15 Janvier 2011

Le prix de la liberté.

h_4_carteAlQaidaMaghreb-650x398Tristan Bernard disait: “Le genre humain, qui devrait avoir six mille ans de sagesse, retombe en enfance à chaque nouvelle génération”. C’est hélas vrai tant l’homme semble incapable de tirer des leçons du passé et répugne à écouter les conseils de ses aînés.

La révolution tunisienne bat son plein et tous (ou presque) se réjouissent du départ précipité de l’ex-président Ben Ali. Pillages, émeutes, chaos n’ont qu’un temps et il nous faut à présent nous interroger quant au pouvoir qui va succéder à ce régime mafieux… Régime mafieux ? Tout comme celui de Saddam Hussein, de bien d’autres dictateurs du Moyen-Orient et du Maghreb qui verrouillaient l’expansion de la peste islamique.
Il va bientôt apparaitre que le problème n’est pas tant de se débarrasser d’un despote que de mettre un régime juste et pacifique en place. Celui qui sera bien évidemment privilégié ne peut-être que la démocratie; tout le monde en a déjà plein la bouche. Même si un coup d’Etat militaro-policier sera un temps envisagé par l’élite en place, l’Occident va exercer une importante pression pour que des élections soient rapidement programmées. Les plus heureux sont certainement les Barbus qui n’attendaient que cela pour réintégrer un territoire où ils étaient persona non grata.

20080430SarkoTunisieContrairement à ce que l’on pourrait croire, les régimes forts ne se bâtissent pas à coups de promesses électorales et de valises d’argent glissées sous les tables mais par la foi (surtout religieuse) et la détermination des protagonistes. La démocratie mettant toute les doctrines qui ne lui sont pas directement hostiles sur un pied d’égalité, des partis islamiques, prétendument modérés, vont apparaitre et commencer leur travail de sape. Des écoles coraniques et un renouveau religieux vont peu à peu remplacer le mode de fonctionnement occidental pour conduire au rejet de celui-ci. Les élections devraient donc voir l’émergence de partis religieux car les bandes armées estampillées “Al-Qaïda au Maghreb” seraient bien bêtes de ne pas profiter du chaos pour tenter de s’infiltrer au travers d’œuvres de charité et d’enseignement. Tous pourront suivre cette évolution au travers de la progression de la charia, du port du voile et des prêches enflammés des Imams.
La foi en Dieu surpassera toujours la doctrine démocratique en ceci: l’athéisme de cette dernière l’empêchera toujours  d’accéder au statut de religion. La guerre civile française, elle aussi programmée, tirera profit de cette évidence et viendra mêler politique et religion afin d’affermir un pouvoir annoncé comme impitoyable. Même si cela n’est pas encore à l’ordre du jour, ces mécanismes doivent être connus.

L’islamisation de la Tunisie n’est désormais qu’une question de temps; seul un scénario à l’algérienne, comportant un régime politique et militaire fort, n’hésitant pas à annuler des élections favorables aux extrémistes, pourrait endiguer l’épidémie. Le chaos qui règne pour l’instant en Tunisie laisse la porte ouverte à bien des surprises. Les innombrables victoires de l’Islam annoncées par les prophéties permettent toutefois de croire que ce n’est qu’une étape dans l’islamisation du Maghreb.

Puisse la grâce de la clairvoyance éclairer notre route.

Claude d’Elendil.

Contact

Compteur gratuit