29 Novembre 2010

 

Chronique d’une Fin des Temps annoncée:

Auri sacra fames ! : Exécrable faim de l’or. Virgile : Enéide, III, 57.

L’une de mes grands-mères disait parfois: “lorsqu’il n’y a plus d’avoine au râtelier, les chevaux se battent dans l’écurie”.
Les hommes qui ont voulu s’unir autour de l’argent s’inquiètent à présent de voir ce socle pourri commun se fissurer et se déliter. La grande faillite annoncée les condamne à la honte, à la division et au malheur. Bien peu imaginent le prix que nous allons devoir payer.
En écoutant l’actualité, on a de plus en plus l’impression de se trouver à bord d’un formidable Titanic faisant eau de toutes parts. Des petites mains courent de la poupe à la proue pour tenter de colmater les fuites sans toutefois pouvoir stopper ceux qui s’acharnent au naufrage.

C’est ainsi. Les options pour éviter la Révélation, sous sa forme la plus violente, s’amenuisent un peu plus chaque jour. Plus j’avance dans ce journal, plus ma tristesse est grande en contemplant ce monde qui se défait. Sans doute ne peut-il pas continuer à exister ainsi; loin de Dieu.
Les articles de journaux se multiplient pourtant pour annoncer cette catastrophe monétaire qui doit nous mener à un chaos bien plus vaste mais l’humanité refuse d’envisager qu’une main divine puisse la dominer; parler du Ciel selon la foi chrétienne est devenu source de dérision et de répulsion pour beaucoup. Personne ne veut entendre, personne ne veut écouter et c’est certainement ça le pire.

Depuis quelques jours, certains articles franchissent une nouvelle étape; recommandant de retirer l’argent en banque afin “d’anticiper l’écroulement du système”. C’est oublier que nos économies sont basées sur un système fiduciaire qui a atteint son paroxysme avec la monnaie virtuelle, dite “électronique”.  Retirer du papier monnaie, devenu sans valeur car produit par des Etats faillis, n’est vraiment pas la meilleure solution; mieux vaut commencer à convertir son argent – si on en a ! – en pierres et métaux précieux; fuir Paris lors de la prochaine guerre civile nécessitera de l’organisation et de l’argent.
Mais auparavant, quelques bases sur le fonctionnement du système actuel ainsi que le scénario des quinze prochains mois:

La “monnaie fiduciaire” n’est rien d’autre que ce que nous utilisons quotidiennement; pièces, billets et, par extension, cartes électroniques. Ce système monétaire est basé sur la confiance: “fiduciarius, de fiducia, confiance, en latin”.  Les morceaux de papiers imprimés que l’on appelle “billets d’euros”, rectangle de papier que nous utilisons pour aller faire nos courses, n’ont par conséquent d’autre valeur que celle de notre système économique. Lorsque celui-ci se sera effondré (car il va s’effondrer), nous assisterons à différentes manœuvres qui se révèleront mortelles sur bien des points. 

En se basant sur les différentes prophéties étudiées, on peut imaginer le scénario suivant (il y a encore quelques années, j’aurais essuyé mépris et quolibets, aujourd’hui les rires diminuent):

– Après la faillite jugulée, in extremis, de l’Irlande, la Grèce, l’Espagne, le Portugal, la France et l’Italie sont à leur tour dans la tourmente. La Grèce ou le Portugal sont peut-être “sauvés” mais les poids lourds (Espagne, Italie et France) ne le sont pas et se retrouvent en situation de faillite.

– Il s’en suit un chaos économique, non seulement européen mais mondial, car les interactions économiques sont désormais si étroites que les pays détenteurs de dettes (notamment l’Arabie Saoudite et la Chine) se trouvent à leur tour affectés. Ce chaos touche en premier lieu les bourses qui commencent à s’effondrer avant d’être rapidement fermées par les autorités de régulation.

– Les milliards, engloutis par l’endettement et les fonds spéculatifs, frappent alors violemment les économies et les particuliers. Plusieurs pays sortent de la zone euro et le monde connait une formidable inflation. L’orgueil, la cupidité, l’amoncèlement de scandales et les dissensions (les derniers documents injurieux diffusés sur Wikileaks ne vont rien arranger) conduisent à un réflexe de protectionnisme et de tensions entre Etats. Des émeutes de commencent à éclater.

– Alors que la Communauté européenne se défait, les épargnes sont bloquées en banque et l’Etat français s’efforce de limiter la panique; de contenir les émeutes et les émeutiers exigeant “des têtes”. Ce devrait être à ce moment là où commenceront à apparaître les slogans dont parlait Marie-Julie Jahenny; ceux désignant les “Meurtriers du Peuple”.

• 9 mai 1882 : « …Il n’y a pas loin à attendre l’heure qui marquera le renversement et le fatal châtiment de la France, ou plutôt… de cette grande révolution universelle. Le commencement en sortira d’abord de la France : c’est elle qui, la première, marchera à l’abîme et aussi à la résurrection ».
« … Le prochain commencement de la mortelle crise révolutionnaire durera quatre semaines, ni un jour de plus, ni un jour de moins. Le nombre de ceux appelés meurtriers du peuple, sera d’une immensité inconcevable ».
« … Lors de cette heure terrible, les étrangers dont le désir est rempli d’une violence qui ne se possède pas, les étrangers seront maîtres en France. Dès la nouvelle du fatal évènement, leurs oreilles ne seront pas sourdes ».

• 23 novembre 1882 : « Tous les ouvriers, dont l’emploi fournissait chaque jour une occupation qui les empêchait de se livrer au mal… Les desseins de ceux qui dirigent la France ont résolu d’enlever à l’ouvrier tout travail, tout emploi. Mes enfants, il ne va plus y avoir de repos. Nuit et jour, les coureurs se livrent au mal : l’incendie, l’affreux assassinat. Ils vont user de la poudre violente qui réduit en lambeaux les murs les plus solides bâtis sur la terre ».

– Le schéma français apparaît clairement; mais le reste de l’Europe ne devrait pas être mieux loti. Le résultat est une faillite générale causée par l’incapacité de la zone euro à refinancer ses banques qui ont pris les pays en otages. C’est la fin de l’Euro en terme d’union et de monnaie commune. Personne ne travaillant pour rien et l’Etat étant dans l’incapacité de mettre rapidement en œuvre une devise de substitution, l’économie s’arrête.
Là, il faut à nouveau se référer aux prophéties qui sont nombreuses à annoncer un “Grand coup, frappé par Dieu”; un coup supplémentaire dont la nature est encore incertaine. Cette faillite, désormais inévitable et surtout due à l’avarice et à la convoitise des hommes, n’est qu’un des aspects de cette dissolution des nations dans les guerres.

Nicolas Sarkozy criera aussi fort que les autres, assurant qu’il contrôle la situation et promettant “paix” et “sécurité”: N’attendez rien de ce côté : il ne mérite pas plus de respect que tout le reste. Dans la tempête, sa voix criera aussi fort que les autres contre tout ce que Dieu a établi… Il n’y a pas de fermeté en lui : ils l’ont mené ; ils l’on dirigé. Voilà le portrait de cet homme : c’est un poteau de boue. Plaignons-le mais n’y pensons guère… disait Marie-Julie Jahenny.

Depuis quelques années, j’écoute les responsables politiques discourir d’abondance, rassurer les populations en prononçant souvent ces mots: “Paix et Sécurité”. Cela éveille un écho lointain, biblique…

1Th 5:3  Quand les hommes diront: Paix et sûreté! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point.

Il faut se préparer à ce qui vient; faire preuve de prudence et d’à-propos. Fuir Paris lorsque les émeutes deviendront violentes sera une sage mesure car plus nous pénètrerons dans ces crises (il doit y en avoir trois avant le chaos total), plus il sera difficile de circuler. Cela m’amène à parler de “survie”; car c’est bien de cela dont il s’agit. Lorsque tout va commencer, l’indispensable viendra rapidement à manquer: eau, nourriture, électricité, moyens de transports… “lorsqu’il n’y a plus d’avoine au râtelier, les chevaux se battent dans l’écurie”.

Au commencement de ces évènements, les dangers vont pulluler. Outre les pillages, les violences perpétrées par des bandes armées, les sectes vont ressurgir. Dans le règne animal (et même si notre âme devrait nous hisser vers le divin) il y a une priorité: la nourriture. On tuera pour survivre. Lorsque l’approvisionnement sera interrompu et les stocks de nourriture épuisés, se posera la question qui a de tous temps hanté l’humanité: “trouver à manger”. Les famines qui vont toucher la terre conduiront au cannibalisme.

I.67
La grande famine que je sens approcher,
Souvent tourner,puis estre universele,
Si grande & longue qu’on viendra arracher
Du bois racine,& l’enfant de mammelle.

Dans la mesure où cela est possible, ne vous déplacez jamais seul et sans arme. Documentez-vous dès à présent sur les techniques qui vous permettront de traverser ces épreuves.

Voici quelques conseils de lecture. Je réfléchis depuis un moment à l’écriture d’un livre de Survie en période de guerres (civiles ou non); lequel viendrait compléter les Faucons du Roy et Révélation. Si Dieu m’accorde assez de vie et de temps, je le ferai.

Mais le plus important est de prier Dieu avec force et sincérité; de l’implorer de vous conserver le courage et pour que ce temps de sang qui vient soit écourté. Souvenez-vous que c’est un combat entre le bien et le mal; une grande épreuve pour l’âme. Chrétiens, préparez-vous car la haine de l’Islam et des révolutionnaires à votre encontre fera de vous des cibles privilégiées. Même sous la menace, n’abjurez jamais votre foi. L’éternité de votre âme s’en verrait grandement menacée.

Lorsque la paix aura été ramené sur Terre par le Grand Roy envoyé par Dieu, les hommes s’uniront autour de valeurs qui lui sont agréables et verront notre temps comme abominable. Mais, vous qui doutez encore ou riez de ce qui a été annoncé, observez les évènements se mettre en place autour de vous avec une régularité d’horloge; il y a assez d’écrans pour cela. Beaucoup de signes sont déjà visibles, tangibles. Tout sera vu et su par tous. Préparez-vous et ne vous laissez pas surprendre.

Nous ne sommes que cendres et poussière. Dieu seul donne la Vie.

Prions pour que la miséricorde divine protège les âmes des mille dangers de cette époque de fer et de feu.

Claude D’Elendil

Contact

Compteur gratuit