25 Avril 2011

Le Troisième Jour


résurrectionLe Christ ressuscita le troisième jour, conformément aux écritures, et il monta au ciel ; il est assis à la droite du Père. Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts ; et son règne n’aura pas de fin.

Souffrance, mort, résurrection du deuxième Déluge; celui du sang du Rédempteur, versé pour le rachat des péchés des hommes. Ainsi doit-il en être de la Terre aux jours du troisième et dernier Déluge; celui de feu; de l’Esprit Saint. C’est une nouvelle Pentecôte, un Temps de clarté, qui nous est promis après les épreuves. De nombreux signes nous disent que nous sommes entrés dans la première partie de la Révélation; aussi nommée “Châtiment”.

Le fait que les prophéties annoncent ces jours depuis des millénaires confirme l’ampleur de l’évènement auquel il nous faut à présent faire face. Dieu s’est exprimé à de nombreuses reprises, notamment par les apparitions mariales, pour nous avertir que le péché lui était abominable. Le sang du Christ qui a été versé ne nous donnait nulle licence de poursuivre en cette voie et la patience du Ciel est épuisée. La Justice de Dieu est sur nous.
Une petite explication de texte peut s’avérer utile concernant la Fin des Temps; qui est aussi celui des Nations.

1917: le monde est en ébullition. Première guerre mondiale, armistice entre l’Empire ottoman et la Russie soviétique, Triennat bolchévique en Espagne, troubles en Russie suivis de la Révolution d’Octobre; instauration du communisme  qui fera plus de cent millions de morts et manquera de peu de détruire le monde.
Le 7 février 1917 marque le début des négociations entre le gouvernement britannique et une délégation sioniste britannique visant à créer un foyer juif en Palestine. Quelques mois plus tard, le 2 novembre, la “déclaration Balfour” annonce la création d’un foyer national juif en Palestine. Le principe d’un Etat Israélien est posé. Cette date, celle de la restauration d’Israël,  est intimement associée à celle du début de la Fin des Temps: la possible reconnaissance d’un Etat palestinien par l’Europe, récemment annoncée, est aussi un signe qu’il conviendra d’interpréter dans cette perspective.
1917, c’est aussi le pontificat du pape  Benoît XV; que la prophétie de Malachie désigne par la devise “Religio Depopulata” (la Religion Dépeuplée). Benoît XVI est quant à lui nommé par un “De Gloria Olivae”; gloire de l’Olivier; symbolisant la paix, Israël, mais aussi, et surtout, l’Eglise. Même prénom pour deux périodes troublées.
Coïncidence que ces deux “Benedictus” (prénom qui signifie celui qui est béni, en latin) qui ont œuvré à préserver l’Eglise des crises modernistes ? L’avenir le dira. A la “Religion Dépeuplée” de la guerre 14-18 succède la Gloire de l’Eglise qui ne s’est jamais mieux exprimée que par le martyre. C’est cette épreuve qui doit nous emmener à «philadelpheia», la sixième Eglise; celle de « l’amour fraternel ». Les chrétiens, aujourd’hui persécutés en Afrique, Asie et Moyen-Orient,  sont les premières victimes de cette grande Tribulation annoncée.

Le 13 mai 1917, ce sont aussi trois enfants portugais (Lúcia de Jesus dos Santos, son cousin, Francisco Marto et Jacinta), qui affirment avoir vu la Vierge Marie à Fatima; petite ville qui se situe à 130 kms au nord de Lisbonne. Six apparitions mémorables; à dates fixes, entre le 13 mai et le 13 octobre 1917. Lors de la dernière apparition, une foule rassemblant 50000 personnes voit le soleil “danser” dans le ciel.  A midi, la pluie inonde le ciel de la Cova da Iria. Notre-Dame du Rosaire apparait; demandant à Lucie de faire bâtir une chapelle en son honneur; annonçant la fin de la guerre et demandant la conversion des pécheurs.
Alors que la pluie cesse et que Notre-Dame du Rosaire s’élève, le soleil réapparait dans un ciel sans nuage. La foule observe l’astre solaire qui semble tout à coup saisit de mouvements anormaux. Pendant dix minutes, il se met à tourner sur lui-même, projetant des rayons de lumière multicolore. Il grossit, semble dangereusement s’approcher puis retrouve son apparence initiale. Cet évènement, que les esprits forts qualifièrent – alors qu’ils étaient absents – “d’hallucination collective”, joua un grand rôle dans le renforcement de la foi au Portugal.

Saint Luc nous rapporte ces signes décrits par le Christ:

Luc 21:25  Et il y aura des signes dans le soleil et la lune et les étoiles, et sur la terre une angoisse des nations en perplexité devant le grand bruit de la mer et des flots.

Oui, beaucoup de choses ont commencé en 1917 et trouvent à présent leur conclusion. Saint Luc dit aussi:

Luc 21:6  Quant à ces choses que vous regardez, les jours viendront où il ne sera laissé pierre sur pierre qui ne soit jetée à bas.
Luc 21:7  Et ils l’interrogèrent, disant: Maître, quand donc ces choses auront-elles lieu, et quel sera le signe quand ces choses devront arriver ?
Luc 21:8  il dit: Prenez garde que vous ne soyez séduits; car plusieurs viendront en mon nom, disant: C’est moi, et le temps est proche; n’allez point après eux.
Luc 21:9  Et quand vous entendrez parler de guerres et de séditions, ne vous épouvantez pas; car il faut que ces choses arrivent premièrement; mais la fin ne sera pas tout aussitôt.
Luc 21:10  Alors il leur dit: Nation s’élèvera contre nation, et royaume contre royaume;
Luc 21:11  et il y aura de grands tremblements de terre en divers lieux, et des famines, et des pestes; et il y aura des sujets d’épouvantement et de grands signes du ciel.
Luc 21:12  Mais, avant toutes ces choses, ils mettront les mains sur vous, et vous persécuteront, vous livrant aux synagogues et vous mettant en prison; et vous serez menés devant les rois et les gouverneurs à cause de mon nom.
Luc 21:13  Et cela se tournera pour vous en témoignage.

Guerres, catastrophes, maladies, famines, signes, persécutions des chrétiens ainsi que l’annonce de la venue des précurseurs de l’Antéchrist (car plusieurs viendront en mon nom, disant: C’est moi, et le temps est proche) et dudit Antéchrist lui-même; lequel séduira les Juifs en se faisant reconnaître comme Messie; sont annoncés. Chacun peut se référer à ces textes.

Que ce soit lors du Déluge ou de l’annihilation de Sodome et Gomorrhe, Dieu n’a jamais punit que les coupables. S’il est annoncé que beaucoup d’hommes mauvais subiront sa colère, qu’en est-il des innocentes victimes des catastrophes, épidémies, persécutions et autres guerres ? Pleines d’incompréhension et de révoltes, certaines personnes se sont détournées de Dieu en voyant les camps d’extermination nazis: « Dieu ne pouvait être un Dieu bon en tolérant semblable boucherie ! ». Malgré son désir de révolte, l’être humain n’a jamais été aussi affamé de réponses ni ne s’est senti si frustré de l’apparent silence de Dieu.

Plusieurs choses sont à l’origine du malheur des hommes:
Tout d’abord le péché. Tout comme une grâce en entraîne une autre, un péché en fait naître un autre, l’amplifie et suscite de nouveaux maux. Le mal renforçant le mal, les démons gagnent en puissance; et ce, même s’ils restent soumis à l’autorité divine. Plusieurs apparitions nous ont appris qu’ils n’ont jamais été si nombreux sur Terre. Dieu permet à Satan de tenter et tourmenter ses créatures pour les éprouver; comme le fut Job:

Job 1:7  Et l’Éternel dit à Satan: D’où viens-tu ? Et Satan répondit à l’Éternel et dit: De courir çà et là sur la terre et de m’y promener.
Job 1:8  Et l’Éternel dit à Satan: As-tu considéré mon serviteur Job, qu’il n’y a sur la terre aucun homme comme lui, parfait et droit, craignant Dieu, et se retirant du mal?
Job 1:9 Et Satan répondit à l’Éternel et dit: Est-ce pour rien que Job craint Dieu?

On distingue trois éléments:
– Le premier est que, malgré le “non serviam” du démon (son refus de servir Dieu), il existe une certaine « familiarité » (cohabitation) entre Dieu et son ange déchu; ce qui n’empêchera pas ce dernier d’être lié en enfer pour l’éternité avant le Jugement Dernier,
– Le deuxième est que Dieu utilise non seulement  le démon pour punir l’humanité ingrate et rebelle en accordant à celui-ci un pouvoir de nuisance proportionnel au poids des péchés de la Terre (depuis le péché originel, l’homme est à la source de ses propres maux) – mais il lui démontre, par Job, que  la création divine est bonne; que la foi de l’homme est librement consentie; qu’elle n’est pas liée, comme le croit Satan, à des pactes et autres marchandages censés acheter la fidélité,
– Le troisième est que le démon semble désinvolte; laissant presque paraître de l’insouciance; comme si son orgueil devait lui dissimuler jusqu’à l’ultime instant son inéluctable défaite.

On retrouve également une référence à Satan lorsque Pierre, mis au courant de la Passion de Jésus, voulut le “sauver”. La réaction du Christ fut immédiate:

Mat 16:21  Dès lors Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il fallait qu’il allât à Jérusalem, et qu’il souffrît beaucoup de la part des anciens et des principaux sacrificateurs et des scribes, et qu’il fût mis à mort, et qu’il fût ressuscité le troisième jour.
Mat 16:22  Et Pierre, le prenant à part, se mit à le reprendre disant: Seigneur, Dieu t’en préserve, cela ne t’arrivera point !
Mat 16:23  Mais lui, se retournant, dit à Pierre: Va arrière de moi, Satan, tu m’es en scandale; car tes pensées ne sont pas aux choses de Dieu, mais à celles des hommes.

Il se dégage de cet échange que les pensées des hommes (dépourvues de l’esprit de Dieu) rejoignent aisément celles du démon. La “neutralité”, telle qu’elle est comprise actuellement au travers de la laïcité, n’existe pas au yeux de Dieu; cette pseudo philosophie, liée à cette autre erreur qu’est la démocratie, n’est qu’un éloignement de la créature d’avec son Créateur. Les maux actuels s’expliquent ainsi et annoncent des évènements infiniment plus graves qui ne cesseront que lorsque le Grand Roy Henri et le Grand Pontife, guidés par le Saint-Esprit, restaureront le monde voulu par Dieu.

Satan aimant les “maisons vides”, il lui est aujourd’hui aisé de tenter, voire de tourmenter et posséder les pécheurs; comme le fut Judas. Il peut également être à l’origine d’esprits d’infirmités et de peines diverses. Il revêt facilement l’apparence du bien pour mieux tromper. Il est enfin celui qui réclame les âmes passant en jugement… et qui en obtient toujours trop. Son plus beau tour est de dissimuler sa présence et de créditer Dieu de tous ses méfaits.

Mélanie Calvat (1831-1904) – (apparitions de la Salette) – nous dit que “En l’année 1864, Lucifer avec un grand nombre de démons seront détachés de l’enfer : ils aboliront la foi peu à peu et même dans les personnes consacrées à Dieu; ils les aveugleront d’une telle manière, qu’à moins d’une grâce particulière ces personnes prendront l’esprit de ces mauvais anges; plusieurs maisons religieuses perdront entièrement la foi et perdront beaucoup d’âmes ».

Anne-Catherine Emmerich (1774-1824) nous renseigne sur l’origine de certains maux évoqués plus haut:

Au milieu de l’enfer était un abîme affreux; Lucifer y fut précipité chargé de chaînes, une épaisse fumée l’environnait de toutes parts. Sa destinée était réglée par une loi que Dieu lui-même avait posée; je vis que, cinquante ou soixante ans, si je ne me trompe, avant l’an 2000, Lucifer devait sortir pour quelque temps de l’abîme.
Je vis plusieurs autres dates que j’ai oubliées, d’autres démons devaient aussi être mis en liberté à une époque plus ou moins éloignée, afin de tenter les hommes et de servir d’instruments à la justice divine. Plusieurs de ces démons doivent sortir de l’abîme à cette époque-ci et d’autres d’ici à peu de temps”.

Génocides et camps de concentration ne sont pas le fait de Dieu et nous voyons bien que cet “élargissement de Lucifer” correspond à la deuxième guerre mondiale. Les erreurs, dues à l’absence de foi, et les péchés permettent aux démons de croître en nombre et en puissance à la surface de la Terre. Ce sont eux qui influencent et trompent les hommes lorsque ceux-ci se sont éloignés de Dieu. Bien des mystères divins demeurent mais il est par contre certain que le péché atteindra sa pleine puissance avec le mystère d’Iniquité; celui de l’homme de péché. L’Antéchrist-légion, en tous points opposé à Jésus. Il aura si bien été trompé par Satan qu’il croira véritablement qu’il est le Christ. Son pouvoir de séduction sera immense et sa chute marquera le début d’une nouvelle clairvoyance et d’un temps de paix.

Anne-Catherine Emmerich nous dit encore concernant le temps qui vient:

“Il y aura, dans ces temps-là, bien des changements, bien des renversements, mille horreurs et toute espèce de terreurs; et aussi, pour les âmes fidèles, des moments de grâce et de réconfort. Mais tout entièrement tout, sera confronté à l’Eglise; les maux de la terre ne cessant pas d’être la conséquence des maux de l’Eglise. Et plus l’Eglise sera méconnue, plus elle sera combattue, plus elle sera honnie, plus elle sera trahie, et plus les malheurs qui frapperont l’humanité entière seront grands. Si grands que les derniers qui en seront les témoins croiront voir sur eux tomber la fin du monde. Mais – gloire à Dieu !- ce sera bien plutôt la transfiguration du monde sur ce qui restera du monde”.

*

Le cours du temps et celui des prophéties ne cessent de converger mais bien peu semblent s’en soucier. Nos existences et notre spiritualité vont pourtant en être profondément bouleversées car la Révélation est une période de troubles précédant une renaissance mystique transcendant tout concept de laïcité et de démocratie.

Les débats sur la place réservée aux religions dans nos sociétés ne font que commencer. Déjà, les gouvernements occidentaux s’inquiètent des revendications de l’Islam et les politiques tentent d’imposer un nivèlement par le bas en critiquant d’une même voix le port du voile islamique et les pèlerinages millénaires de la chrétienté. Cette confusion malveillante trouvera sa conclusion lors des crises qui viennent; dans une haine révolutionnaire qui n’aura de cesse de remplacer la foi chrétienne par une doctrine révolutionnaire; associant intellectualisme humanitaire et religion matinée d’Islam.
Cet Islam, que l’Occident s’efforce encore de dominer, d’amadouer et de délayer, sera l’un des grands fléaux de cette période. Ne voyons-nous pas, déjà, que les révolutions, encouragées par l’Occident, laissent des pouvoirs vacants ? D’autres pays, futures régions du Grand Empire islamique, vont tomber comme des fruits mûrs. Les membres de cette secte orientale parviendront à en prendre possession afin de hâter la venue du Mahdi tant attendu.

*

Les Trahisons:

Un sondage, commandé par la Conférence des Evêques de France, révèle que les jeunes catholiques sont “Ouverts à la pluralité, 80% se disent intéressés par le dialogue avec les religions, en particulier l’islam (pour 86%) et le judaïsme (84%)”.

C’est bien là le problème car l’intellectualisme désincarne le Verbe. Dieu n’a jamais demandé aux catholiques, jeunes ou nom, de dialoguer avec les autres religions ou de débattre de quelque point du dogme que ce soit. Ce n’est pas le rôle du fidèle; ni même celui du berger. Malgré ce que certains souhaiteraient, l’Eglise n’est pas une démocratie ou les lois se font et se défont selon les envies et les ambitions du moment. En dépit des hommes qui s’efforcent de réduire Dieu à leur néant, le Créateur ne change pas. L’œcuménisme est par contre un fléau qui laisse entendre, qu’à force de débats et concessions, il serait possible de s’unir autour d’une grande religion monothéiste mondiale; l’Antéchrist concrétisera ce courant de pensée pour le plus grand malheur de l’humanité.

L’être humain n’est qu’une créature de taille subatomique perdue sur une planète toute aussi insignifiante, elle-même enfouie au sein de myriades de galaxies; le tout contenu en un univers pas plus gros qu’un confetti dans la main de Dieu. Comment, dans son infinie petitesse, l’homme pourrait-il concevoir le moindre orgueil si ce n’est par l’action des démons ?

La vérité peut être vue sous bien des angles, interprétée et commentée, elle n’en demeure pas moins une et unique. Il ne nous appartient pas de dresser la liste des mérites comparés des croyances car c’est le “Feu” de l’Esprit Saint qui éclairera le monde en temps voulu. Les prophéties nous disent que la clairvoyance sera une des principales grâces de la Révélation. Jusque là, tout “accommodement” avec des croyances et autres sectes relève de l’erreur et non de l’acte de foi.

La seule chose dont nous devons, ou devrions, nous préoccuper est de notre salut; nous n’avons pas d’autre mission sur Terre. Ce sondage est par ailleurs un non-sens car on est catholique ou on ne l’est pas. Demander son avis sur le dogme, l’importance de tel ou tel sacrement, revient à dire que chacun fait son “marché” selon son “ressenti” du moment: “Je crois en telle partie des Evangiles mais pas en telle autre” ou “Nous sommes tous des gens du “Livre”, comme disent les musulmans; hâtons-nous de procéder à une célébration commune”.
Dans une époque où on se gargarise de “dialogues”’ et de sentimentalisme, certains auront sans doute quelque difficulté à comprendre que ces concessions, qui finissent par prendre des allures d’hérésies, n’appartiennent pas à Dieu. Comme le Christ le dit: “Ne vous laissez pas séduire”.

Certains évêques et prêtres se perdent dans le monde, rationalisent et perdent de vue leur rôle de gardiens de la Foi et de bergers des fidèles. Cela peut, par exemple se constater lorsque les miracles du Christ ou la Transfiguration du mont Thabor sont interprétés comme des “allégories” ou des “symboles”. Quant à Satan, beaucoup de prêtres l’ont définitivement relégué au rang des superstitions médiévales et dirigent  systématiquement les fidèles vers des spécialistes en psychiatrie. En niant la réalité du surnaturel, c’est la divinité du Christ qui est niée; Dieu est ramené au niveau de l’homme afin que l’homme puisse devenir Dieu.

Beaucoup s’habituent à ce fétide marécage. De glissade en glissade, de démission en démission, nous renonçons à nous battre, à dire que notre société est mauvaise et qu’elle se dirige vers l’abîme.

Par exemple, beaucoup ignorent que le “Piss Christ”, cette abomination antichristique manifeste, a été soutenue par des évêques. Un livre de cet “artiste” a même reçu l’aval d’autorités ecclésiastiques:


Préfacé par Mgr Gilbert Louis (toujours évêque de Chalons-en-Champagne) et corédigé par Mgr Albert Rouet (aujourd’hui évêque émérite de Poitiers) et Gilbert Brownstone, le livre L’Eglise et l’art d’avant-garde – De la provocation au dialogue – La Chair et Dieu avait été publié à l’initiative d’un Comité officiel de l’épiscopat, Arts-Cultures-Foi, créé en 1997 lors de la Conférence plénière de Lourdes. La postface en est faite également, du reste, par le P. Robert Pousseur (secrétaire général dudit Comité, Mgr Louis en étant le président).

Si le « Piss Christ » de Serrano n’y figure pas  en photo, il y est évoqué comme référence aux illustrations de l’album. Dans une homélie prononcée au cours d’une messe célébrée en Avignon, le P. Pousseur estimera même que l’œuvre de Serrano « est porteuse de lumière », et qu’il a été injustement critiqué « à cause d’une série de photos du Christ en croix, qui ont choqué nombre d’Américains ».

Dans cet ouvrage, on trouve des images de nature quasi-pornographique ou sado-masochiste, mettant en scène des « artistes » affublés de chasubles religieuses et versant du sang contenu dans un calice sur le sexe dénudé d’acteurs, ou confectionnant des hosties de boudin données en communion à des figurants.

Scatologie blasphématoire et satanique.

Non seulement ce livre a été présenté lors de l’Assemblée générale des évêques de France à Lourdes, à l’automne 2002, mais le site des évêques de France en a fait lui-même une large publicité. (source : Rémi Fontaine dans Présent)


Seigneur, dans quelles mains sommes-nous tombés ! Quelles trahisons ! Combien d’autres immondices vont-elles encore tenter de souiller le Fils de Dieu ?

Anne-Catherine Emmerich rapporte la trahison dont le pape est victime:

Je vis le Pape en prières; il était entouré de faux amis qui souvent faisaient le contraire de ce qu’il disait » ( A.II.203)

ou encore:

Il y avait à Rome, même parmi les prélats, bien des personnes de sentiments peu catholiques qui  travaillaient au succès de cette affaire (la fusion des églises). Je vis aussi en Allemagne, des ecclésiastiques mondains et des protestants éclairés manifester des désirs et former un plan pour la fusion des confessions religieuses et pour la suppression de l’autorité papale (A.III.137).

On retrouve précisément l’aboutissement de ces complots dans les prophéties de la Fraudais annonçant l’élection d’un antipape et le martyre du pape légitime; vraisemblablement Benoit XVI, étant donné qu’il est le dernier pape de la prophétie de Malachie; là encore, nous devrions être rapidement fixés. Marie-Julie Jahenny dit:

27 octobre 1884) -“Sous peu, ma fille, il n’y aura plus que quelques prêtres qui obéiront à la voix lumineuse qui commande à tous sur la terre, en tant que Chef de la très sainte Eglise (le Pape)”.

12 octobre 1882 – Le Lien de la Foi (Pape), à la vue empirante des mauvaises lumières, fera un appel de foi au clergé français, comme s’il leur disait :
« Prenez la foi comme arme et bouclier ; avec elle, vous vaincrez tout ce qui s’oppose à la loi ecclésiastique ».
Il y en a qui répondront à son appel, mais pas tous. Beaucoup resteront sous la mauvaise emprise, et les vrais prêtres seront en nombre très petit.
Mes enfants, le Seigneur, qui voit une perte innombrable d’âmes chrétiennes, fait, en ce moment, tous ses efforts pour montrer le péril et la gravité de temps qui s’appuieront sur la pierre révolutionnaire.
Et la Flamme ajoute : révolution rouge
.

Le Pape ne devrait pas être entendu et son autorité devrait être contestée par une assemblée d’évêques et de prêtres qui inciteront l’ensemble du clergé à la révolte:

”Plus de cent-cinquante religieux d’un peu tous les côtés, iront se mettre sous l’autorité d’un prêtre apostat qui réside au Centre. Il cherchera du renfort pour jeter partout des papiers infâmes…
Oh ! ma bonne soeur, dit Marie-Julie, nous allons avoir une religion d’état. Ils auront des émissaires qui passeront dans les maisons. Ils feront signer l’abjuration… ou ce sera la mort. La moitié de la population de la France sera détruite. Il y a des villages où il ne restera pas une âme. Quatre villes de France disparaîtront.
(rapporté au docteur Imbert le 28 sept. 1904)

10 janvier 1882 –“Mon peuple, je ne fais que prévenir. L’Apôtre de l’Eglise (le Pape) franchira le chemin de l’exil, poursuivi par la haine et la vengeance de ceux qui ont mis à mort le royaume de France. Ils tremperont leurs mains dans le sang de ces victimes qui m’immolent chaque matin“.

*

*      *

Les Signes du moment:

Les prophéties sont semblables à des trous d’épingles dans le grand rideau du temps. Annoncer la grande Tribulation, des guerres arrivant à grands pas, sentir le vent des révoltes et pressentir la venue de l’Esprit Saint n’a aucun sens pour l’immense majorité. A défaut de l’approuver, je peux comprendre ses doutes; Saint Thomas, lui aussi, a douté.

Ce qui peut, encore aujourd’hui, être taxé de folie sera bientôt confronté aux faits. Beaucoup ouvriront les yeux lorsque les évènements surviendront. D’autres signes, épars, actuels, peuvent être médités:

– Incapable d’endiguer les flux migratoires, le Gouvernement envisage une suspension de l’espace Schengen.
– Prière publique musulmane en plein centre de Rome, le Vendredi Saint. Revendications diverses, provocations certaines, et des appels à l’instauration de la charia.
– Volonté croissante de réécrire l’ADN de la France et des français au travers des discours et des explications économiques et sociales,
– L’extension des caméras de surveillance et la divulgation de la présence de dispositifs de pistage (GPS) contenus dans plusieurs modèles de téléphones portables. Là aussi, cela préfigure un temps qui approche; celui de l’Antéchrist qui apposera sa « marque »; afin que nul ne puisse échapper à son contrôle. Ce monde orwellien a, hélas, les moyens de ses infernales ambitions:

Rev 13:15 « Et il lui fut donné d’animer l’image de ta bête, de façon à la faire parler et à faire tuer tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête.
Rev 13:16 Elle fit qu’à tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, on mit une marque sur la main droite ou sur le front,
Rev 13:17 et que nul ne pût acheter ou vendre, sil n’avait pas la marque du nom de la bête ou le nombre de son nom.
Rev 13:18 C’est ici la sagesse! Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête; car c’est un nombre l’homme et ce nombre est six cent soixante-six. ».

“L’image de la Bête”; l’eidolon grec qui donna l’ “idolum” latin possède plusieurs acceptions comme statue, image mais également spectre. Le fait qu’elle soit «animée» et soit capable de s’exprimer ne devrait-elle pas nous ouvrir les yeux sur notre temps ? Que sont nos écrans de télévisions et d’ordinateurs si ce n’est un flux continue d’images animées ? Quant au chiffre “6”, sa correspondance dans l’alphabet hébraïque est un  son « wàw » ou encore une lettre: « w ». Si l’on considère la triple répétition de ce chiffre, nous obtenons inévitablement « www » ; « World Wide Web » symbole du réseau des réseaux. Oui, tout achève de se mettre en place; tout ceci préfigurant cela.

Prions la Sainte Vierge Marie, qui a vécu les pires tourments qu’une mère puisse vivre, afin qu’elle intercède; que nous soit accordé force et consolation dans le temps qui vient.

Claude d’Elendil.

Contact

Compteur gratuit