31 Janvier 2011

La Peur du Vide

VercorsVertigeIl est toujours difficile d’annoncer un malheur, même s’il a fait l’objet de nombreux avertissements. Les messagers porteurs de mauvaises nouvelles ne sont jamais les bienvenus et, en des temps reculés, il n’était pas exceptionnel qu’on les pendît après délivrance du message. C’était ignorer que le messager n’est pas le message et que celui-ci ne disparait pas avec son porteur. Cela met toutefois en lumière que troubler les habitudes et les intérêts comporte toujours une importante part de risque.

Sommes-nous véritablement à l’aube de ces prophéties porteuses de grands malheurs dus à notre éloignement du Créateur ? C’est là toute la question qui se pose en ce début d’année 2011. La foi et la vérité qui, je l’espère, me guident, commencent à se matérialiser mais demandent encore confirmation. Si les évènements retombent comme un vieux soufflé au fromage, cela signifiera que mes recherches et ma démarche d’avertissement n’étaient pas guidée par Dieu et je cesserais aussitôt d’écrire afin de ne plus induire mes frères en erreur. La minuscule flamme que je sens toutefois briller au sein de mon aveuglement me pousse pour l’instant à persévérer dans les commentaires de cette Révélation annoncée.

Si certains de mes textes sont repris par divers sites, c’est qu’ils ne contiennent, dans la forme, que des analyses dépourvues de toute référence religieuse. Je ne peux toutefois occulter ce qui fait l’essence même des prophéties: la foi. Il n’est pas ici question d’une foi sur mesure comme on en constate désormais, prenant ceci ou cela dans telle ou telle religion, selon son inspiration du moment, mais de la foi chrétienne et, plus particulièrement, catholique. Là encore, nous sont adressés des avertissements afin de ne pas se laisser séduire et induire en erreur. Internet regorge par exemple de références à 2012, aux prophéties mayas, Yi King, New Age, conseillant de migrer par wagons entiers vers quelques lieux protégés comme Cadarache, afin d’y trouver refuge. S’alarmer est toutefois bien inutile car il ne se passera rien le 21 décembre de l’année prochaine; si ce n’est des assemblées de déçus cherchant à se tourner vers de nouvelles utopies. Il faut savoir que cette date, basée sur le calendrier maya Tzolk’in ne correspond à rien, ni à un alignement de planètes, ni à la venue d’extraterrestres, pas plus qu’elle ne prédit la fin du monde. L’interprétation New Age de l’un de ces calendriers n’est rien de plus qu’une erreur de calcul de plus de deux siècles qui a fait la joie des éditeurs ésotériques et des productions cinématographiques à grand spectacle.

Non, la Révélation n’a rien à voir avec ce fatras et ces fables destinés à détourner l’attention d’évènements bien plus préoccupants.
Dans Timothée 3, verset 1, il est dit que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là.

Cette description pourrait correspondre à bien des époques mais il faut reconnaître qu’elle convient hélas à la nôtre. Comment savoir… être sûrs ? Dieu ouvre et ferme l’entendement humain comme l’on use d’une porte. Lorsque cette dernière est close, l’être humain est dans les ténèbres; il erre dans la foi et la science, se heurte à des murs infranchissables, des questions sans réponse et se lance dans des combats contre lui-même dont il sort toujours vaincu. Aveugle, il prend ses ténèbres pour la lumière, tente d’imposer ses vues à d’autres aveugles qui croient également détenir la vérité et perpétue une spirale infernale dont chaque marche l’entraîne vers des erreurs encore plus graves. C’est pour cela que l’entendement est une grâce qui ne dépend pas du genre humain et ne peut être accordée que par une volonté divine. Cette grâce peut-être obtenue par la prière, la pauvreté et l’humilité; tout ce que notre temps rejette dans sa quête de richesses, d’honneurs et de plaisirs charnels.

Reniant ce qui en fait la force”: Cette force est la foi dont les démocraties, qui n’acceptent aucune religion pour guide, sont, par essence, dépourvues. C’est pourquoi le Temps des républiques s’achève. Il aura été celui de l’erreur, de la corruption et des scandales car, contrairement au Bien, il n’est pas de mal où l’argent n’ait sa part. Ce Temps de quantité, et non de qualité, doit disparaitre pour laisser place à un monde différent que les hommes ne peuvent encore concevoir. Ce grand changement nécessite un renouvèlement de génération dont le cœur comprendra et aimera les desseins de Dieu. Gouvernants et gouvernés ne seront plus emmêlés en de tragiques compromissions et les peuples seront conduits avec amour et sagesse. Si cela appartient encore au rêve, le rejet des démocraties est bien entamé et va, contre toute attente, s’étendre. La France ne prend-elle pas, malgré elle, conscience que la démocratie, après l’avoir dépouillée de sa foi, la condamne à devenir musulmane en raison d’une immigration incessante et d’une démographique endémique ? Les trahisons sont toujours douloureuses mais refuser de les voir serait encore plus grave.

La vérité est une chose rare que la multitude ne possède pas. C’est aussi pourquoi la Révélation est là pour mettre un terme aux erreurs, à la politique et aux hérésies qui ont, et vont, ensanglanter le monde. Dieu ne demandera pas son avis aux hommes; cela a été annoncé par les prophètes. La grâce qui va disperser les ténèbres ne prendra toutefois pleinement son essor qu’avec la venue de ce grand Roy chrétien qui apparaitra alors que tout semblera perdu; afin de pacifier la Terre. Mauvaises lois, fausses religions, doctrines empoisonnées et toutes errances connaîtront alors une fin au profit d’une grande clarté générale. Ce sera un temps, que certains d’entre-nous verront peut-être, où Dieu ouvrira la porte de l’entendement; de la compréhension de l’ordre du Monde voulu par Lui. Beaucoup s’étonneront avec humilité de leurs erreurs et il n’y aura plus qu’une même foi sur Terre.

Il serait erroné de croire que Dieu n’a recours qu’aux maladies et aux catastrophes naturelles pour châtier un peuple devenu rebelle et intempérant; dont les péchés, impunis au moment où ils étaient commis, l’ont poussé à se détacher de la foi et à persévérer dans le mal. Parmi les fléaux, le plus significatif est sans aucun doute celui infligé au travers des populations barbares et païennes. Ces peuples sont déjà dans nos murs, diluant ce qui a fait de la France la fille aînée de l’Eglise. Tout comme Attila, l’Islam et d’autres peuples extrêmes-orientaux se préparent pour la victoire qui leur sera accordée. Ceci est dû au fait que le monde, et plus particulièrement l’Occident, est désormais aux antipodes de la volonté divine, car il est dit.

I – Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face.
II – Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu’en mille générations à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements.
III – Tu ne prendras point le nom de l’Eternel, ton Dieu, en vain ; car l’Eternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain.
IV – Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l’Eternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes. Car en six jours l’Eternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Eternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié.
V –  Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne.
VI – Tu ne tueras point.
VII – Tu ne commettras point d’adultère.
VIII – Tu ne déroberas point.
IX – Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain.
X – Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain. (Exode 20/3-17)

Tant de choses, de lois, de modes, de sons et d’images, nous incitent quotidiennement à enfreindre le Décalogue; à relativiser le péché. Comment, par exemple, interpréter le plaisir qu’a le monde à lire et contempler des histoires où vampires, loups-garous et sorciers sont les héros, si ce n’est en constatant une importante progression dans le mal ? N’était-il pas dit que, lors des derniers temps, Satan serait publiquement invoqué ? Rien ne sortant de rien, démons et esprits de malice attirent ainsi, peu à peu, l’humanité vers les ténèbres.

Ayant renié son baptême et continuant à s’éloigner de Dieu, la France sera la première frappée par ce nouveau déluge qui nous est promis. Les évènements qui se déroulent en ce moment même au Maghreb amorcent un processus dont l’humanité va rapidement comprendre les conséquences. L’étau se resserre déjà autour d’Israël dont la destruction précèdera de peu le troisième conflit mondial tant redouté. Première tombée, la France sera également la première à se relever pour mettre un terme aux barbaries qui auront réduit la population mondiale à moins de deux milliards.

Le vide religieux où la doctrine démocratique s’efforce toujours de se glisser sera bientôt occupé par des hommes remplis de désirs de conquêtes; de haine de la chrétienté et de l’Occident. Aveuglés par leur absence de foi et leur quête de pouvoir, d’honneurs et d’argent, les chefs d’Etat ne seront d’aucun secours aux peuples qu’ils étaient censés gouverner. Ceux qui ont cru en eux ressentiront alors la peur du vide.

Prions Dieu pour l’Eglise,  prêtres et chrétiens; pour nos proches et nous-mêmes qui allons affronter  cette épreuve.

Claude d’Elendil.

Contact

Compteur gratuit