22 Mars 2011

Vae Iudaicae

angers_jerusalemAyant rassemblé et mis en parallèle les prophéties chrétiennes les plus significatives concernant notre Temps, je continue l’étude des quatrains nostradamiques. Je travaille actuellement sur les ouvrages d’Anatole Le Pelletier (les Oracles de Nostradamus – 1867) et de Vlaicu Ionescu (“Messages de Nostradamus sur l’Ere Prolétaire”, “L’histoire Secrète Du Monde” et “Les Dernières Victoires de Nostradamus”). Même si l’on y relève un nombre certain d’erreurs, ces travaux sont les seuls, à mon sens, a avoir fait preuve d’une approche méthodique des Centuries. Ils constituent une précieuse base permettant de progresser dans leur compréhension.

Tout en espérant ajouter ma modeste pierre à ce grand édifice, j’ai toutefois l’avantage de pouvoir superposer à ces travaux l’inestimable apport des prophéties chrétiennes qui se révèlent, le temps passant, de plus en plus concordantes.

Le décryptage des quatrains est pour le moins ardu mais la lecture des autres textes de Nostradamus, pourtant censés être “en clair”, – La lettre à CESAR, 10 CENTURIES (I à X) de 100 quatrains chacune, la lettre à HENRI SECOND, les 58 SIXTAINS (S.1 à S.58) et les 141 PRESAGES (P.1 à P.141) – ne l’est pas moins.
Le lecteur occasionnel s’attarde habituellement sur les quatrains avant de rejeter le livre avec énervement. Il a l’impression d’être sur le point de trouver “quelque chose d’important”, d’avoir un élément de réponse sur le bout de la langue sans parvenir formuler une pensée cohérente. Il reprend alors “la lettre à CESAR” ou celle à “HENRI SECOND”, mais se rapidement trouve freiné par le français du XVIe siècle et une succession de phrases, d’évènements apparemment décousus et incompréhensibles. Il n’a généralement pas conscience que les informations contenues dans ces lettres sont, elles aussi, cryptées.

Si Nostradamus dédie en fait la lettre à CESAR à tous les chercheurs et découvreurs de ses textes, celle à HENRI (II) s’adresse au futur roy Henri V de la Croix. Avec un peu de patience et de réflexion, nous pouvons par exemple découvrir, dans ce dernier texte, des informations sur les graves évènements qui approchent:

Et à ce regne sera faicte grande desolation, et les plus grandes citez seront depeuplees, et ceux qui entreront dedans, seront comprins à la vengeance de l’ire de Dieu. Et demeurera le sépulchre de tant de vénération par l’espace de long temps sous le serain à l’universelle vision des Yeux du Ciel, du Soleil et de la Lune. Et sera converti le lieu sacré en ébergement de troupeau menu et grand, et adapté aux substances profanes. O quelle calamiteuse affliction par lors aux femmes enceintes ».

On voit que Nostradamus qualifie non seulement les grandes citées de “désolées” (desol are = sont dévastées) et “dépeuplées” mais il ajoute que lesdites citées seront “comprins” (réunies) dans l’ire (mot désuet synonyme de colère) de Dieu. Vu le contexte, J’avais déjà avancé la probabilité d’une attaque d’origine atomique (vraisemblablement terroriste) visant Israël (le (Saint) Sépulcre).
Outre le fait que Nostradamus mentionne du “Ciel” avec une majuscule – ce qui indique chez lui un mot important révèle la présence d’une “clé” – ce terme est habituellement associé à l’Ouranos mythologique; Οὐρανός, le firmament, le ciel étoilé, père des Moires (en grec ancien Μοῖραι / Moĩrai, divinités du Destin implacable. Même s’il n’y a pas de destin à proprement parler mais bien plutôt des destinées dépourvues de tout déterminisme qui s’accomplissent, les filles d’Ouranos sont assimilées aux Parques de la mythologie romaine et associées au châtiment de l’humanité.

Vlaicu Ionescu combine donc intelligemment Ouranos à l’Uranium; symbole de la destruction par l’atome. Il est utile de savoir que l’uranium a été mis en évidence en 1789 (date symbolique s’il en est !) par le chimiste prussien Martin Heinrich Klaproth qui, examinant un morceau de pechblende (UO2), un minerai d’uranium, lui donna le nom d’« urane » ou « uranite »; la planète Uranus avait été découverte par William Herschel 8 ans plus tôt (1781). Si l’analogie est troublante, on peut bien évidement hésiter en se demandant si le lien n’est pas un peu trop “capillo-tracté”. Il faut alors revenir au terme nostradamique indiquant “l’ire de Dieu” pour en avoir confirmation.

L’une de ses méthodes d’interprétation les plus usitées est la traduction d’un terme en grec ou en latin (il est vraisemblable que le texte original ait été rédigé en latin puis traduit en français tout en respectant la construction latine). Par exemple, la transposition en latin de “l’ire de Dieu” nous donne “DIES IRAE”… ce qui la parfaite anagramme d’IRADIEES. Nous obtenons donc, en français moderne, la phrase suivante:

… Et les plus grandes citées seront irradiées. La ville de Jérusalem – par extension Israël – qui fut tant vénérée, sera dévastée puis désertée en raison des multiples zones contaminées (oculos = un oculus est une ouverture pratiquée au sommet d’une voûte = plusieurs “oculos” – oculus – indiquent donc des zones, en forme de dôme, multiples).
Le terme universel laisse quant à lui entendre que cela aura un caractère général; Soleil (symbole de l’Occident) et Lune (de l’Orient) nous disent également que les tous en feront les frais.

L’esprit peut, là encore, se rebeller. Il n’en demeure pas moins que ces “coïncidences” (rappelons que la première fonction du hasard est de désorganiser et non de donner du sens à quoi que ce soit) méritent attention.

*

Nostradamus a mis tout son savoir dans ces Centuries et usé de nombreux subterfuges pour voiler le déroulement du futur: Ellipses, latinismes, synecdoques, paraphrases, antonomases, épenthèses, locutions populaires, prosopopées, jeux de mots, métaplasmes, métonymies, anagrammes par métaplasme ou par syncope, vieux mots, apocopes, énigmes, syncopes, hyperbates  ou tropes; d’où la difficulté d’attribuer la bonne méthode au bon mot, ou au groupe de mots, afin de faire apparaître une signification cohérente et susceptible d’être datée. Inutile de développer les innombrables difficultés rencontrées.
Si le plus grand travers des prétendus “exégètes” est de vouloir attribuer la majorité des quatrains à leur époque ou de vouloir les appliquer au moule de leurs penchants et volontés, beaucoup cèdent à la facilité et prennent chaque mot pour argent comptant. Et pourtant, rien dans ces textes n’est ce qu’il semble être. Le Sage de Salon aurait pu reprendre à son compte ce tableau de René Magritte: “Ceci n’est pas une Pipe”, représentant précisément une pipe.

ceci-n-est-pas-une-pipe

En effet, lorsque Nostradamus utilise un mot, il en indique souvent un autre; au travers de ses connaissances alchimiques, mythologiques, linguistiques ou astronomiques. Si son désir de dissimulation des choses futures nous semble agaçant, n’oublions pas que ce savant du XVIe siècle sentait, à l’époque, “un peu le fagot” et que ses royales protections lui ont vraisemblablement évité bien des ennuis. Ce curieux mélange de paganisme mêlé de gnosticisme et d’hermétisme intrigue depuis plus de quatre siècles et continue de susciter nombre de controverses. D’où extrayait-il ses visions qui sont, pour certaines , extraordinairement précises ? L’homme ne possédant aucun pouvoir par lui-même, Dieu l’a-t-il inspiré où s’est-il “faufilé” à travers le temps au moyen de techniques hésychastes et de connaissances herméneutiques ? Le mystère subsiste mais il serait dommage de se priver de telles informations en un temps où les prophéties chrétiennes s’accordent pour nous mettre en garde contre des dangers imminents.

Quoi qu’il en soit, et même s’il est parfois difficile de conserver foi et espérance en ce temps difficile qu’est la Révélation, il ne faut pas oublier que l’histoire se “termine bien” avec la venue du grand Monarque et du grand Pontife. Cela est toutefois annoncé comme “venant tard”, “alors que tout semblera perdu”.
En raison de ces guerres, famines et autres fléaux constitutifs du Châtiment, beaucoup d’entre-nous ne verront pas ces évènements; mais il ne faut pas s’en attrister. Le but de notre existence n’est pas – ou ne devrait pas être – de rester en vie le plus longtemps possible mais de prendre soin de notre âme afin de la présenter sans honte lors du Jugement qui vient. Si nous ne sommes que de passage, nous sommes appelés à rejoindre Dieu en une Eternelle contemplation de sa perfection et de son amour. Perdre son éternité par le péché ou pour sauver son corps mortel; quelle dérision. La foi qui habitera les contemporains du roy Henri sera semblable à celle-ci. Tout commence maintenant.

*

Alors que la classe politique française se perd et se déchire en de stériles plans électoralistes, l’Egypte s’est étirée en d’interminables files de votants au référendum constitutionnel. Insultes, jets de chaussures et de pierres ont accueilli Mohamed El Baradei, alors que celui-ci se rendait au bureau de vote. L’ancien chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et prix Nobel de la Paix était, de plus, opposé à ce référendum qui constituait un véritable tremplin pour les islamistes.
L’amendement référendaire venant d’être massivement adopté, les Frères musulmans exultent.  Seul groupe véritablement constitué, ils n’auront en face d’eux – lors des prochaines élections censées se tenir avant ce mois de septembre –  que des partis embryonnaires et mal préparés. A moins que l’armée ne renferme quelque putschiste à poigne, leur victoire ne fait guère de doute.  Ce ne sera pas la première fois qu’une dictature s’emparera d’un pays à la faveur d’élections démocratiques.

Si l’on reprend le quatrain V.16 que j’avais détaillé voici une dizaine de jours, on peut y découvrir un élément donnant un nouvel “éclairage” à la situation:

A son hault pris plus la lerme sabee,
D’humaine chair par mort en cendre mettre,
A l’Isle Pharos par Croisars perturbee,
Alors qu’a Rhodes paroistra dur espectre.

“Pharos”: La désignation de l’Egypte par cette septième et dernière merveille du monde – le phare d’Alexandrie – (on retrouve la symbolique 7ème millénaire, 70 rois, 7 Archanges de l’Apocalypse, 7 Sept Églises, 7 têtes de la Bête et ce chiffre apparaît lui-même 77 fois dans la Bible) prendrait tout son sens si l’Egypte était le premier des pays du Maghreb à devenir une république islamique; il symboliserait alors le chemin, “la lumière qui guide“; la voie à suivre pour les pays en voie d’islamisation.
Autre élément de réflexion: Ce Phare, dont l’érection aurait débuté vers –297, serait dû à la volonté de Ptolémée Ier. Ptolemaios était un général d’Alexandre le Grand et gouverneur d’une satrapie; d’une division administrative de l’Empire perse; avant de devenir pharaon d’Égypte et fondateur de la dynastie lagide. Un lien s’impose car on retrouve ce terme de “Satrape” (ou Satrappe) dans un autre quatrain chronologiquement cohérent:

V.78
Les deux unis ne tiendront longuement,
Et dans treize ans au Barbare Satrappe,
Aux deux costez feront tel perdement,
Qu’un benira le Barque & sa cappe.

Plusieurs éléments appellent de nouvelles explications:
– Les deux unis indique une alliance que d’autres textes associent à l’Islam et la Chine.
– Ce quatrain mentionne le “Satrappe” (une satrapie était une division administrative de l’Empire perse), qui est qualifié de “barbare“. Jusqu’au XIXe siècle, la “Barbarie” désignait l’Afrique du nord; Maroc, Algérie, Tunisie et Libye. Le littoral de ces pays était appelé “Côte des Barbaresques”. Nous sommes donc dans une optique militaire maghrébine; totalitaire et impitoyable.
– La principale fonction du Satrape était de faire régner l’ordre dans sa province et d’agrandir le territoire de l’Empire. Nous sommes également dans une logique de conquêtes.
– Il a été prédit que ledit empire perse (qui s’étendait sur une grande partie du Moyen-Orient) devait être un des fléaux de la Révélation (constitutif de la Fin des Temps),
– Ce quatrain concerne bien l’avenir car, outre la grande mortalité annoncée (“des deux côtés connaîtront de telles pertes”), le Barqué (le futur Grand Pontife) et sa cappe (le futur roy Henri V de la Croix, dernier des capétiens, qui le protègera, y sont clairement mentionnés. Leur venue est annoncée comme étant une bénédiction après ces années de guerre (13 ans)… “Le démon dit toujours treize” lit-on dans les prophéties de la Fraudais; “13” semble être, depuis la Cène et la trahison de Judas, son nombre favori.

Si l’on comptabilise ces éléments, il est raisonnable de penser que ”A l’Isle Pharos par Croisars perturbee” désigne un nouveau front Orient-Occident qui prendra prochainement naissance en Egypte. Cette nouvelle guerre pour le pétrole (pour les “larmes sabéennes”), plausiblement liée à un embargo ou un blocus provoquant un grave enchérissement des énergies et ayant pour conséquence de graves crises économique, se doublerait – de la part de la coalition occidentale – de la volonté d’abattre un régime islamique – semblable à l’Iran – prêchant le Djihad contre les Croisés (“Croisars”).
Les cuisants échecs de l’Occident, dans ses tentatives d’endiguer la menace islamiste et la constitution de l’Empire, ont été prophétisés. Les révolutions intérieures menant  au troisième conflit mondial également.
Les quelques mois nous séparant des élections de septembre 2011 nous en apprendront davantage mais le processus semble bien lancé en ce sens.

*

afriqueSi le sort de Mouammar Kadhafi est scellé, les jours des autres régimes du Maghreb – plus particulièrement du Yémen et des monarchies pétrolières – sont comptés. Il suffit d’examiner une carte géographique pour comprendre comment se constituera l’internationale islamiste prophétisée. Nous voyons par exemple que l’Arabie Saoudite va se trouver prise en étau entre une Egypte et un Yémen islamiste, un Irak où les troupes US ne pourront se maintenir et un Iran dont il n’est point besoin de décrire la toxicité.

Bien que l’incertitude demeure concernant le calendrier de l’émergence de cet empire, il est déjà possible d’extrapoler quelques étapes importantes menant au troisième conflit mondial. En voici les grandes lignes:

– Prise du pouvoir par les Frères musulmans en Egypte,
– Effondrement des tentatives démocratiques dans tous les autres pays musulmans affectés par les révolutions,
– Blocus pétrolier, probablement organisé par l’Egypte au niveau du canal de Suez.
– Persécution généralisée des chrétiens d’Orient,
– Vacillement du pouvoir Saoudien entraînant une intervention des Etats-Unis,
– Crises européennes liées aux révolutions islamistes et à la pénurie de pétrole,
– Climat insurrectionnel en Grande-Bretagne,
– Regain de tension au Moyen-Orient et apparition d’un Mahdi (Messie) attendu par les musulmans,
– Attaques nucléaires contre Israël,
– Climat politique et social délétère en France,
– Crise en Italie et au sein de l’Eglise; le pape est menacé, puis chassé, tandis qu’un antipape d’inspiration collectiviste est élu par un concile d’évêques et de cardinaux,
– Paralysie des Etats-Unis par un élément restant à définir mais potentiellement lié à une nouvelle crise financière et pétrolière,
– Guerre civile en France puis extension à l’ensemble de l’Europe,
– Guerre mondiale opposant deux blocs: l’Occident dévasté par les troubles civils à une alliance sino-musulmane.

Ce calendrier est bien évidemment susceptible d’altérations et beaucoup d’inconnues demeurent; notamment concernant les motifs de l’entrée en guerre de la Chine aux côtés de l’Empire islamique. Il est cependant bien certain que l’accès aux ressources pétrolifères donnerait à la Chine un avantage stratégique décisif. Plusieurs catastrophes de grande ampleur, comme celles survenues récemment au Japon, devraient également se produire. Rien n’est, encore une fois, totalement écrit.

Prions l’Esprit Saint afin qu’Il inspire sagesse et modération aux peuples de l’Orient et aux hommes qui nous gouvernent.

Claude d’Elendil.

Contact

Compteur gratuit