15 Août 2011

L’Ange et la Bête

AssomptionLe 15 août n’est pas un jour de congés, ni de vacances, de retrouvailles entre amis, d’exercice d’un droit syndical, d’un acquis social et encore moins un jour férié se prêtant à une quelconque beuverie sur la plage la plus proche. Le 15 août est la fête de l’Assomption, jour où la très Sainte Vierge Marie quitta physiquement cette terre pour rejoindre le  Ciel.

La Vierge Marie est morte à Ephèse, là où vivait l’Apôtre Jean. Ayant porté notre Seigneur Jésus Christ, le corps de sa mère ne pouvait connaître la corruption. Le terme « assomption » provient du verbe latin assumere, qui signifie « prendre », « enlever »; c’est un enlèvement au Ciel. Cette fête est un dogme de l’Eglise.

Si la foi en Christ est aujourd’hui combattue afin que la liberté de faire le mal puisse régner sans partage, si elle s’efface pour  ne pas « traumatiser » les croyances les plus diverses, si l’orgueil et l’ignorance voudraient bien la voir disparaître du calendrier au profit d’une célébration plus républicaine, l’Assomption reste une fête catholique.

*
L’actualité:

« Ben quoi, y’s’passe plus rien ? En Angleterre, ça s’est calmé, les Bourses se stabilisent et le CAC40 a repris des couleurs avec un positif de plus de 4%. Ca va être comme en 2009; tout va rentrer dans l’ordre, comme d’habitude. Ces histoires de prophéties, c’est décidément de la blague… »

Réaction bien compréhensible. Après tout, la logique est toujours plus probable que le surnaturel. Si on prend en compte l’inertie inhérente de l’humanité aux changements, sa capacité de résilience, voire d’oubli – si prisé des politiques en quête de réélection -, et son caractère industrieux, il n’y a pas de raison que quoi que ce soit change. Le chat retombe toujours sur ses pattes…

C’est aussi ce qu’avance le principe de parcimonie, dit « rasoir d’Ockham », appelé ainsi en mémoire de son fondateur, le moine franciscain Guillaume Ockham (XIVe siècle). Cet axiome affirme que la trajectoire entre deux points est vraisemblablement la ligne droite; même si certaines mathématiques contredisent cette règle. Le rationalisme du principe de parcimonie nous dit en effet que « les hypothèses les plus simples étant les plus vraisemblables », tout devrait rentrer dans l’ordre. Ce même concept scientifique privilégie l’évolution par rapport à la Création; ce qui, en passant, aurait sans doute bien embarrassé Guillaume Ockham en tant que moine.

Foi et logique humaine sont souvent incompatibles. La Révélation est aussi cela: une remise en cause des certitudes humaines; une clarté jetée sur les ténèbres. Les prophéties de la Fin des Temps associent cette période à l’achèvement d’une grande confusion due, précisément, à l’incapacité de l’être humain à faire la part entre Science et Divin; mensonge et vérité. Quel mot pourrait mieux qualifier notre temps que celui de « confusion » ? Peuples, langues, vérités, mensonges, apparences du bien et du mal sont désormais si intimement mêlés qu’ils forment un nœud aussi informe qu’inextricable. Cela entraîne de grands troubles car les hommes font une chose et les autres en voient une autre; prononcent des mots vides de sens pour ceux qui les écoutent.

Aujourd’hui, une frénésie de chaos semble s’être emparée du monde. Alors que les puissants ne parlent que de Paix et de Sécurité, nous voyons surgir un « Printemps arabe » qui n’en finit pas, une intervention de l’OTAN en Lybie, une répression aux allures de guerre civile en Syrie, des guerres en Irak, Afghanistan, des rumeurs inquiétantes venant d’Iran, une crise financière ainsi que des dérèglements de toutes sortes… Jusqu’à ces très récentes émeutes en Angleterre. Tout cela nous dit que nous sommes dans une phase de grande déstabilisation.
Ces évènements ne forment-ils pas la gerbe d’étincelles qui précède ce grand feu annoncé par les prophéties… un feu apparemment inextinguible ? Ne sont-ils pas semblables à des coups de tonnerre annonçant une grande tempête ?

Si Marie-Julie déclare, le 25 août 1882: « Mes enfants, avant même peut-être que la première crise de la Fille aînée de l’Eglise ne soit commencée, il y aura des nouvelles douloureuses de ces peuples : Angleterre, Perse, Jérusalem. Tous auront subi de grands maux » , cela signifie que les épreuves devant toucher ces pays sont importantes; semble-t-il bien plus importantes que les émeutes de la semaine passée.

ictusComment savoir; comment comprendre ce qui se déroule sous nos yeux ? Appréhender les évènements nécessite une prise de recul permettant d’obtenir une vue d’ensemble; un panorama spirituel observé depuis une table d’orientation. Cette vision globale du Monde, d’hier et d’aujourd’hui, son évolution, la compréhension des modifications des mœurs, us et coutumes ne peut s’obtenir qu’en chassant toute tension intérieure; en nous détachant de toute émotion matérielle parasitant la prière, l’étude et la méditation. Si la vie moderne se prête mal à ces exercices, c’est le seul moyen pour nous permettre de définir la trame des évènements; de les relier entre eux et à ceux annoncés par les prophéties.

La Révélation est un processus lent à l’échelle humaine; instantané à l’aune de l’éternité. On pourrait même créer un théorème selon lequel toutes durées ( t ) observées dans la perspective de l’éternité divine ( ) se contractent pour former des instants ( i ) d’égale valeur. Devant Dieu, tout devient insignifiant. Le deuxième Epitre de Pierre nous suggère quelque chose d’approchant en des termes plus simples:

2Pi 3:8 Mais n’ignorez pas cette chose, bien-aimés, c’est qu’un jour est devant le Seigneur comme mille ans, et mille ans comme un jour.

infini

Si le temps est une dimension humaine, quelques explications historiques sont nécessaires. La Révélation a véritablement commencé en 1917; date qui annonçait non seulement l’Internationale communiste,  la fin de la première guerre mondiale, mais également l’établissement, en Palestine, d’un foyer national pour le peuple juif; autrement dit le premier jalon dans la restauration d’Israël (déclaration Balfour). C’est l’année qui est traditionnellement considérée comment étant le début de la Fin des Nations.

Depuis cette date, les empires sont tombés et les colonies ont obtenu leur indépendance. La technologie, le commerce et les transports ont aboli les frontières; l’immigration a mélangé les peuples et les langues. En disparaissant, les Nations se sont regroupées; cela a été l’empire soviétique avant sa chute, l’échec de l’empire nazi qui devait durer mille ans ainsi que la disparition des pays européens au profit d’une structure supranationale dont les pouvoirs ne cessent de croitre. Le monde s’acharne à bâtir son unité  mais ses croyances et ses intérêts divergent; les poussent vers la confusion et les divisions.

Selon les prophéties, deux nouveaux empires devraient voir le jour; l’un, proche, islamique; l’autre, un peu plus lointain; celui, mondial, de l’Antéchrist. Tous deux périront malgré leur soif de toute puissance et d’éternité.

La Révélation, dont la première partie se nomme le « Châtiment », est censée se dérouler sur une vingtaine d’années (Nostradamus attribue à l’Antéchrist un règne de vingt-sept ans); reste à savoir si ce chiffre inclut l’esprit d’iniquité qui règne à présent ou si cela concernera la durée de ses méfaits.

Si nous assistons à une montée en puissance de la Révélation, sa progression n’est pas linéaire. La plus grande erreur serait de tomber dans le cliché du film catastrophe hollywoodien, débutant par une introduction désinvolte, continuant par des développements dramatiques et s’achevant par  un happy end où l’homme affirme sa toute puissance. Au sein de tous les  maux annoncés, il y aura des périodes de répit, d’attente, d’espoirs et de désespoirs…

« … Quand tout semblera perdu, la victoire commencera et continuera jusqu’à ce que les forces des ténèbres retournent à l’enfer… Alors tous fléchiront le genou et serviront sous l’œil satisfait de mon Père »
La Fraudais

La Révélation contient tellement d’évènements, de merveilles et d’horreurs que des encyclopédies entières ne pourraient les contenir.

*

L’accalmie que nous connaissons va être de courte durée. D’un point de vue humain, certains économistes le devinent:

« L’économie entre dans une phase dangereuse« , vient de déclarer Robert Zoellick, le patron de la Banque Mondiale. « L’économie mondiale est entrée dans une phase nouvelle et plus dangereuse; ce n’est que le début d’une tempête nouvelle et différente. Ce n’est pas la même crise qu’en 2008. Dans les quinze derniers jours, nous sommes passés d’une reprise difficile – avec une bonne croissance pour les pays émergents (…) mais bien plus hésitante pour les pays les plus développés – à une phase nouvelle et plus dangereuse.

Quant à l’Angleterre, premier maillon de la chaîne menant aux révolutions, bandits et pillards ont démontré la faiblesse des forces de police; d’autres vont en tirer les leçons. Si quelques milliers de voyous peuvent semer la terreur et l’incendie, qu’en sera-t-il lorsque les ambitions islamo-ethniques jugeront le moment de la conquête du pouvoir venu ? Je vous invite à lire le discours d’Enoch Powell, prononcé le 20 avril 1968; dont voici un morceau choisi, datant de 1968:

Il y a 8 ans, dans une rue paisible de Wolverhampton, une maison a été vendue à un noir.

Aujourd’hui, il ne reste plus dans cette rue qu’une femme blanche, une retraitée, et voici son histoire : cette femme a perdu son mari et ses deux fils, morts à la Guerre. Elle a transformé sa maison de 7 pièces, son seul bien, en chambres à louer. Elle y a mis toute son énergie et elle a bien réussi, remboursant son emprunt et commençant à épargner pour ses vieux jours. Puis des immigrés sont venus s’installer. Avec une appréhension croissante, elle a vu les maisons se faire racheter les unes après les autres. La rue, autrefois paisible, est devenue bruyante et chaotique. À regret, elle a vu ses locataires blancs partir un à un.

Le lendemain du jour où son dernier locataire est parti, elle a été réveillée à 7 heures du matin par deux hommes noirs qui, disaient-ils, voulaient utiliser son téléphone pour appeler leur employeur. Elle a refusé, comme elle aurait refusé à n’importe qui à cette heure matinale. Elle a alors été injuriée. Sans la chaîne qui bloquait sa porte, elle a craint d’être agressée. Depuis, des familles d’immigrés ont essayé de lui louer des chambres, mais elle a toujours refusé. Ses petites économies se sont épuisées, et après avoir payé ses impôts, il ne lui reste que 2 livres par semaine. Elle a demandé une réduction d’impôts et a été reçue par une jeune femme qui, voyant qu’elle possédait une maison de 7 pièces, lui a conseillé d’en louer une partie. Quand elle a répondu que les seuls locataires qui se présentaient étaient noirs, la jeune employée lui a répondu : « Les préjugés raciaux ne vous mèneront nulle part dans ce pays. » Elle est rentrée chez elle.

Le téléphone est son seul lien avec l’extérieur. Sa famille paye la facture, et l’aide autant qu’elle peut. Des immigrés lui ont proposé d’acheter sa maison, pour un prix que les acheteurs potentiels pourraient récupérer en la louant en quelques semaines, ou du moins en quelques mois. Elle a désormais peur de sortir. Ses fenêtres sont cassées. Elle trouve des excréments dans sa boîte aux lettres. Quand elle sort faire ses courses, elle est suivie par de charmants petits noirs, très souriants. Ils ne parlent pas un mot d’anglais, mais il existe un mot qu’ils connaissent très bien : « Raciste ! » scandent-ils derrière elle. Lorsque cette nouvelle loi sur les relations interraciales sera votée, cette femme est convaincue qu’elle ira en prison. A-t-elle tort ? Je commence moi aussi à me poser la question…

Nous connaissons le chemin infernal parcouru depuis 1968; chemin qui transformé l’Occident en cloaques et poudrières ethniques. Les gouvernants, depuis le début des années 70, y ont bien travaillé et les fruits n’attendent plus que d’être cueillis.

Rien n’est terminé…

*

Euthanasie

Nicolas Bonnemaison, médecin de l’hôpital de Bayonne, a avoué avoir perpétré des euthanasies sur plusieurs patients en fin de vie. Son avocat affirme qu’il n’est pas un militant de la « cause » mais le praticien dit ne rien regretter et « Internet se mobilise » en sa faveur.
Cette nouvelle affaire d’assassinat s’annonce comme un tremplin pour les lobbys pro-euthanasie. Marie-Julie nous donne un aperçu sur cette loi de mort qui se développera lors des épreuves qui nous sont promises:

… Si, par permission divine, un père ou une mère tombent malades, on sera entendu à ne pas les garder, à moins de comparaître devant les tribunaux.

Ceux qui nous gouvernent n’ont pas l’échine assez solide pour résister indéfiniment à ces coups de boutoir. Tôt ou tard, une loi sera votée. Après la mise à mort des enfants à naître, elle couronnera la culture de mort de notre temps.

*

Ce sujet m’amène à une autre réflexion sur notre société. La peur de la souffrance et de la mort; qui est notre lot à tous. Le Christianisme a souvent été accusé de promouvoir une culture de la douleur; un dolorisme incompréhensible pour beaucoup. Cela a-t-il encore un sens ? Qui est désormais prêt à souffrir pour sa foi et la vérité ?

Lorsque je contemple la dévotion militante des musulmans, je ne peux me départir d’une certaine admiration. Si la Chrétienté ne s’était pas vautrée dans l’argent, l’orgueil de son auto-déification et les plaisirs du corps; si elle avait seulement conservé le dixième de cette foi qui emplit les mosquées, sans doute n’en serions-nous pas là.
Et qu’en sera-t-il lorsque cette religion d’Etat – mélangeant vraisemblablement Islam et Révolution – imposera aux populations d’adhérer à ses principes anti-chrétiens sous peine de mort ? Combien auront le courage de résister, de sacrifier leur corps pour sauver leur âme ?

Lorsque, faute d’argent, les troupes occidentales se seront retirées du Moyen-Orient – permettant ainsi à l’Empire islamique de se constituer sous l’autorité du Mahdi – lorsque ses divisions envahiront villes et villages, qui aura le courage de les combattre au nom du  Christ plutôt que de se soumettre au mortel esclavage de la charia ? Autant de questions qui renvoient à l’apostasie des nations qui furent chrétiennes. Ce sont de vraies questions… et autant de graves préoccupations.

*

Un adage veut que « celui qui veut faire l’ange fait la bête »; en d’autres termes, que la béatitude des sentiments mène souvent aux pires maux. Le faux angélisme et le relativisme de nos sociétés ont égaré les peuples dans un labyrinthe d’utopies qui les ont aveuglés. La cécité étant générale, plus personne ne semble en mesure de trouver la sortie. Que ce qui doit arriver arrive.

*
Prière à dire pendant le Châtiment:

Le Seigneur dit :
«Je me lèverai bientôt, dans tout l’éclat de ma Justice. Je bouleverserai la terre. Je foudroierai l’âme coupable. Mes petites âmes, dans ce déluge de frayeur, vous porterez ma Croix, fût-elle toute petite ou grande !
Quand il sortira de la terre des cris épouvantables, effroyables, des hurlements d’âmes en disgrâce qui ne doivent plus revenir à ma miséricorde, vous direz la prière suivante :

Je te salue, je t’adore, je t’embrasse, ô Croix adorable de mon Sauveur. Protège-nous, garde-nous, sauve-nous. Jésus t’a tant aimée. A son exemple, je t’aime. Que ta sainte image calme mes frayeurs ! Que je ne ressente que calme et confiance !

Vous ressentirez tant de grâces et tant de forces que ce grand déluge passera sur vous comme inaperçu. »

Claude d’Elendil

Contact

Compteur gratuit