15 Mars 2011

La Main de Dieu ?

1232344_japon1“Apocalyptique”, “Impensable”, “Inimaginable !” Le monde semble à court de superlatifs pour qualifier le tremblement de terre (9 sur l’échelle de Richter), le tsunami et la menace atomique qui ont dévasté le Japon le vendredi 11 mars 2011. L’évènement n’est toutefois, en substance, pas une surprise. Il appelle par contre de nombreuses réflexions.

Plusieurs lectures de cette catastrophe sont possibles. La première est celle d’un effroi et d’une compassion. La deuxième est politique; l’amour et la charité cèdent leur place à la division concernant la problématique du nucléaire civil. La troisième est quant à elle mystique car il apparait que, tout comme le péché en entraine un autre, le mal suscite aisément un autre mal. C’est un symbole fort. La cascade  de maux à laquelle nous assistons caractérise en effet notre temps: un tremblement de terre provoque un tsunami qui cause des accidents nucléaires; sans compter une éruption volcanique qui semble pour l’instant accessoire.

Cette main qui, en un instant, fait passer un pays de la plus grande prospérité à la ruine, nous rappelle notre fragilité et nous fait mesurer l’éphémère de nos vies. Est-elle divine ? Rien n’est moins sûr car Dieu ne châtie par les innocents. Ce qui est par contre certain est que l’orgueil de notre temps ne veut y voir qu’un ensemble de souffrances humaines et de problèmes mécaniques; c’est plus rationnel et tellement plus rassurant.

La question que chacun devrait pourtant se poser est la suivante: Ces évènements sont-ils des signes visibles de la Révélation ? De par leur soudaineté et leur ampleur, répondre par l’affirmative serait cohérent. Reste à observer si de nouveaux bouleversements vont confirmer notre entrée dans la période dite du “Châtiment”; composée d’innombrables maux matériels mais également spirituels. Soudaineté, ampleur, enchainement et multiplication sont les critères annoncés comme étant des signes indubitables. Nos écrans seront là pour nous en informer.

Il faut à nouveau reconnaitre que les prophéties ne dévoilent que quelques éléments d’un grand tout. Rien, dans les prophéties connues, n’annonçait ces catastrophes en ce lieu, à cette date et en ces circonstances; et ce, même si ces versets de la Révélation de Jean restent d’actualité:

Apo 8:10  Et le troisième ange sonna de la trompette: et il tomba du ciel une grande étoile, brûlant comme un flambeau; et elle tomba sur le tiers des fleuves et sur les fontaines des eaux.
Apo 8:11  Et le nom de l’étoile est Absinthe; et le tiers des eaux devint absinthe, et beaucoup d’hommes moururent par les eaux, parce qu’elles avaient été rendues amères.

L’analogie entre la “grande étoile” et le cœur d’un réacteur nucléaire (brûlant comme un soleil) ainsi que la pollution “amère” des eaux, avait déjà été développée lors de la catastrophe de Tchernobyl.

Faute d’avoir été suffisamment décryptés, le millier de quatrains nostradamiques restent muets à ce sujet. Cette catastrophe se trouve-t’elle seulement annoncée par les Centuries ? Tant d’évènements se sont déroulés à travers le monde depuis le XVIe siècle que le doute risque de subsister encore un certain temps. De plus, si nous savons que le Sage de Salon désigne habituellement les pays lointains par le terme “Estrange”, il a dédié un grand nombre de quatrains à la France; ce qui réduit encore les “prognostications” d’évènements géographiquement plus lointains.
Le décryptage des quatrains de Nostradamus nous apporteraient certainement un éclairage important sur ce qui nous attend mais encore faudrait-il, non seulement en connaître la clé, mais également savoir ce que nous cherchons. Faute de connaître le “quand”, le “où” et le “comment”, nous en sommes souvent réduits à ne pouvoir associer quatrain et évènement qu’après réalisation. Les textes de Nostradamus s’éclairent en leur temps mais n’ont pas valeur d’avertissement; contrairement aux textes religieux qui appellent l’humanité à un retour vers Dieu.

Les textes prophétiques religieux, comme ceux de Fatima, la Salette ou Garabandal, font, quant à eux, appel à la dimension spirituelle. Les prophéties de  la Fraudais sont, pour leur part plus précises concernant les guerres civiles et la troisième guerre mondiale mais restent, elles aussi, centrées sur la France et l’Europe; probablement en raison non seulement du lieu de résidence de Marie-Julie (la Bretagne) mais également du renouveau de paix qui doit surgir de la France et mettre un terme aux conflits et aux crimes qui doivent dépeupler la Terre. On ne peut nier un certain ethnocentrisme.

Si les maux, que nous voyons à présent, croissent (guerres, catastrophes naturelles, épidémies, famines…) et s’enchaînent au cours des mois et des années qui viennent, cela sera le signe certain que le temps des avertissements est révolu et que le Châtiment a commencé. Comment ne pas déjà voir la main de Dieu commençant  à disperser les œuvres d’une humanité devenue orgueilleuse et rebelle ?

Les catastrophes naturelles doivent en effet jalonner la Révélation et on retrouve leurs descriptions dans divers textes:

Luc 21:11 il y aura de grands tremblements de terre, et, en divers lieux, des pestes et des famines; il y aura des phénomènes terribles, et de grands signes dans le ciel.

Dans le “secret” de la Salette:

“…Paris sera brûlé et Marseille englouti ; plusieurs grandes villes seront ébranlées et englouties par des tremblements de terre ; on croira que tout est perdu ; on ne verra qu’homicides, on n’entendra que bruits d’armes et que blasphèmes”.

Le sens du divin et le plus d’amour (“à qui profite le plus grand bien”), devraient être nos principaux guides de vie mais notre monde s’en est progressivement éloigné. Notre ère de Fer n’a en effet d’autre quête que celle du profit matériel et ne cesse de profaner le sacré.
Ainsi, ces jours-ci, nous voyons une marque de boisson énergisante diffuser une publicité TV mettant en scène ladite boisson; laquelle a pour effet de provoquer la chute céleste d’anges lascifs. La progression des profanations et l’attrait pour les choses diaboliques (démons, sorciers, vampires…) n’est pas qu’un simple effet de mode mais appellent de grands malheurs. Ceux qui trouvent amusant et piquant de flirter avec les ténèbres ignorent à qui ils ouvrent la porte. Le Seigneur ait pitié d’eux car le démon, qui n’est que mensonges et souffrances, n’aura de cesse de les tourmenter et d’égarer leur âme.

L’homme ne peut en effet se déifier, se gonfler d’orgueil telle la grenouille de la fable, qu’en reniant Dieu et ses principes; c’est une des caractéristiques de l’Age de Fer. La cyclologie est très intéressante à ce propos et ce que nous voyons confirme la nocivité de cette dernière étape devant précéder un nouvel Age d‘Or. Cette période de 6480 ans qui s’achève est décrite comme étant celle d’une décomposition et de la profanation de toutes choses saintes au profit de tout ce qui est vil est bas; celle de la suprématie de la matière sur l’Esprit. Ce temps d’aveuglement, de violences et d’incompréhensions est aussi celui de grands troubles tant humains que terrestres.

Le rejet de la foi chrétienne a créé un terrible “vide intérieur”. Plus le gouffre se creuse et plus l’être humain s’efforce, sans succès, de le combler par des utopies politiques, des comportements bestiaux, un culte de la consommation et la prise de drogues plus ou moins légales. Les libertés auxquelles nos sociétés aspirent aujourd’hui sont des inversions de valeurs caractéristiques de la Fin des Temps; c’est la négation de la véritable liberté qui ne s’obtient que par une élévation de l’âme indispensable pour rejoindre le divin. Tout le reste n’est qu’aliénations.

Qui accroit sa connaissance accroit sa peine; de même, qui accroit ses possessions matérielles finit lui-même par être possédé; comme le rapporte le Savetier et le Financier de Jean de la Fontaine:

…Du moment qu’il gagna ce qui cause nos peines.
Le sommeil quitta son logis,
Il eut pour hôtes les soucis,
Les soupçons, les alarmes vaines.
Tout le jour il avait l’œil au guet ; et la nuit,
Si quelque chat faisait du bruit,
Le chat prenait l’argent…

L’homme qui aspire à la richesse et à la puissance bâtit sa propre prison, ne cesse de l’agrandir et de renforcer ses murs sans réaliser qu’il en est prisonnier. L’Esprit ne peut éclore derrière de tels barreaux.

*

Une perspective gnostique est à mon sens indispensable pour pleinement pénétrer l’essence de la Révélation. Si la parole du Christ doit nous guider en toutes choses, certains éléments exogènes peuvent nous apporter un éclairage différent; ouvrir notre esprit à la complexité de l’Esprit qui souffle où Il veut. Il arrive ainsi que l’on découvre certaines convergences inattendues qui invitent à la méditation. Le concept de cyclologie, dont voici quelques bases, est particulièrement intéressant:
La plus répandue et la plus ancienne des conceptions cycliques est la mesure védique du temps en quatre âges, encore développée aujourd’hui dans l’hindouisme et le bouddhisme. Le cycle complet … débute par un âge d’or (Satya youga), période où l’homme possède la connaissance spirituelle et vit dans une harmonie parfaite. Puis commence le déclin (perte progressive de la connaissance) qui, en passant par l’âge d’argent (Treta-Youga) puis l’âge de bronze (Dvapara Youga), aboutit à l’âge de fer (Kali Youga), où triomphe l’ignorance, l’égoïsme et le mal. Une conflagration (sous la forme d’un cataclysme cosmique, de guerres, ou autre) purifie ensuite l’humanité pour permettre le commencement d’un nouveau cycle, donc d’un nouvel âge d’or (source Wikipédia).

On distingue donc quatre âges qui sont, respectivement, d’une durée de:
– 4×6480 = 25920 ans
– 3×6480 = 19440 ans
– 2×6480 = 12960 ans
– 1×6480 = 6480 ans

On voit que chaque manvantara, ou cycle de spiritualité, est de longueur décroissante. La durée de notre âge de Fer est très approximative (son calcul est fort complexe et sujet à débats) mais plusieurs commentateurs se sont risqués à émettre l’idée d’une correspondance avec le début de l’ère juive (4481 ans avant Jésus-Christ). Ce « Kali-Yuga », qui aurait une durée de 6480 ans, aurait donc dû s’achever en 1999, date « nostradamienne » par excellence où l’on retrouve la date avancée pour la naissance du grand Roy libérateur. Une fois cet âge de Fer – dont « l’ère prolétaire serait le paroxysme » – révolu, un nouvel âge d’or, le Satya-Yuga, devrait voir le jour, grâce à Kalki, le dixième avatar de Vishnou; ainsi commencerait un nouveau cycle pour l’humanité.

Selon la cyclologie védique, nous serions donc en fin de Kali Yuga (ou Youga). La symbolique qui s’y rattache divise le corps en quatre parties correspondantes.
– Or : La tête, symbolisant le roi, la caste des chefs et des prêtres,
– Argent: La poitrine et le cœur, liés à la caste des nobles guerriers,
– Bronze: L’estomac et le sexe, représentant la caste des commerçants,
– Fer: Les pieds, caste des ouvriers et du “commun”.

Cette cyclologie décrit l’involution (selon un schéma de pyramide inversée), le déclin progressif des civilisations et l’expansion du rejet militant de la spiritualité au profit de la matière hédoniste. Ainsi, en se divisant, le règne des rois et de la foi cède peu à peu place au pouvoir des guerriers puis s’efface à son tour, lors d’une nouvelle division, au profit de celui du commerce et de la bourgeoisie. Cela s’achève par une disparition quasi générale de la spiritualité et par l’apparition d’un pouvoir exercé par le peuple (les pieds). L’expression “marcher sur la tête” n’a jamais aussi bien trouvé son sens.
De plus, étant séparés et se divisant eux-mêmes en orteils, les pieds symbolisent, de par leur contact intime avec la poussière du sol, la matière, la multiplicité des dissensions, la boue et les instincts les plus bas. L’involution spirituelle de l’humanité que nous connaissons au travers des démocraties et du consumérisme correspond étrangement à cette symbolique hindoue. Par ailleurs, Nostradamus ne désigne-t‘il pas la démocratie sous les termes “d’adultérine Dame” et de “Dame stérile” ? L’une des principales tares de cet âge de Fer est, du fait même de son absence de spiritualité, de voiler sa propre misère et de dissimuler sa toxicité. Comme son nom l’indique, la Révélation arrive à point pour que le voile se lève et que les yeux se décillent.

L’optique zodiacale du passage de l’ère des Poissons (celui de la barque de Pierre) à celui du Verseau (celui de l’eau de la connaissance déversée et de la page tournée) est aussi intéressante; même si nous nous éloignons un court instant de la tradition linéaire chrétienne situant le durée du monde à 7000 ans.

On retrouve également cette cyclologie dans un des quatrains de Nostradamus; lequel annonce la venue du Grand Monarque correspondant, non seulement à l’achèvement de l’ère des Poissons, mais aussi à la grande épreuve de feu et de sang que doit subir le successeur de Saint Pierre (piscature – pisces = poisson en latin) =  barque):

I.4
Par l’univers sera faict ung monarque,
Qu’en paix & vie ne sera longuement:
Lors se perdra la piscature barque,
Sera regie en plus grand detriment.

Scolie:

Un grand roy règnera sur le Monde,
Mais son règne sera bref,
Alors disparaîtra la barque de Pierre,
Pour le plus grand dommage de la chrétienté (période ou devrait apparaître l’Antéchrist).

Il est également à noter que les premiers chrétiens persécutés par les autorités romaines utilisaient les poissons comme code secret, afin se reconnaître entre eux. Ainsi doit-il en être pour les derniers chrétiens qui devront se cacher de leurs tourmenteurs afin de pouvoir pratiquer leur foi.

Bien que très divers, ces éléments permettent néanmoins de faire converger certains indices nous laissant entendre que nous somme entrés dans une période de profonds bouleversements. Les prophéties chrétiennes sont là pour nous le confirmer.

*

Voici quelques années, j’avais lu un livre écrit par Ned Dougherty: “Voie Express pour le Paradis”. Si certains éléments venaient opportunément combler des “blancs”; particulièrement concernant les raisons de l’incapacité des Etats-Unis à intervenir pour juguler l’expansion de l’empire islamique qui doit émerger, le concept de mort éminente et ses visions m’a semblé un peu trop New Age, voire sectaire, pour que j’en tienne compte. On y trouvait notamment l’annonce d’un tsunami dévastant la côte Est des Etats-Unis en provoquant de tels dommages que les faillites des compagnies d’assurance entraînaient le pays dans un terrible chaos économique et humain.

La crainte que recèle notre temps doit nous inciter à faire preuve de discernement. Puisse la foi en Jésus-Christ et la prudence nous guider sur les chemins de la vérité.

Prions humblement Dieu afin qu’Il nous donne force et courage et nous permette d’affronter le temps qui vient.

Claude d’Elendil.

Contact

Compteur gratuit