15 Avril 2011

La Gloire de l’Homme

Panthéon-orange-cc-thorinsideEn juin 1990, j’habitais encore Paris; rue Tournefort, une petite rue donnant sur le Panthéon; lieu symbolique. Commencée en 1764, la construction de l’église Sainte-Geneviève s’acheva en 1790. Sa transformation en temple républicain par la Révolution nous dit que les meilleures intentions peuvent être détournées au profit de la plus grande gloire des hommes; qui ne sont pourtant que poussière. Ne lit-on pas cette intention sur le fronton de l’édifice: “Aux grands hommes la patrie reconnaissante” ? Vanité des êtres, des nations et de l’instant qu’il nous est donné de durer…

Avec le printemps, j’avais l’habitude de flâner sur le boulevard Saint-Michel. C’est ainsi que mon regard se posa sur un étal de la librairie Gibert où se trouvait exposé un exemplaire des Prophéties de la Fraudais. Le prix y est encore mentionné sur la page de garde: 34 francs. Petite nostalgie en passant; celle d’un temps où les prix avaient encore un peu de sens et de décence.
Après lecture, j’en conservais une forte impression. Je connaissais bien sûr les prophéties mariales et autres avertissements privés mais ce livre était tellement puissant et précis dans ses descriptions que je le conservais précieusement. Il s’en dégageait une étrange impression de vérité mêlée de supplication pressante: guerres civiles et forces rouges, révolutionnaires, alliées avec des armées islamiques, émergeaient naturellement. D’autres messages mentionnaient une “religion d’Etat”, “semblable à celle de Mahomet”. Il était également question “d’impies coureurs” s’élançant, comme au temps de 1793, jusque dans les hameaux les plus reculés de France et n’ayant de cesse d’imposer leur religion humaine par les armes; d’obtenir l’abjuration de la foi en Jésus Christ au profit de la nouvelle religion; taillée sur mesures par le pouvoir révolutionnaire. Le tableau s’accompagnait de vastes fléaux: guerres, phénomènes terrifiants, jusqu’au Pape qui était attaqué tandis que l’Europe était livrée à l’incendie et au pillage. Marie-Julie Jahenny transmettait inlassablement ses messages annonçant ce conflit politico-religion qui n’était pas encore d’actualité. L’enfer n’avait pas encore accouché d’Al Qaïda, la première guerre d’Irak n’avait pas encore eu lieu et les débats sur l’islamisme et la laïcité ne faisaient pas partie des préoccupations françaises.

Les temps ont changé. Aujourd’hui, les religions occupent les esprits et suscitent des inquiétudes; mais cette assertion n’est qu’une manière déguisée de désigner la radicalisation exponentielle de l’Islam. C’est un de ces non-dits basés sur des lois non écrites; une de ces peurs dont on a favorisé les causes et dont on se plaint à présent des effets. Les conséquences de la non dilution de l’Islam dans la démocratie et la chrétienté se déclinent en tensions grandissantes et tentatives, aussi malveillantes que désespérées, de dissimuler leur gravité.
chariaLois et débats, censés contrôler l’incontrôlable, se multiplient au sein de hurlements et de divisions politiques. A peine promulguée, la loi censée interdire toute dissimulation du visage est condamnée par le monde musulman… et par Barak Obama; des appels à la désobéissance civile s’additionnent. Toutes ces demi-mesures sont non seulement inapplicables mais portent en elles des ressentiments que les autodafés du Coran rendent encore plus épidermiques.

Les enfants de la France vont devenir les enfants d’un autre royaume, malgré leur prétention de rester français, disait Marie-Julie Jahenny. Préparez-vous à assister aux funérailles de la France… Préparez-vous à assister aux funérailles de l’Eglise… O France, on apportera, jusque dans tes lieux, la poussière de l’étranger. Tu ne pourras renvoyer ces étrangers… Tu fus si noble, ta noblesse sera perdue.

Oui, nous avons perdu notre honneur et assistons à présent aux funérailles de notre cher pays; tel est notre châtiment pour nos péchés et nos reniements. Alors que les églises sont visitées comme des musées, on s’agite pour que des mosquées animées d’une foi ardente soient bâties au plus vite, afin de libérer les rues bloquées par la prière du vendredi. Cette volonté de limiter la visibilité de l’Islam en France est méconnaître que ce dernier a besoin de visibilité, d’intimidations et de violences pour croître; cela a toujours constitué sa méthode d’expansion. On pourra objecter que l’Islam n’est pas l’Islamisme; même s’il en est l’antichambre. Voici quelques jours, un reportage télévisé brossait le rapide portrait d’un insurgé libyen, fortement armé. Il était présenté comme un ex-pizzaiolo, recruté quinze jours plus tôt. Au delà de l’anecdote qui se voulait pittoresque, combien d’autres musulmans ont suivi et suivront un semblable parcours; passant des arts, culinaires ou autres, au maniement des armes ? Si politiques et media étaient moins sensibles à leurs passions et aux vents tournants, sans doute feraient-ils preuve d’un courage salutaire pour dénoncer une religion qui ne se cache pas d’avoir pour but la domination du monde; proclamant que Dieu l’a ordonné avant que survienne la fin des Temps.


6a01156fb0b420970c014e87cd639f970dL’Islam paralyse l’Occident comme le cobra hypnotise le lapin; lequel tente, jusqu’au dernier instant, de se convaincre que l’inévitable pourra quand même être évité. La France, comme beaucoup d’autres nations occidentales, a patiemment tissé les liens qui maintenant l’étranglent. De renoncement en reculades, de débats stériles en dissensions, la République affiche la faiblesse des régimes en fin de vie; des moribonds au souffle court et à la peau cireuse. L’antiracisme et les luttes contre les discriminations nous empêchent désormais d’agir et favorisent la mise en place de dictatures religieuses altérées du sang des mécréants; c’est à dire des juifs, des chrétiens et de tous les non-musulmans.

A peine la loi “anti-burka” est-elle entrée en application que les premières provocations des porteuses de niqab et burka apparaissent sur nos écrans. Sûrs de leur bon droit et de leur impunité, l’internationale des barbus n’hésite pas à proférer des menaces de mort: “on vous coupera la tête” ! affirment-ils. Le pire est qu’il le font lorsqu’ils en ont l’occasion. Frères musulmans de Jordanie et d’ailleurs manifestent frénétiquement, n’hésitent pas à utiliser les Droits de l’Homme, à dénoncer une offensive des “Croisés” et à appeler à la résistance via tous les larges moyens mis à leur disposition; y compris par le dépôt de plaintes devant la Cour Européenne. Le mal a toujours eu un culot du diable…

Banlieues des trafics, gangrénées par l’Islamisme, livrent une guerre sournoise aux pays qui les ont accueillies; en attendant ce jour de terreur et de pillage qui a été prophétisé. La violence et les barbaries qui les caractérisent sont éludées par ces media, maîtres à penser acides et venimeux, toujours prompts à mettre en évidence les larmes des victimes et à trouver des excuses aux coupables. Eux aussi s’efforcent de prolonger nos jours de paix dont Marie-Julie annonçait la fin :

“Lors de cette heure terrible, les étrangers dont le désir est rempli d’une violence qui ne se possède pas, les étrangers seront maîtres en France…”

ISLAM : Rassemblement faisant suite à la manifestation annulée du samedi 09 avril 2011 – les ISLAMISTES s’expriment !!!

Le crime pourchassant la vertu se traduit par des lois protégeant l’agresseur tout en accablant l’innocent. Chrétiens et occidentaux sont insultés, menacés et condamnés par leur propre justice lorsqu’ils s’inquiètent, dénoncent les manquements de ceux qu’ils ont élus et se hasardent à manifester. Ce sont eux, les héritiers de ceux qui ont fait l’Europe, qui sont désignés comme fauteurs de troubles car l’Etat sait qu’il n’a rien à craindre de leur part; le visage d’un père de famille est moins effrayant que ceux, dissimulés, des cocons noirs qui déambulent et se multiplient. Les accusations d’incitations à la haine raciale, censées interdire toute critique et sursaut défensif, ne sont que quelques-unes des innombrables trahisons préludant de cruels évènements.

Que dire d’autre sinon que la terreur que les islamistes font régner dans les banlieues, devenues des zones extraterritoriales, surveillant les allées et venues, fréquentations, inspectant les poubelles et les boites à lettres afin de s’assurer que les musulmans n’enfreignent pas la charia, a pour unique but d’instaurer une dictature de la vertu; preuve supplémentaire, s’il en était besoin, que l’Islam est une doctrine viscéralement antichrétienne; en pensées et en actes. Si le christianisme appelle en effet à la sainteté, il enseigne que le libre-arbitre doit rester total. Personne ne peut faire son salut par la violence et la terreur. L’Islam, dans sa conception politique et dictatoriale des sociétés, vise à régir chaque aspect de la vie quotidienne et n’hésite pas à employer les moyens les plus extrêmes pour y parvenir. Tous les musulmans ne sont bien évidemment pas des islamistes mais ils font partie du “premier cercle”; du vivier privilégié qui doit permettre de constituer l’armée du Mahdi.

L’ennemi à l’œuvre…

Guerres et famines n’ayant pas encore pénétré nos contrées, les européens ne veulent pas mesurer les coupables faiblesses dont font preuve leurs gouvernements. Lorsque ce jour sera venu, lorsque l’Islam sera maître en France et que la charia supplantera les lois républicaines, beaucoup de chrétiens se convertiront; tant par peur que par souci de préserver leur biens. Que de trahisons à venir !

La Fraudais: 8 juin 1881 : Le Christ parle :
« Du haut de ma gloire, je vois entrer avec empressement dans cette religion coupable, sacrilège, en un mot semblable à celle de Mahomet… j’y vois entrer des évêques … D’autres marcheront à la suite de ces évêques de France ».
Une religion d’Etat se met en place:
« … Tu bannis mon Ciel à jamais ; tu acclames l’emprise d’un règne qu’il sera difficile de flétrir, car ses racines, avant de ressortir, auront poussé profondément… cette religion s’étendra partout ».
« … Si je vous disais que pour fonder cette infâme et maudite religion, j’ai des évêques, j’ai des prêtres qui ne partiront pas au second appel, mais dès le premier ».

nigeria-massacres anti-chrétiensAinsi doit naître une nouvelle persécution et s’ouvrir la chasse aux chrétiens. En Orient, la situation est sensiblement différente car les pays concernés n’ignorent rien des barbaries perpétrées par les islamistes. Cela explique la fuite des chrétiens – dont les églises étaient bien antérieures à l’Islam -, mais également la révolte de certains chiites irakiens qui, bien qu’opposés aux forces américaines, collaborent néanmoins avec eux. Beaucoup ont en effet été traumatisés de voir de jeunes enfants décapités par des membres d’Al-Qaida, des hommes et des femmes atrocement mutilés pour avoir refusés de se soumettre à ce nazisme oriental qu’est la charia. En Afrique, au Nigéria, et dans l’indifférence générale, des nuées de djihadistes se lancent à l’assaut des villages non musulmans et ne laissent que décombres et corps sans vie. Cette technique d’assaut, violente et basée sur le nombre, appartient à une culture tribale qui s’étend chaque jour davantage en France. Ces horreurs que l’Occident ne veut pas voir sont celles qui commencent maintenant, sous nos latitudes. Lorsque ce jour sera dans toute son étendue, personne ne viendra à notre secours; si ce n’est Dieu qui faudra intensément prier pour que tout cela soit écourté.

*
*     *

Le martyre est l’atelier où les saints sont forgés; les premiers siècles en attestent. Comment humainement expliquer que les persécutions perpétrées par Néron et Dioclétien aient engendrés tant de conversions et de sainteté; si ce n’est par les grâces divines ainsi obtenues ? L’amour incessant que Dieu nous témoigne a besoin de certitudes en retour. Lorsque cela survient, les grâces pleuvent sur son peuple. Cela nous enseigne pourquoi il faut que cette Grande Tribulation de la Révélation arrive; seule l’épreuve pourra faire surgir de l’actuel chaos une nouvelle génération de saints qui mèneront l’humanité vers une paix, une union spirituelle et un rapprochement avec Dieu, jusqu’ici inconnus.

*
*     *

Bioéthique, avec le récent vote du Sénat autorisant les recherches sur les cellules souches, ingérences mondiales qui, comme en Côte-d’Ivoire, font et défont les chefs d’Etat, dissensions ethnico-religieuses, encouragement à l’adultère, à la cupidité ou encore dégradations des notes de crédit des pays; tout cela participe à un glissement de plus en plus rapide vers divers points de rupture; civils, sociaux, moraux et économiques. Ce sont des choses qui sont sues et qui précèdent des maux annoncés mais la dictature des idéologies, de l’argent et des plaisirs empêchent toute action salvatrice. La meilleure eut, bien sûr, été de conserver notre foi chrétienne comme “boussole”; ainsi que le laissait entendre notre pape, Benoît XVI, lors de son dernier voyage en Angleterre:

“Les fondements éthiques des choix politiques” (extraits):

La religion, en d’autres termes, n’est pas un problème que les législateurs doivent résoudre, mais elle est une contribution vitale au dialogue national. Dans cette optique, je ne puis que manifester ma préoccupation devant la croissante marginalisation de la religion, particulièrement du christianisme, qui s’installe dans certains domaines, même dans des nations qui mettent si fortement l’accent sur la tolérance. Certains militent pour que la voix de la religion soit étouffée, ou tout au moins reléguée à la seule sphère privée. D’autres soutiennent que la célébration publique de certaines fêtes, comme Noël, devrait être découragée, en arguant de manière peu défendable que cela pourrait offenser de quelque manière ceux qui professent une autre religion ou qui n’en ont pas. Et d’autres encore soutiennent – paradoxalement en vue d’éliminer les discriminations – que les chrétiens qui ont des fonctions publiques devraient être obligés en certains cas d’agir contre leur conscience.
Ce sont là des signes inquiétants de l’incapacité d’apprécier non seulement les droits des croyants à la liberté de conscience et de religion, mais aussi le rôle légitime de la religion dans la vie publique. Je voudrais donc vous inviter tous, dans vos domaines d’influence respectifs, à chercher les moyens de promouvoir et d’encourager le dialogue entre foi et raison à tous les niveaux de la vie nationale.

La clairvoyance est une grâce divine dont les orgueilleux qui nous gouvernent sont dépourvus; pour notre plus grand malheur. L’aveuglement des individus a quelque chose de tragique mais celui des chefs d’Etat est toujours dramatique car il se traduit le plus souvent en chaos et en charniers. Les manuels d’Histoire sont là pour en témoigner.

Je garde en mémoire le regard de Laurent Bagbo, président déchu de la Côte- d’Ivoire. Tout comme Saddam Hussein ou Ceausescu, il avait ces yeux de bête traquée, si particulier aux hommes passés du Capitole aux abysses tarpéiennes. Ce n’est pas possible; semblaient-ils dire. C’est un cauchemar; je vais m’éveiller ! Mais non… c’est bien réel… Que va-t-il m’arriver à présent ? Que va-t-on faire de moi ? Moi qui était tout et ne suis plus rien…
Tous ces hommes avaient pourtant été avertis; chacun d’eux avait l’opportunité d’éviter le pire mais aucun n’a su saisir la main surgie de l’obscurité. Pourquoi avoir refusé, persisté dans cette voie sans issue ? Combien d’humains auront ce même regard lorsque le jugement divin les mettra face à leurs actes ? L’imperfection de la justice humaine ne doit pas voiler la perfection de celle de Dieu; rien ne restera caché ou impuni.

*

Les prophéties de la Fraudais rejoignent en plusieurs points celles de Jeanne le Royer; la Bretagne est un lieu riche en messages divins. On y retrouve des scènes qui auraient pu appartenir à la révolution de 1789 si d’autres éléments n’étaient là pour indiquer que ces évènements sont en fait liés à la Fin des Temps.
Une autre âme choisie, Marie des Vallées (1590-1656), décrit trois “déluges”:

“Car il y a trois déluges, qui tous trois sont tristes, et qui sont envoyés pour détruire le Péché. Le premier déluge est celui du Père éternel, qui a été un déluge d’eau; le second est celui du Fils, qui a été un déluge de sang; le troisième est celui du Saint-Esprit qui sera un déluge de feu.
Mais il sera triste aussi bien que les autres, puisqu’il trouvera beaucoup de résistance et quantité de bois vert, qui sera difficile à brûler. Deux sont passés, mais le troisième reste; et comme les deux premiers ont été prédits longtemps auparavant qu’ils arrivassent, ainsi le dernier,  dont Dieu seul connaît présentement le temps

Le troisième annonce une grande et terrible guerre; il précède la venue de l’Antéchrist et, enfin, le Jugement Dernier. La foi chrétienne enseigne en effet qu’il y a deux jugements: le particulier, après la mort terrestre, et le “général” ou “dernier”, lors de la toute fin de la vie humaine sur terre; alors que les œuvres que nous avons laissé ont porté leurs fruits; bons ou mauvais.

Du Journal de la Fraudais (1874-1877):

45° – “La France, si belle autrefois, aura perdu son honneur et sa dignité. Elle sera envahie par des peuples étrangers sans cœur et sans pitié. Ils déchireront ses enfants, abattront ses enceintes”.

Marie-Julie annonce que ces peuples seront à leur tour frappé par la colère de Dieu:

15 mars 1882 – “Le ciel laissera passer sur terre les signes de sa Justice. La terre étrangère ne récoltera aucune nourriture. Une pluie de feu réduira en poussière la nourriture de ces peuples où sont mêlés chrétiens non-catholiques et mahométans”.

Elle ajoute:

“Maintenant, mon peuple, que rien ne t’épouvante. Si, demain, tes oreilles entendent des bruits nouveaux ; si tes yeux parcourent des lignes qui font frémir, que rien ne t’étonne ! C’est l’enfer qui se met à l’œuvre.
Il faut que la terre périsse : pas toute, mais plus de la moitié de la moitié (1). La terre deviendra le désert, mais Dieu la repeuplera dans la paix et la tranquillité”
.

1: D’autres passages mentionnent : la moitié et plus de la moitié de la moitié, c’est-à-dire les trois quarts; soit 5 milliards 250 millions de morts. Il ne resterait alors, sur terre, que 1750 000 000 survivants à ce nouveau déluge.

Quant à ceux qui sont aveuglés par leurs ambitions, qui espèrent que la trahison et la collaboration les sauvera, ces quelques lignes devraient les inciter à la réflexion:

8 octobre 1882 : “Mes enfants, tous ceux qui ont refusé de croire et qui pensent qu’il serait impossible que cela puisse jamais arriver sur la terre, le châtiment les attend. Sous peu, leurs fils seront ravis et emmenés sur les terres étrangères. Pour la plupart, ils seront si malheureux et si misérables que la souffrance les forcera d’expirer sans revoir leur beau pays, sans pouvoir se réjouir avec le petit nombre à qui la victoire est réservée”.

Cette tradition remonte à la plus haute antiquité romaine. Il était en effet habituel que les peuples conquérants emmènent les fils des vaincus afin de les éduquer selon leur foi et leur culture; la description évoque toutefois, davantage, un esclavage misérable.

L’ennemi ayant déjà investi la Cité, il ne lui faudra que peu de temps pour tout livrer au crime et au chaos :

27 juin 1882 : “Tous les soldats seront dispersés, en moins de neuf jours, et renvoyés (déportés) de la France dans (vers) les contrées étrangères et la liberté sera entière (de faire le mal, en France)”.

*

Anne-Marie Taigi (1769-1837), a été béatifiée par le Pape Benoît XV, le 30 mai 1920. Cette âme privilégiée reçut de nombreux messages du Christ:

« Aimez donc le mépris, car tel est le fondement véritable des vertus. Quiconque avec foi et véritable zèle aura le don de souffrir en patience le mépris du monde, sera vraiment mon fils et mon disciple« .

Anne-Marie prédit que des millions d’hommes sont appelés à mourir par une main de fer, qu’un grand nombre mourront à l’occasion de guerres, de litiges, par traîtrise, et d’autre millions, par des morts imprévues. Des nations entières arriveraient ensuite à l’unité de l’Église catholique. Plusieurs turcs, païens et juifs, se convertiront, en demeurant tout confus devant les chrétiens, admirant leur ferveur et l’exactitude de leur vie….
Elle confirma, quelque temps après, ses propos, à Mgr IMatali, à qui elle avait indiqué la façon de faire face à la persécution que subirait l’église de Rome, à l’intérieur de laquelle l’iniquité serait triomphante. Dieu exigera un pontife saint, choisi selon son cœur, et à qui il communiquerait des lumières tout à fait spéciales ; que celui-ci serait élu d’une manière extraordinaire, qu’il serait assisté et protégé par Dieu, d’une façon particulière, que son nom répandu dans tout l’univers, serait applaudi par les peuples et craint par les rois. Le Turc lui-même le vénèrera, demandera à le féliciter. Il fera des réformes. Il instruira le peuple, recevra des secours de toutes parts. Les impies seront écrasés et humiliés, beaucoup d’hérétiques, sous son pontificat, retourneront à l’unité de la Sainte église Catholique Romaine.

*

Je crois me souvenir que Saint-François de Salle disait: Le bien fait peu de bruit et le bruit fait peu de bien. Le “bruit” du monde faisant peu de bien à l’âme, il faut s’en tenir éloigner si l’on peut. Si nos obligations ne nous le permettent pas, il faut s’efforcer de s’en préserver par la prière et la réserve. Le monde étant fait de passions, il est en effet difficile de faire taire son amour-propre qui veut toujours s’imposer, rechercher richesses et honneurs. Loin de la bonne volonté humaine voulue par Dieu, les beaux vêtements dissimulent souvent des âmes en haillons.
Les passions humaines sont des hochets bien trop encombrants pour passer par la porte du jugement divin. Lorsque l’être sensible et pourtant spirituel qu’est l’être humain comprendra que la vie du corps n’est rien comparée à celle de l’âme, il aura fait un grand pas vers Dieu et son éternité.

*

Jamais il n’y eut dans le monde de grands évènements qui n’aient été prédits de quelque manière, disait Machiavel. Ce passage de la lettre de Paul aux Thessaloniciens ajoute:

1Th 5:19  N’éteignez pas l’Esprit;
1Th 5:20  ne méprisez pas les prophéties,
1Th 5:21  mais éprouvez toutes choses, retenez ce qui est bon.

Prions pour le pape Benoît XVI; gloire de l’Olivier – de l’Eglise – annoncé par la prophétie de Malachie, à qui le martyre est promis. Attaques et profanations de l’Eglise ne font que commencer.

Que Dieu nous garde de tout mal et nous accompagne vers notre destinée.

Claude d’Elendil.

Contact

Compteur gratuit