21 Novembre 2010

Dieu ne veut pas la mort du pécheur mais celle du péché, afin que celui-ci ne provoque pas la mort éternelle du pécheur. Plus que jamais, le démon et les passions humaines s’entendent  pour brouiller le message.

J’ai parfois l’impression de ressentir ce qu’ont dû éprouver les prêcheurs de l’An Mille, annonçant l’Apocalypse à travers les cités grouillantes du moyen-âge; à ceci près que les populations d’alors étaient plus attentives aux messages bibliques et que les annonces liées à notre temps reposent sur des bases bien plus solides qu’un simple renouvellement de millénaire.

Au moment où les réseaux sociaux et le phénomène des bandes ne cessent de prendre de l’ampleur, il est difficile de s’extraire des croyances collectives pour parler d’une Apocalypse que beaucoup prennent pour un fantasme ou une super production américaine. Dans une époque où la croyance majoritaire consiste à croire que la majorité détient la vérité, où les modes se font aussi vite qu’elles disparaissent et où un brouhaha entremêlant images et sons envahit nos vies, le messager solitaire n’a que peu de chance d’être entendu. Tout, pourtant, se déroule sous nos yeux grands ouverts.

L’Eglise :

Lorsque j’étais enfant, j’éprouvais un grand respect pour les hommes d’Eglise ; avant de comprendre qu’ils étaient des hommes avant d’être d’Eglise. Depuis, ma considération va à la fonction mais je reste sur une prudente réserve concernant les hommes qui l’exercent.

Avec la lèpre des scandales pédophiles, l’Eglise est entrée dans la grande tourmente prophétisée. Ces scandales que déversent chaque jour les télévisions sont autant de signes tangibles de la Révélation et de la Grande Tribulation qui s’apprête à franchir le seuil de nos vies. La fin du Temps des Nations – la mondialisation – et la globalisation des communications sont également deux importants signes permettant que tout ce qui doit arriver soit su et vu de tous.

Mat 13:40  Or, comme on arrache l’ivraie et qu’on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde.
Mat 13:41  Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité:
Mat 13:42  et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.
Mat 13:43  Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

Le lien pastoral que certains prêtres ont trahi renforce à présent l’apostasie annoncée. Qu’ils aient été eux-mêmes abusés dans leur enfance et aient cru qu’un ministère les mettrait à l’abri des tentations de la chair n’excuse rien ; surtout pas que leur hiérarchie les ait maintenus dans leur fonction auprès de jeunes. Le système le plus respectable ne vaut que par les hommes qui les composent. Prisonnière du corps, l’âme ne peut renier sa nature humaine ; elle doit par contre prendre les décisions nécessaires à son salut. Céder aux passions peut être mortel de bien des manières.

Hier, sur France 3, il y avait un reportage sur le nombre grandissant de belges demandant à être « débaptiser ». Il y aurait eu, en 2010, 1500 demandes envoyées aux paroisses ; ce nombre  allant croissant. La plupart des demandeurs ignorent que, s’il est en effet possible de faire rayer son nom des registres de baptême, le sacrement lui-même ne peut être annulé. Vouloir « punir » ainsi l’Eglise revient à se punir soi-même car tout sera compté et petitement mesuré lorsque viendra le Jugement. On est baptisé pour l’éternité et ce reniement haineux de l’Eglise du Christ constitue l’apostasie annoncée par les prophètes. Ce phénomène a de tous temps été prédit comme étant un signe manifeste de la Fin des Temps et, plus particulièrement, celui de l’avènement de l’Antéchrist :

1Ti 4:1  Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons,
1Ti 4:2  par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience,
1Ti 4:3  prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité.
2Th 2:3  Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition,
2Th 2:4  l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu.

Séduire, « planao » en grec, signifie « sortir du droit chemin », « de la bonne voie » : sous entendu de celui menant à la Vie Eternelle. Ce monde, saisit de frénésie et de plaisirs, ne supporte plus d’entendre ces paroles divines mais sera attentif à la venue de l’homme de perdition qui saura le flatter pour mieux l’asservir. Mais cela arrivera plus tard et l’urgence est de comprendre ce qui arrive à présent. Si certains parents vont encore à l’église, par habitude ou pour exprimer une foi toujours vive, il leur devient très difficile de communiquer leur foi à leurs enfants. Le dernier Ipod, la console de jeu « qu’il faut absolument avoir » et autres séductions mercantiles mènent les jeunes âmes à se détacher de l’Esprit et facilitent l’accès à d’autres séductions. Elever (dans le sens de tirer vers le haut) ses enfants est devenu une œuvre difficile car tout les incite à la rébellion.

Les affaires de pédophilie, qui occupent à présent l’assemblée des cardinaux, permettent aux vagues antichrétiennes de refaire surface avec la ferme intention d’abattre une Eglise déjà bien affaiblie par la diminution de la foi. Cela n’est que le début car l’Occident est à présent suffisamment déchristianisé pour être remplacé par une doctrine où l’homme sera roi. Nostradamus laisse entendre qu’un « antipape » apparaîtra bientôt :

V.92

Apres le siege tenu dix sept ans,
Cinq changeront en tel revolu terme :
Puis sera esleu de mesme temps,
Qui des romains ne sera trop conforme.

Ce quatrain est très intéressant pour comprendre ce qui doit arriver. Le premier vers désigne la durée du pontificat de Pie XI (1922-1939 (17 ans)), le 105e pape de la prophétie de Malachie : Fides intrepida (La foi intrépide). Le « Siège » étant celui de Pierre. Les cinq papes suivants ont été :

–          Pastor angelicus (Le pasteur angélique) Pie XII (1939-1958),
–          Pastor et nauta (Le pasteur et nautonnier) Jean XXIII (1958-1963),
–          Flos florum (La fleur des fleurs) Paul VI (1963-1978),
–          De mediate lunae (de la moitié de la lune ou du temps moyen d’une lune) Jean-Paul Ier (1978-1978),
–          De labore solis (de l’éclipse solaire, du labeur du soleil) Jean-Paul II (1978-2005).

Et enfin :

–          (De) gloria olivae ((de) la gloire de l’olivier/de l’olive). Benoît XVI (2005-).

Le terme « révolu » nous indique qu’il s’agit du suivant, donc du sixième. Quant au « Puis sera esleu de mesme temps », il ne signifie pas que cet antipape aurait dû être élu en même temps mais le sera « de son temps » ; de son vivant, pendant la durée de son pontificat.

Nous sommes donc à un tournant décisif des prophéties. Nous atteignons des dates buttoirs qui sont autant de flèches pointées sur des événements bien précis. Rien n’est entièrement écrit mais Dieu nous connaît parfaitement et n’ignore rien de cet aveuglement qui nous entraîne vers notre destinée.

L’antipape annoncé nous renvoie à la notion de « romain ». Nostradamus emploie le terme « romain » pour qualifier la conformité à la foi catholique (fidèle à «Rome»); l’ultime pape contemporain du Grand Monarque (Petrus Romanus = Pierre le Romain) est par contre annoncé comme devant être en tous points fidèle avec la foi catholique. Par contre, l’homme qui sera élu en remplacement de Benoît XVI, est décrit comme « ne sera trop conforme ». Dans un contexte de trouble civil, son élection sera entachée d’irrégularité et sa doctrine le portera à délaisser Dieu pour servir les appétits du monde.

*

Imperium in imperio (un état dans l’état) :

Les pays membres de l’Otan se réunissent à Lisbonne pour débattre de l’avenir de leur présence au Moyen-Orient. Si la date de leur retrait est désormais fixée à 2014, le devenir de ces pays ne cesse d’inquiéter. Ils ont ô combien raison car leur départ sonnera le début de l’Empire Islamique qui a été prophétisé ! Nous atteignons également des « dates d’expiration » concernant les événements qui doivent succéder de peu aux guerres civiles. Oussama Ben Laden, toujours à la tête d’Al-Qaïda (terme qui signifie « La Base »), n’attend que ce retrait pour déployer ses troupes et commencer l’unification des différentes composantes islamiques (principalement chiites et sunnites) qui, aujourd’hui encore, sont profondément divisées. Ben Laden sera-t-il l’« empereur » annoncé, ce Mahdi, ce Messie dont parlent les prophéties de l’Islam ? Il est encore trop tôt pour le dire mais il est par contre certain que, lorsque le pouvoir sera entre ses mains, ses appels au Djihad seront relayés à travers le monde et entendus.

La laïcité dont se réclament tous les partis, de l’extrême gauche à l’extrême droite, a été le loup dissimulé sous la pelisse de l’agneau, le cheval de Troie utilisé par l’Islam pour se lancer à la conquête du monde. Ce fléau intérieur, cette bombe à retardement, doit donner toute sa mesure lors de la prochaine guerre civile. Entre Europe et immigration, la France ne s’appartient déjà plus et n’en sera  que davantage divisée lors de ces événements. Marie-Julie Jahenny décrit ainsi la situation :

• 25 mars 1895 : La Sainte Vierge dit « Mon royaume, sous peu, sera divisé. Les enfants de la France vont devenir les enfants d’un autre royaume, malgré leur prétention de rester français ».

L’apostasie devrait toucher les prêtres qui, comme au temps de la Terreur, adhéreront – toujours trop largement – à une religion d’Etat, mêlant révolution, christianisme et islamisme. Cela peut paraître encore lointain ou tout à fait impossible mais les mois qui viennent devraient amorcer un processus décisif en ce sens.

• 8 juin 1881 : Le Christ parle : « Du haut de ma gloire, je vois entrer avec empressement dans cette religion coupable, sacrilège, en un mot semblable à celle de Mahomet… j’y vois entrer des évêques … D’autres marcheront à la suite de ces évêques de France ».

« … Tu bannis mon Ciel à jamais ; tu acclames l’emprise d’un règne qu’il sera difficile de flétrir, car ses racines, avant de ressortir, auront poussé profondément… cette religion s’étendra partout ».

« … Si je vous disais que pour fonder cette infâme et maudite religion, j’ai des évêques, j’ai des prêtres qui ne partiront pas au second appel, mais dès le premier ».

L’offensive islamique ne se cache déjà plus.

En 2005, dans le magazine « Respect », Azouz Begag s’exprimait en ces termes :

« Il faut traverser le périphérique, aller chez les indigènes là-bas, les descendants de Vercingétorix… Il faut casser les portes, et si elles ne veulent pas s’ouvrir, il faut y allé (sic) aux forceps. Partout où la diversité n’existe pas, ça doit être une invasion de criquets, dans les concours de la fonction publique, dans la police Nationale. Partout de manière à ce qu’on ne puisse pas revenir en arrière. »

Dans une interview donnée le 31 octobre 2010 au journal  El-Khabar, il s’exprimait à nouveau en ce sens, avec toutefois des ambitions plus importantes : « Le meilleur moyen de servir les intérêts de l’Algérie est de former et soutenir une nouvelle génération d’hommes politiques issus de l’immigration algérienne en France, afin de les propulser à l’Assemblée nationale où ils pourront voter des lois favorables à l’Algérie ! « 

Les années de guerres qui viennent considéreront l’abandon de nos racines chrétiennes, le mélange des peuples, de langues et la corruption athée qui nous gangrène comme autant d’erreurs mortelles nous ayant entraînés au chaos. Bien peu sont capables d’entendre à présent ces paroles. Regrets et remords permettront aux survivants de demain de trouver l’humilité nécessaire au retour vers Dieu.

Prions pour que tout cela soit écourté.

Claude D’Elendil.

Contact

Compteur gratuit