûter cher. La méthode Coué n’a jamais sauvé personne. Il appartiendra à chacun de déterminer le point de rupture de la présente situation et l’instant du déclenchement de l’action; le moment où l’on décidera que la situation est hors de contrôle et où on peut encore, matériellement, s’éloigner. Il est possible que cela se déclenche au début du printemps prochain, mais tout est dans la main de Dieu.
Autant de personnes, autant de cas différents. Certains décideront de partir, d’autres préfèreront demeurer à Paris; où n’auront tout simplement pas les moyens de quitter la capitale avant que le danger ne l’interdise (je pense particulièrement aux plus faibles, malades, personnes âgées, les plus pauvres…). Pour ceux qui se retrouveraient coincés à Paris, il faut commencer par reprendre les habituelles consignes données en cas de catastrophe naturelle.
– Constituez un stock de vivres (eau – nourriture) et de matériels pour deux à trois semaines (kit de premiers soins, outils…). Pensez également aux rations de survie de l’Armée. Elles sont abordables, les menus sont équilibrés et sont facilement transportables.
Comme vous ignorez combien de temps l’approvisionnement en eau et en électricité sera maintenu, remplissez au plus tôt baignoires et récipients. Ayez à disposition suffisamment de lampes électriques, de piles et de bougies. L’éclairage public étant souvent le premier affecté, la lumière maintiendra le moral de votre groupe.
– Visez l’autonomie; voire l’autarcie; tout en sachant que, quelque soit votre stock, ce dernier finira par s’épuiser. Prenez conscience que votre situation est provisoire et que vos réserves ne sont là que pour vous donner le temps de la réflexion; pour vous permettre de trouver une solution à la fois plus sûre et plus durable.
– Ecoutez la radio. Tenez-vous au courant des évolutions politiques. Sachez apprécier le danger qu’elles représentent pour votre sécurité. Accordez votre confiance avec parcimonie car beaucoup de repères peuvent être bousculés.
La nourriture sera un problème majeur dans toutes les grandes villes. N’attendez pas d’être à court, d’être affaibli par le manque calories,  pour réagir; vous éloigner.
– Equipez-vous d’appareils à dynamos ou solaires; ne serait-ce que pour essayer de capter des informations au cas où l’alimentation électrique serait défaillante.
– Evitez l’isolement, essayez de vous organiser avec des amis, des voisins. Anticipez la coupure des réseaux téléphoniques et du Web; soyez vigilants. Si votre vie vous parait en danger, efforcez-vous de déterminer posément un plan de repli; caves, égouts… tout en sachant que les facteurs sécurité et nourriture doivent orienter vos choix.
– Si vous croisez un groupe d’hommes en armes, ne les fixez jamais dans les yeux; ne vous retournez et ne courez pas; ne donnez pas l’impression que vous fuyez.
– Evitez de répondre aux provocations, de critiquer ouvertement les forces en place. Certaines paroles peuvent être fatales en temps de guerre…

Tout dépendra bien sûr du danger que vous estimez encourir au sein de cette révolution islamo-révolutionnaire. Les prophéties nous disent que certains s’en trouveront très bien et y adhèreront aussitôt; ceux qui choisiront leur foi chrétienne et leur liberté auront beaucoup plus de difficulté à demeurer en vie…

Encore une fois, anticipez ! Sachez détecter les signes économiques et sociaux. Une importante dévaluation de l’euro sera, à mon sens, le signe de l’éloignement.

Avec la monnaie commune, l’Europe est semblable à une cordée de chats; chacun étant lié à l’autre par un filin d’acier. Jadis, alors qu’ils étaient libres de leurs mouvements, chaque chat, s’il venait à chuter, finissait toujours par se redresser et retombait sur ses pattes. Avec ce lien d’acier, la chute d’un matou en entraîne un autre; tous s’emberlificotent, se griffent et s’étranglent dans un tragique concert de miaulements. Tous ont travaillé au tressage de ce beau lien d’acier qui les tue aujourd’hui. Le fait est qu’aucun d’eux ne s’en sortira.
C’est ainsi que chaque pays européen endetté va précipiter l’autre dans une faillite sans issue. Cela va vraisemblablement débuter par la Grèce, se poursuivre par l’Italie, l’Espagne et le Portugal; la rumeur sur le rachat de dettes italiennes par la Chine en dit long sur la situation de l’Etat italien. Mais, malgré ces éléments, il est dit que la guerre civile européenne doit débuter par Paris. La faillite des banques françaises pourrait en être à l’origine mais, il n’est pas exclu que d’autres éléments viennent aggraver la situation. Si le cours de l’or est aujourd’hui à son plus haut (il n’a pas fini de monter), c’est que ce métal précieux sera un instrument de survie; il permettra d’acheter de la nourriture à « prix d’or » et des consciences. Cela s’est vu lors de bien des guerres et se constatera encore pendant celle qui vient…

*

Mon Dieu, daignez me donner ce sentiment continuel de Votre présence, de Votre présence en moi et autour de moi…
Et, en même temps, cet amour craintif qu’on éprouve en présence de ce qu’on aime passionnément, et qui fait qu’on se tient devant la personne aimée, sans pouvoir détacher d’elle les yeux, avec un grand désir et une volonté de faire tout ce qui lui plait, tout ce qui est bon pour elle, et une grande crainte de faire, dire ou penser quelque chose qui lui déplaise ou lui fasse du mal…
En vous, par Vous et pour Vous.
Amen.

Charles de Foucauld

*

Claude d’Elendil

Contact
Compteur gratuit