21 Décembre 2010

Pièges à rats:

rat_removalIrak et Euro sont semblables à un diabolique piège à rats. L’argent et le pétrole qui ont poussé les hommes de pouvoir à y entraîner leurs peuples se révèlent être  des mécanismes redoutables car sans issue. Tenter de faire marche arrière, d’échapper aux calamiteuses décisions qui ont été motivées par l’orgueil et la cupidité ne peut que nous mener à une impasse coupe-gorge.

En d’autres termes, s’engager dans ces entreprises était déraisonnable mais en sortir à présent serait insensé.

L’Irak: Au Moyen-Orient, et plus particulièrement en Irak, les Etats-Unis ont fait le lit de l’Islamisme (il est bon de rappeler que la CIA a largement entraîné et financé les talibans afin de lutter contre les forces de l’ex-URSS en Afghanistan et que, en Irak, Saddam Hussein faisait barrage aux fous d’Allah) et perdent chaque jour du terrain. Empêtrée dans ce bourbier ou tout musulman est un islamiste potentiel (le terme “insurgé” est politiquement plus correct), la coalition occidentale feint de vouloir passer la main à des gouvernements locaux faibles et corrompus dont les jours sont petitement comptés. Il faut être bien lâche ou bien aveugle pour ne pas voir que ce repli annoncé verra l’émergence d’une formidable coalition antichrétienne…

L’Euro: Cette monnaie artificielle censée assurer une stabilité financière et favoriser les échanges commerciaux dans l’attente d’une devise mondiale, est condamnée à disparaître dans un contexte de faillites et de surendettements; lesquels entraîneront le retour précipité et désordonné de monnaies nationales; aussitôt livrées aux spéculations, dévaluations massives et hyperinflations dignes de la République de Weimar en 1923. Ce diagnostic est aussi valable pour les Etats-Unis qui s’apprêtent à injecter 600 milliards de dollars au prétexte du soutien à la “reprise”.

Euro et Irak représentaient deux tentatives hégémoniques destinées à préparer un gouvernement mondial mais se montrent désormais sous leur véritable jour: de mortelles menaces.

L’agence de notation Moody’s Investors Service vient par exemple de dégrader de cinq crans d’un coup la note de l’Irlande, la faisant passer de «Aa2» à «Baa1». Malgré les milliards d’euros engloutis pour restaurer les finances de cet Etat, les milieux financiers ne croient plus en sa solvabilité. Autant dire que le pays apparaît comme perdu; condamné à retourner à une misère que tous croyaient révolue.

Ceci n’est qu’un aperçu des profondes crises financières dont l’ampleur va faire passer celle de 2009 pour une aimable saynète de jardin d’enfants. Nous sommes à présent face à deux impasses qui nous ramènent aux prophéties.

Ces dernières, que ce soit celles de la Fraudais, Nostradamus, ou d’autres parmi les plus significatives, s’accordent sur ces deux points qui doivent nous conduire au grand conflit associé à la Révélation. La faillite de l’Occident suivie d’une guerre avec l’Islam.

Lorsque Nostradamus parle de “ceux du vendredi” pour désigner l’Islam ou dit “Par la discorde negligence Gauloyse, Sera passaige a Mahommet ouvert”, Saint François de Paule, évoque quant à lui le grand Roy chrétien qui vaincra la religion de Mahomet :
« Le roi sera le grand fondateur d’un nouvel ordre religieux, différent de tous les autres et qui, se subdivisant en trois (la chevalerie militaire, les religieux prêtres et les hospitaliers), rendra le plus de services à l’Eglise, en même temps qu’il sera le dernier de tous. »
« Avec son concours, ce roi détruira complètement la secte de Mahomet, extirpera tous les hérétiques, fera cesser toutes les tyrannies et prendra par la force des armes un grand royaume, de telle sorte qu’il n’y aura plus qu’un troupeau et un pasteur et que le monde entier sera ramené aux saintes mœurs. »
Ou encore Marie-Julie Jahenny annonçant, à plusieurs reprises, la présence de forces « mahomètes » dévastant la France ; danger qui, à l’époque d’une colonisation florissante (fin XIXe), était pour le moins improbable.

La date butoir de la prophétie de Malachie (Benoit XVI est le 111e et dernier pape pourvu d’une devise), la difficulté grandissante de la coalition occidentale à se maintenir au Moyen-Orient, le coût faramineux de cette guerre et l’importance des populations musulmanes en Occident (7 millions rien qu’en France) implique la proximité certaine de ces événements.

Quant à l’Euro, il suffit de prêter un peu d’attention aux nouvelles boursières pour se convaincre des menaces pesant sur les Etats. Tout est donc prêt pour ce grand spectacle de la Révélation et il apparaît comme probable qu’il n’y aura pas d’élections présidentielles en 2012; en tout cas pas selon le mode démocratique en vigueur aujourd’hui.

Lors de ces événements qui devraient véritablement débuter dans les quinze prochains mois, le plus complexe sera sans doute les rapports humains; alliances, trahisons, poursuites des intérêts particuliers, adhésions à une violence qui ne demande qu’à s’exprimer et résistance. La survie sera avant tout une affaire de détermination, de réaction, de prudence et d’adaptation.

Profitant d’un inévitable chaos, partis révolutionnaires, islamistes et bandes armées devraient laisser exploser toutes leurs haines envers la France et attirer beaucoup de partisans; synonyme de pouvoir, la violence rallie aisément les indécis, les imbéciles et les mécontents. Peu importe la couleur de peau, la nationalité, le sexe ou la religion, tous ceux qui n’adhèreront pas aux projets des vainqueurs seront considérés comme ennemis et exécutés. Pillages et luttes pour le pouvoir face à un gouvernement en fuite, car ayant perdu le contrôle de la capitale, devraient succéder à ces deux évènements: effondrement des monnaies et émergence d’un leader islamique dans la zone Iran-Irak; suite au retrait des forces occidentales du Moyen-Orient.

Il semble aujourd’hui bien tard pour revenir sur l’islamisation de la France et la restauration des vertus qui caractérisent les Etats forts. Notre faiblesse et notre lâcheté nous condamnent à brève échéance à des heures telles que le monde n’a jamais connues. Les prophéties attestent que la victoire de la révolution et de l’Islam seront totales jusqu’au jour où le Grand Roy chrétien, ce roi caché, sortira de l’ombre.

Que chaque chrétien garde sa foi et se tienne prêt à ce qui vient.

Claude d’Elendil.

Contact

Compteur gratuit